Fonds coréen à la Bibliothèque LCAO, université Paris Diderot

La Bibliothèque de l’UFR LCAO (unité de formation et de recherche Langues & civilisations de l’Asie orientale) de l’université Paris Diderot [i] se trouve dans le bâtiment des Grands Moulins de l’université (4e étage, Aile C) à l’adresse 16 rue Marguerite Duras, Paris 13e (Métro ligne 14, Bibliothèque François Mitterrand ou RER C). Elle est ouverte au public de 9h00 à 18h00, du lundi au vendredi.

 

Fonds coréen

 

            L’initiateur de la constitution du fonds coréen à la Bibliothèque LCAO est le professeur Li Ogg [ii] qui a rassemblé entre 1970 et 1994 des ouvrages coréens donnés par diverses institutions coréennes.[iii]

 

Ces collections qui se trouvaient à l’origine dans la Bibliothèque de la section des études coréennes à Jussieu, ont intégré la Bibliothèque de l’UFR LCAO en 2002 et ont accompagné son déménagement dans les Grands Moulins en 2007. Thématiquement, ce fonds documentaire coréen, constitué d’ouvrages imprimés entre les années 1950 et 2000, comportait des livres en coréen et en chinois dans divers domaines (histoire, religion, littérature, philosophie, sciences sociales). Le total de la volumétrie atteignait 8.000 titres (soit 12.500 volumes), auxquels venaient s’ajouter quelque 15.000 volumes, essentiellement des périodiques, dont beaucoup de publications scientifiques, des collections de monographies et un grand nombre de mémoires et thèses soutenues en Corée.

 

          En 2005, une partie de ces collections a été déposée à la BULAC (Bibliothèque Universitaire des Langues et des Cultures) soit environ 7.000 volumes dont plus de la moitié concerne l’histoire de la Corée jusqu’au 19e siècle, ainsi que la littérature classique pour l’autre moitié.

 

          Par ailleurs, la quasi totalité des ouvrages en langues occidentales (anglais et français) sur la Corée détenus par LCAO a été déposée à la Bibliothèque centrale de Paris Diderot en 2007. Il s’agit d’ouvrages relatifs à la société coréenne moderne et contemporaine, de traductions littéraires, et de quelques ouvrages sur la religion.

 

          A l’heure actuelle, L’UFR LCAO comporte une dizaine de milliers d’ouvrages en grande majorité en langue coréenne ainsi que quelques dizaines d’ouvrages en langue française et anglaise (littérature coréenne traduite essentiellement), répartis dans les thématiques suivantes :

 

–          Histoire de la Corée (des origines à nos jours),

–          Littérature coréenne classique et moderne,

–          Linguistique coréenne et manuels de langue,

–          Sciences sociales coréennes,

–          Art coréen et imprimerie,

–          Religion, philosophie et histoire intellectuelle,

–          Géographie.

 

          De plus, la bibliothèque comporte une collection de périodiques (une cinquantaine de titres, dont 30 vivants), ainsi que de nombreux mémoires de Masters et des thèses soutenus à l’UFR LCAO.

 

          Les acquisitions en langue coréenne de la bibliothèque LCAO continuent à être alimentées par les institutions suivantes, dans le cadre de dons réguliers.[iv]

 

Notre bibliothèque s’adresse tout autant à un public d’enseignants-chercheurs que d’étudiants de tous niveaux (études et recherche). Des ressources numériques sur la Corée sont consultables sur place.

 

          Informations pratiques

          Téléphone : 01 57 27 64 12

          Mail : hee-sun.roh@univ-paris-diderot.fr

 


[i] Créée en 1970 comme 13 des 17 universités d’Ile de France, l’université Paris 7 a pris en 1994 le nom d’université Denis Diderot, puis en 2007 celui de Paris Diderot. Elle fait à présent partie du regroupement d’universités PRES USPC (Université Sorbonne Paris Cité). Anciennement sur le campus de Jussieu dans le 5e arrondissement de Paris, l’université s’est installée dans le 13e arrondissement en 2007.

[ii] Li Ogg (1928-2001), professeur de coréen et historien de la Corée, a enseigné le coréen à la Sorbonne en 1956, puis à l’Ecole des Langues orientales à partir de 1959 ; fondateur de la section d’études coréennes à l’UFR LCAO en 1970, il en fut le directeur jusqu’à sa retraite en 1994.

[iii] •           La Fondation Sanhak (entreprises-universités),

•              la Korea Foundation (ancienne Korea Research Foundation),

•              la Bibliothèque Nationale de Corée (Korea National Library),

•              la Bibliothèque de l’Assemblée nationale de Corée (National Assembly Library),

•              le don Kim Peop-lin, ancien ministre sud-coréen de l’Education nationale (1952-54), ayant fait ses études en France dans les années 1920 : la collection des Annales de la dynastie Choseon (Choseon wangjo sillok) – reproduction des années 1960.

•              le don en 1987 de quelque 11.000 volumes du gouvernement de la Corée du Sud (suite à la visite officielle en France du Président de l’époque Chon Doo-hwan en avril 1986), partagé entre la salle 1 et la salle 2 (périodiques et collections).

•              le National Institute of Korean History,

•              l’Academy of Korean Studies

•              le National History Compilation Committee.

 

[iv] •           La Korea Foundation (ancienne Korea Research Foundation),

•              la Bibliothèque Nationale de Corée (Korea National Library),

•              la Bibliothèque de l’Assemblée nationale de Corée (National Assembly Library),

•              le National Institute of Korean History,

•              l’Academy of Korean Studies.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search