Yannick BRUNETON, « Le traducteur au centre du jeu : la traduction didactique », 9 mai 2016

Les enjeux actuels de la traduction
Séminaire « Traduction et Transdisciplinarité » 2015-2016

Le traducteur au centre du jeu : la traduction didactique
– présentation du site web de traduction
du Réseau des Etudes sur la Corée

 Yannick Bruneton
UFR LCAO, Université Paris Diderot/CCJ

 Le 9 mai 2016 de 17h30 à 19h30
Université Paris Diderot / salle 247E (Halle aux Farines)
2 rue Marguerite Duras 75013 Paris

Fruit de plusieurs années de réflexion et de pratique de la traduction de textes des sciences humaines et sociales de la Corée (langues sources : coréen et chinois classique) vers le français au sein du groupe de travail sur la traduction lié à l’Equipe Corée de l’UMR 8173, mené par Alain Delissen, un site web de traduction (www.reseau-etudes-coree.univ-paris-diderot.fr/liste-traductions) présentant une partie des travaux a été élaboré par Yannick Bruneton. Il est actuellement hébergé sur le site du Réseau des Etudes sur la Corée (www.reseau-etudes-coree.univ-paris-diderot.fr) dans le cadre d’un programme de recherche en études coréennes francophones. Le site, intitulé « Atelier de la traduction », fonctionne autour de trois principales rubriques : « Texte original », « Traduction(s) », « Autour du texte ». Dans sa conception, il place le traducteur au « centre du jeu », affirmant donc sa subjectivité, et l’assumant jusqu’à élaborer (s’il le souhaite) plusieurs traductions ainsi qu’un discours sur son travail à travers l’analyse du texte et du contexte, à différents niveaux. Un tel discours ne restitue pas nécessairement les « échafaudages » ou la « cuisine » du traducteur à l’état brut, mais il constitue un libre espace d’expression de ce que le traducteur veut transmettre. La visée est donc didactique. Le travail de traduction ici, libéré de nombres de contraintes économiques et sociales qu’implique un travail d’édition « de marché », rompant par ailleurs avec les pratiques courantes d’effacement du « je (/ jeu) » du traducteur, prend tout son sens comme processus marqué par la subjectivité (analyse critique, questionnement, doute, hésitation, voire aveu d’impuissance). Dans ce cadre, la traduction est d’abord didactique avant d’être cataloguée comme littéraire ou pragmatique. En cela, elle reflète le travail des universitaires en « études aréales » s’adressant à un public varié et motivé (étudiants, collègues, spécialistes, grand public). Le site, évolutif et en développement selon les besoins des traducteurs et des utilisateurs, a donc vocation à compléter l’outillage des voies d’accès à la connaissance et à l’intelligence des mondes coréens du passé et du présent.

Télécharger l’affiche en pdf.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *