Ouvrage : La Porte des secrets – Et autres contes libertins de Corée

cover

La Porte des secrets
Et autres contes libertins de Corée

Atelier des Cahiers, septembre 2015

Textes rassemblés et traduits par Kim Hyeong-jun et Rodolphe Meidinger
Illustrations noir et blanc de Marcela Dvorakova

La Corée, longtemps ignorée, est désormais connue pour ses conglomérats, tels les géants Samsung et Hyundai, mais aussi pour ses percées culturelles : son cinéma est à l’affiche des plus grands festivals et les tubes de la K-Pop sont dans presque toutes les playlists. Toutefois, la Corée est aussi bien autre chose. Les contes libertins de La Porte des secrets lèvent un voile sur l’impudeur savoureuse d’une société toujours marquée par le confucianisme, cette morale ultra rigoureuse où officiellement toute débauche est fortement réprouvée. C’est donc un plaisir de présenter ces récits licencieux qui se racontaient dans les alcôves du dernier royaume de Corée.

Les auteurs ont rassemblé et traduit ces textes d’une manière tout à fait originale, car Kim Hyeong-jun les a simplement et patiemment racontés en français, comme un conteur à la veillée, renouant ainsi avec la vieille tradition de transmission orale des contes populaires. Par la suite, Rodolphe Meidinger leur a donné une forme plus littéraire et pour ne pas agacer l’œil du lecteur par d’incessantes notes de bas de page sur les aspects historiques, culturels et sociaux de ces narrations, il a intégré ces éléments dans son récit. Ainsi le lecteur non versé dans la société coréenne peut-il pleinement jouir de la finesse d’esprit, des non-dits et autres sous-entendus inscrits en filigrane dans les textes originaux.

Enfin, ces narrations sont émaillées de lavis de Marcela Dvořáková. Ces illustrations suggestives, inspirées des plus grands peintres érotiques coréens du XVIIIe siècle, offrent au lecteur d’autres clefs pour exercer son imaginaire sur la sensualité coréenne.

Kim Hyeong-jun, professeur de français dans le secondaire, est fier de l’histoire de ses ancêtres et de la culture de son pays. Mais, ce qu’il aime par-dessus tout, c’est raconter comment les pères de ses pères, malgré l’âpreté de la vie, aimaient rire à travers des récits universels, comme ceux que nous vous présentons aujourd’hui.

Marcela Dvořáková et Rodolphe Meidinger sont un couple d’enseignants de Français Langue Étrangère installés en Corée depuis 2006. Grâce à leur profession, ils ont pu parcourir le monde, non pas comme de simples voyageurs de passage, mais en se fondant dans l’environnement où ils posent leurs valises. Ils sont les auteurs de nombreux recueils de contes et des Saisons de Nami, à l’Atelier des Cahiers (2013).

 

Consultez le site de l’Atelier des Cahiers pour lire des extraits de l’ouvrage.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search