Yulgok, YI I, Principes essentiels pour éduquer les jeunes gens. Texte introduit, traduit et annoté par Isabelle SANCHO

 

 

Yi I, Principes essentiels pour éduquer les jeunes gens, texte introduit, traduit et annoté par Isabelle Sancho, Les Belles Lettres, coll. Bibliothèque chinoise, mars 2011, LVI-152 pages.

 

Présentation de l’ouvrage :

Le Kyongmong yogyol ( » Principes essentiels pour éduquer les jeunes gens « ) est l’un des textes les plus célèbres du corpus éducatif néo-confucéen coréen. Rédigé en 1577 par le haut-fonctionnaire et éminent lettré Yi I (1536-1584), cet ouvrage joua un rôle fondamental dans le processus dit de confucianisation de la Corée qui a constitué un phénomène sans commune mesure en Asie Orientale tant par son ampleur que sa radicalité. De style concis et didactique, le Kyongmong yogyol se présente comme un abrégé de l’éthique confucéenne. Rédigé à l’origine pour un usage privé, il devient peu à peu l’un des textes de référence de l’éducation des élites et du prince héritier à partir du XVIIIe siècle. Le texte, divisé en dix chapitres, suit le paradigme de la Grande Etude, l’un des Quatre Livres au statut canonique du néo-confucianisme. Ces dix chapitres sont organisés selon une progression allant de la culture de soi (sphère individuelle) à la participation active et raisonnée à la vie sociale et politique (sphères familiale et sociale). En dépit de nombreuses éditions et rééditions du XVIIe siècle à nos jours, le texte n’a pas été l’objet de modifications significatives. En raison de son contenu, de son style et de son histoire, le Kyokmong yogyol est sans conteste un Classique du néo-confucianisme coréen, considéré dans sa dimension de tradition intellectuelle autant que dans sa dimension de phénomène social.

 

L’auteur :

Yi I (nom de plume : Yulgok, 1536-1584), révéré encore aujourd’hui au Temple de Confucius en Corée du Sud, est une icône du néo-confucianisme coréen. Penseur influent et haut-fonctionnaire à la carrière brillante, il illustre autant par sa pensée que par sa trajectoire biographique un certain modèle-type du lettré-fonctionnaire coréen de la première moitié de Chosŏn (1392-1897). Pétri d’idéaux confucéens, sans toutefois se montrer un sectateur du néo-confucianisme dit orthodoxe, Yulgok donne le témoignage d’une vie consacrée toute entière à l’Étude confucéenne, entendue comme une pensée holiste alliant apprentissage intellectuel, démarche éthique et idéologie sociale et politique.

Le traducteur :

Isabelle Sancho est chercheur au CNRS, rattachée à l’UMR CNRS-EHESS « Chine, Corée, Japon ». Après une formation en sinologie classique, elle a obtenu une thèse de doctorat sur le néo-confucianisme coréen en 2006 à l’INALCO. Elle a poursuivi ses travaux lors d’un séjour post-doctoral au Korea Institute de l’Université Harvard ainsi qu’au Collège de France, en tant qu’ATER à la Chaire d’Histoire intellectuelle de la Chine. Elle s’intéresse aujourd’hui à l’histoire des élites confucéennes coréennes de la première moitié de Chosŏn.

Entretien avec les Belles lettres au sujet de l’ouvrage.

Site de la Société d’Édition Les Belles Lettres.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *