Compte rendu : « Les conférences du CRC sur la Corée de 2014-2015 »

Les conférences du CRC sur la Corée de 2014-2015

Compte rendu par Valérie Gelézeau (EHESS)

(Voir le site du Centre de Recherches sur la Corée pour le programme des conférences de 2015-2016)

 

Entre le 10 janvier et le 5 juin, le séminaire a proposé 26 séances extrêmement variées tant sur le plan disciplinaire (l’histoire, l’anthropologie et la sociologie, les sciences politiques, et la géographie ont été cette année bien représentées) que des thématiques abordées – on note néanmoins une domination des études sur la Corée du Sud contemporaine, seules deux séances ayant été consacrées à la Corée prémoderne (présentation de la thèse de Jee Hyun Noe sur Tasan / Chŏng Yagyong (1762-1836) et sa critique du Shangshu en guwen le 9 janvier et conférence de Grace Koh (SOAS) « Aesthetic Conceptions of ‘Life’ and ‘Nature’ in Koryŏ Literary Discourse » le 23 janvier). Quant à la Corée du Nord, elle n’a été abordée dans aucune conférence régulière mais seulement au cours de l’atelier du 6 février 2015 organisé en partenariat avec l’Université Dongguk intitulé « « Division / « post-division » coréenne : questionnements, concepts, approches et méthodes – regards croisés franco-coréens » avec les chercheurs responsables du groupe SSK (Social Science Korea) Sunsong Park et Hyun Thak Shin, de l’Université Dongguk (voir les deux billets : compte rendu de l’atelier du 6 février 2015 et conférence d’introduction de V. Gelézeau
(http://parisconsortium.hypotheses.org/6551, http://parisconsortium.hypotheses.org/6554).

Comme chaque année, ce séminaire est notamment le lieu de discussion des recherches des professeurs EHESS invités par les membres du Centre de recherches sur la Corée. Il a donc accueilli à ce titre les conférences de Judy Han (Université de Toronto, géographe) en avril, et celles de Todd Henry (Université de Californie – San Diego, historien de la période coloniale) en mai.

Connue pour ses travaux sur les églises protestantes géantes (megachurches) en Asie, dont la Corée du Sud abrite certains des parangons (The Full Gospel Church par exemple), Judy Han a présenté ses recherches en cours sur les missions évangéliques américaines et coréennes. Ses conférences (dont une donnée dans un des séminaires de la mention de master Territoires, espaces, sociétés) en ont analysé les stratégies de déploiement de l’échelle locale à l’échelle internationale – dont certaines difficiles d’accès : une congrégation d’immigrés coréens en Californie, un foyer recueillant des nord-Coréens dans le réseau des missions chrétiennes clandestines en Chine, et le travail de missions ponctuelles en Ouganda et en Tanzanie. La géographie des missions évangéliques qu’elle propose à partir de ces trois cas, éclaire certaines des dynamiques postcoloniales à l’œuvre entre la Corée, les États-Unis et l’Afrique.

Todd Henry a quant à lui présenté deux conférences sur la question spatiale dans le Séoul colonial, à partir de son récent livre Assimilating Seoul: Japanese Rule and the Politics of Public Space in Colonial Korea, 1910-1945 (2014), et deux autres conférences abordant ses nouvelles recherches sur le genre et la sexualité en Corée du Sud (questions LGBT) – sujet encore largement exploratoire en études coréennes.

Enfin, les séances organisées en partenariat avec l’AFPEC (Association Française pour l’Étude de la Corée) ont été cette année particulièrement riches, afin de fêter dignement les trente ans de cette association scientifique qui a joué un rôle si important dans le développement des études coréennes en France : le 19 décembre, conçu comme séance préparatoire, a accueilli du Président de l’AFPEC, Alain Delissen, une « légère conférence » intitulée « L’amour au temps des catastrophes : correspondance de Yi Chunsŏp » ; le 6 juin, une journée complète de festivités a vu se succéder tables rondes et échanges autour de l’histoire et des mémoires de l’AFPEC (matin) puis l’AG rituelle et l’annonce du prix de thèse de l’AFPEC 2015 décerné cette année à Stéphane Thévenet pour son travail sur les drama sud-coréens, « Les feuilletons télévisés sentimentaux sud-coréens : histoire et analyse d’un genre télévisuel (1992-2005) ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *