Traduction de l’ouvrage: « Le bouddhisme coréen » par Yannick BRUNETON

le-bouddhisme-coreen« Le bouddhisme coréen »
Rédaction par Vénérable Beopgwang et al.
Traduction par Yannick Bruneton
Relecture par Hyeon Ju Kim
Fondation pour la Culture Bouddhique Coréenne, octobre 2016, 356 pages

Alors que le bouddhisme coréen reste peu connu du grand public francophone pour avoir été traité de manière succincte dans la plupart des ouvrages généralistes sur le bouddhisme, la publication d’une présentation d’ensemble du bouddhisme de Corée du Sud vient opportunément combler un vide trop longtemps entretenu. La lecture de ce livre publié par l’Association des ordres bouddhiques sud-coréens suffit à confirmer combien injustifié fut un tel traitement. Car le bouddhisme coréen recèle, en plus d’une histoire remarquable par sa longévité, un patrimoine matériel et spirituel exceptionnels en Asie orientale. Ainsi, pour la première fois est proposée au public francophone un panorama vivant du bouddhisme de ce pays, abordé dans ses dimensions sociale, culturelle et historique. En des termes simples et abordables, cette présentation se veut avant tout une invitation à la rencontre avec une tradition religieuse demeurée dominante en Corée du Sud.

La relation directe avec le bouddhisme coréen est désormais possible en raison d’un village planétaire devenu étroit, mais aussi parce que, cette forme de bouddhisme connaît une ouverture et une extension internationale sans précédent. Par la pratique du Temple Stay, inaugurée il y a une vingtaine d’années, de grands monastères de l’ordre de Jogye, parmi les plus prestigieux et anciens, ont ouvert leurs portes à un large public. Le présent ouvrage est en partie le produit de cette expérience et du dialogue entre les religieux et un public divers, plurireligieux, national et international. Elle est aussi une clé pour comprendre comment, dans la Corée d’aujourd’hui, peut coexister autant de courants religieux et d’écoles de pensées. Le secret de la longévité et de la bonne santé du bouddhisme sur cette terre de Corée réside sans doute dans les tendances structurantes qui le caractérisent : pluralisme et décloisonnement, penchant pour la synthèse, rôle de protection de l’État, adhésion indéfectible et passionnée à la pratique du Sŏn. De même que les monastères bouddhiques de montagne font partie du paysage coréen, la culture du Sŏn et son style de vie, dans sa radicale simplicité, demeure profondément ancrée dans la culture de ce pays. Elle en est la face cachée mais prégnante.

Traduire le bouddhisme coréen et la culture du Sŏn reste une aventure et un défi. Le traducteur doit en permanence composer avec la dimension plurilingue du vocabulaire bouddhique contemporain : mots d’origine sanscrite, expressions en chinois classique, termes sino-coréens, lexique d’origine coréenne et anglais. Rédigé en langue coréenne, cette présentation a d’abord fait l’objet d’une traduction anglaise assez libre, publiée en 2009 et destinée à un public international. La présente version en langue française, traduite à partir du coréen, en constitue une forme à la fois réactualisée et adaptée, comportant de nombreux aménagements (glossaire et concordance, cartes et illustrations, indications chronologiques, choix de romanisation). Les lecteurs familiers du bouddhisme d’Asie orientale liront avec profit l’abondant glossaire, particulièrement utile dans un contexte où il n’existe pas de guide lexical et iconographique faisant véritablement autorité.

Yannick BRUNETON
Professeur des universités à l’université Paris Diderot


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *