La transition socio-écologique en Corée du Sud, par Frédéric Barbe

 

La transition socio-écologique en Corée du Sud

Frédéric Barbe

Géographe

frederic.barbe@univ-nantes.fr

http://www.univ-nantes.fr/barbe-f


 

Cette note prolonge une intervention dans le colloque « Aspects et tendances de la culture coréenne contemporaine » organisé en juin 2014 par le nouveau Centre d’études coréennes de l’Université de Nantes. J’y témoigne alors d’une démarche de recherche exploratoire en Corée du Sud. En 2012, lors de mes terrains de doctorat sur les usages et les politiques publiques de lecture-écriture[1], je rencontre des acteurs de la question écologique, notamment à Dumulmeori, dans la banlieue de Séoul, théâtre d’un des nombreux conflits environnementaux de la présidence Lee Myung-bak. Fréquentant alors régulièrement ce lieu, je m’y trouve rapidement en situation de participation observante, dans une forme d’empirisme relationnel fructueux. En 2013, je prolonge ces contacts en réalisant une douzaine d’entretiens auprès de responsables d’associations environnementales ainsi que du minuscule parti vert[2]. En 2014, je continue mes rencontres et lectures, exposant mon intérêt à des collègues ainsi qu’à des citoyens sud-coréens certes « ordinaires » mais aux inclinaisons manifestement « alternatives ». La lecture quasi-simultanée de deux publications, l’une française, Une autre histoire des « Trente Glorieuses », modernisation, contestations et pollutions dans la France d’après-guerre (Pessis, Topçu et Bonneuil, 2013), l’autre anglo-coréenne, The Park Chung Hee Era, The Transformation of South Korea (Kim et Vogel, 2011) permet au même moment de mettre en évidence les convergences franco-coréennes dans la construction autoritaire d’un certain type de modernité. Depuis ce parcours, je fais l’hypothèse que notre perception de la transition socio-écologique dans chaque pays s’enrichirait d’une exploration mutuelle.

Dans les deux textes en référence, les chronologies environnementales sont assez différentes, mais les termes du débat s’organisent sur des logiques très comparables : ère coloniale (et post-coloniale), ère du développement, modernité autoritaire, modernité (peut-être) réflexive depuis la conférence de Rio, rôle de l’État et des acteurs sociaux, mythologies du progrès, controverses et constructions des alternatives. Les critiques du « développement durable » maintenant durablement réduit dans les deux pays à la « croissance verte » portent autant sur les façons sociales que sur les systèmes techniques. Si l’idée de décroissance semble au premier abord plus incongrue en Corée du Sud qu’en France, elle n’y est ni inconnue, ni invisible, selon mes observations tant à Dumulmeori que dans d’autres lieux urbains ou ruraux. Les controverses de la modernité sont nombreuses et je les entends ici dans un sens très large et biopolitique : pollutions atmosphériques, surmasculinité, adoption, normes (alimentaires, droit du travail), prostitution, hydraulique et remblaiements de zones humides, programme nucléaire (stratégie, gestion courante et déchets), évictions urbaines, sur-loisir (golf, ski, tourisme de masse), fraude et corruption, pathologies scolaires, forçage militaire, etc. En août 2014, mes conversations à propos du naufrage du Sewol sont baignées dans ce qui me semble être un halo conspirationniste, signe d’un grand désarroi et d’une confiance sociale très affaiblie. Beaucoup de mes interlocuteurs « écologistes » (mais pas tous, des fondations « vertes » pro-business sont orientées différemment) regrettent douloureusement les présidences progressistes (1998-2008) et décrivent une atmosphère répressive et un rétrécissement des alternatives. Celles-ci se réfugient dans des échelles locales ou métropolitaines, dans des petits projets à des micro-échelles. Les observations paysagères au fil de mes parcours font écho à un constat : la plupart des conflits environnementaux récents ont été des conflits perdus, en dépit de mobilisations difficilement contestables.

 

Photographie 1 Dumulmeori. Copyright Kang Su-hee 2012

Photographie 1 Dumulmeori. Copyright Kang Su-hee 2012

 

Le conflit de Dumulmeori (photographie 1) est aujourd’hui clos. Les dernières fermes biologiques ont été évacuées en août 2012 après un accord financier négocié par l’Église catholique. À la place, un parc urbain est en construction, la touristification d’une zone pourtant protégée pour l’alimentation en eau potable de Séoul s’accélère. En août 2014, je m’aperçois que la plupart des jeunes militants rencontrés sur place en 2012 ne sont plus sur Séoul, mais se sont dispersés à travers le pays, sans rien renier de leurs engagements. En 2012, ce sont ces mêmes jeunes qui attirent mon attention sur le « Cheonggyecheon de l’envers ». Entre 2003 et 2005, la rivière historique du centre de Séoul est restaurée d’une manière non soutenable, dans le temps court du mandat municipal de Lee Myung-bak. Fortement médiatisée et politiquement capitalisée pour l’élection présidentielle, cette restauration produit des effets bioclimatiques, touristiques et symboliques considérables. Mais le sociologue et urbaniste Cho Myung-rae en donne une toute autre lecture[3]. Deux conceptions radicalement différentes de la restauration se sont opposées dans les différents comités de pilotage et rapidement l’option du maire a été imposée : un grand chantier de courte durée à très forte intensité, une accélération formidable de l’artificialisation, mais aussi de la ségrégation socio-spatiale. Le Cheonggyecheon restauré est un flux d’eau pompé en continu dans la Han, filtré et déversé dans la « rivière » ré-inventée. Il est aussi privé de ses catégories d’usagers les plus pauvres. Il est difficile de ne pas voir dans ce chantier une synthèse brillante de ce qu’on appelle la croissance verte : neutralisation apparente de la conflictualité, dépolitisation et gentrification du territoire, instrumentalisation par l’agenda politique, extension de la pensée aménageuse non systémique et des dispositifs de marché.

 

Photographie 2 Jeon Tae-il. Copyright Frédéric Barbe, 2012/2014

Photographie 2 Jeon Tae-il. Copyright Frédéric Barbe, 2012/2014

 

 

La statue de Jon Tae-il, le militant ouvrier qui s’immole par le feu le 13 janvier 1970 face aux sweatshops de Dongdaemun, est au même endroit, sur l’un des ponts qui enjambe le Cheonggyecheon (photographie 2). Quelques passants coréens s’arrêtent et se prennent en photo, sur l’un des parapets, une plaque commémorative. La convergence de la justice sociale et de la justice environnementale n’est pas récente en Corée du Sud et les revendications de Jon Tae-il ont elles-mêmes une forte dimension environnementale contre la destruction des corps ouvriers. Différents indices laissent penser que cette convergence pourrait avoir été plus précoce qu’en France, et rurale tout autant qu’urbaine. La mémoire associative comme certains travaux de recherche[4] le suggère. Les singularités culturelles coréennes, notamment celles de la gauche sud-coréenne, que j’observe à Dumulmeori (photographie 3) seraient à prendre en compte : ici, la production d’une cérémonie chamanique à la confluence de deux rivières Han relie différentes traditions, bouddhiste, chrétienne, politique, mais aussi des personnes aux parcours très divers et parfois surprenants. La place qu’occupe le concept de « small business » dans l’économie politique de la gauche sud-coréenne, comme la qualité fonctionnelle et paritaire des quelques réunions associatives auxquelles j’ai pu assister ou encore celle des productions écrites de ces associations (revues, livres, sites) interrogent la relation du social et du culturel. La persistance dans ce contexte à la fois singulier et dégradé de Comités citoyens participatifs mis en place par des collectivités (comme la métropole de Séoul ou la ville de Suwon) questionne les formes nationales de la participation et du collaboratif en contexte autoritaire. J’arrête ici cette note entendant donner une suite relationnelle à ces premières rencontres, en disant au lecteur qu’il se passe là quelque chose.

 

Photographie 3 Cérémonie chamanique. Copyright Frédéric Barbe, 2012/2014

Photographie 3 Cérémonie chamanique. Copyright Frédéric Barbe, 2012/2014

 

 


[2]              Korean Federation of Environmental Movements, Hansalim, Green Party, Back to Farm Movement, Heuksalim.

[3]              Cho Myung-rae, 2010, The politics of urban nature restoration. The case of Cheonggyecheon restoration in Seoul, Korea, International Development Planning Review, Liverpool, 2010/32, pages 145 à 165.

[4]              Eder Norman, 1997, Poisoned Properity : Development, Modernization, and the Environment in South Korea, ME Sharpe Inc, 192 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.