Eunsil YIM, « Être Coréens au Kazakhstan. Des entrepreneurs d’identité aux frontières du monde coréen »


ÊTRE CORÉENS AU KAZAKHSTAN
Des entrepreneurs d’identité aux frontières du monde coréen
par Eunsil YIM
Collège de France, Institut d’études coréennes, collection « Kalp’i – Études coréennes », décembre 2016, 408 pages


Présentation de l’ouvrage

Plus de cent mille Coréens – Sovetskie korejcy ? Koryŏ saram ? – vivent aujourd’hui au Kazakhstan. Leur intérêt et leur importance ne tiennent pas aux chiffres. Dans cet état multi-ethnique et indépendant, issu de l’empire soviétique, ils forment une toute petite partie des sept millions de « Coréens » répandus à travers le monde – essentiellement en Chine, au Japon et aux États-Unis ; de cette diaspora d’invention récente – et d’assez longue histoire – où se redéfinissent aujourd’hui les frontières du monde coréen.
Le Kazakhstan offre ainsi à l’anthropologue du contemporain un stimulant terrain d’investigation pour qui s’intéresse, au-delà de la Corée, aux constructions de l’identité, aux institutions qui les informent, aux agents qui les portent, aux tensions qui les traversent. Mais loin d’être seulement un cas, il présente une perturbation – et donc un enrichissement – du modèle triangulaire où se conçoit d’ordinaire le fait diasporique : État d’origine ; diaspora ; État d’accueil. Car s’y ajoutent et s’y entrechoquent les forces d’une vive concurrence qui voit se réverbérer – au loin, tardivement – les effets de la division de la péninsule en deux États hostiles depuis 1948. Le démantèlement du modèle triangulaire vient dès lors jeter une lumière puissante – et comme un doute – sur les composantes alléguées d’une identité « coréenne » : langue ? Nourritures ? Rituels ? Mémoires de la déportation ?

A propos de l’auteur
Docteure en anthropologie de l’EHESS et chargée de cours à l’Inalco, Eunsil YIM restitue ici tous les éléments de cette dynamique de transformation – et parfois de raidissements – posée sur la mémoire vive de la grande déportation stalinienne de 1937. Femme de terrain et d’archives russophones, elle vient rappeler tout ce qu’une ethnologie située peut produire d’ouvertures pour penser les métamorphoses transnationales du XXIe siècle. Elle nous dit aussi comment le monde coréen – et ses visages d’Asie centrale – peuvent nous aider dans cet effort.

Table des matières


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *