Les 80 ans de l’Index Translationum (UNESCO) et le coréen

 

Le 23 avril 2012, l’UNESCO a célébré le 80ème anniversaire de l’Index Translationum (1932-2012), la bibliographie mondiale de la traduction, dans son siège parisien. Après une introduction du responsable de l’Index, M. Marius Tukaj, Mme Ghislaine Glassons Deshaumes a animé les différentes interventions qui se sont succédé.

Parmi elles, il faut retenir l’exposé à la fois clair et concret de Mme Kim Hyeonju (Fondation Ahnkook et UNESCO), chargée de la translittération et du traitement des notices bibliographiques en coréen. Elle a éclairé l’audience sur les aspects problématiques de la gestion de l’Index pour les langues d’Asie orientale, comprenant le coréen. Elle a montré en particulier comment la référence commune aux sinogrammes sert de repère pour interpréter correctement les différents systèmes de romanisation utilisés en Chine, en Corée et au Japon. Elle a expliqué aussi que le système de romanisation de l’an 2000 était peu apprécié des usagers et peu utilisé en dehors de la Corée du Sud, causant un retard dans le traitement des ouvrages en coréen.

On retiendra aussi l’importante contribution de l’Institut National des Langues et des Civilisations Orientales (INALCO), représentée par Mme Catherine Mathieu, au travail d’indexation qui collabore au programme depuis de nombreuses années.

M. Mauro Rosi a expliqué, dans une magistrale mise en perspective de la politique culturelle de l’UNESCO vis-à-vis de l’Index depuis sa création, comment celui-ci était devenu un « outil de monitorage nécessaire pour contribuer au rééquilibrage de la diversité linguistique et culturelle soutenue par l’Organisation ».

M. Alain Godonou, directeur de la Division des programmes thématiques pour la diversité, le développement et le dialogue a clôturé l’après-midi.

 

La consultation de l’Index en ligne (www.unesco.org/culture/translationum) offre un service de statistiques qui permet d’observer l’évolution de la traduction du coréen en langues occidentales et en français.

 

Le saviez-vous ?

La République de Corée est 27e au TOP 50 des pays ; 20e au TOP 50 des langues de traduction ; 28e au TOP 50 des langues originales ;

Le seul auteur du TOP 10 des auteurs traduits en coréen en Corée du Sud est Albert Camus, qui se classe en 6e position. En France, Barbara Cartland caracole en tête des traductions. Pour le coréen, Kim Ilsŏng est de loin l’auteur le plus traduit à l’étranger. La France se trouve 3e au TOP 10 des pays traduisant le coréen (après la Chine et le Japon et de loin devant les USA). La France est le 5e pays à effectuer des traductions vers le coréen. La Corée est le 3e pays à traduire du français.

Le français est la 3e langue traduite en Corée du Sud. Le coréen n’est pas dans le TOP 10 des langues traduites en France… Au travail !

 

Yannick Bruneton

Maître de conférences

Université Paris Diderot-Paris 7

 

Poster_bookday_2012

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search