Article : « Le portrait de Kojong par Joseph de La Nézière (1902) », par Francis Macouin

Le portrait de Kojong par Joseph de La Nézière
(1902)

par Francis Macouin

À partir de la fin du XIXe siècle maints peintres français ont parcouru le monde et pris pour sujet les paysages, les monuments, les gens et les mœurs « exotiques ». Cette attitude n’est certes pas sans relation avec la forte expansion coloniale, de la France et de quelques autres pays européens, tant en Afrique qu’en Asie. Ces « peintres voyageurs » ont souvent trouvé des facilités de transport et de séjour auprès des autorités administratives en charge des colonies et des protectorats. Leur activité a aussi été soutenue par l’achat de leurs œuvres et ils ont reçu des commandes officielles dans une optique de valorisation de la politique coloniale française.
C’était le cas des artistes regroupés au sein de la Société des peintres orientalistes français, fondée en 1893 et plus ou moins contrôlée par le ministère des Colonies. L’un de ses membres était Joseph de La Nézière. Ses relations avec l’Afrique du Nord, en particulier le Maroc où il mourut en 1944, sont les plus étroites mais il voyagea souvent et alla plusieurs fois en Asie. Cela lui procura l’occasion de visiter Séoul en 1902.

 

Vous pouvez lire la suite en téléchargeant l’article dans le fonds de ressources numériques du Réseau des études sur la Corée (RESCOR)

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *