Hommage à M. Choi Seung-Un

Nouvelle image choi

 

Il y a un an jour pour jour, le 13 octobre 2013, M. Choi Seung-Un nous quittait. Le jour anniversaire de sa disparition est l’occasion pour le Réseau des études sur la Corée de lui rendre un modeste hommage. Nous exprimons à sa veuve notre profonde sympathie en ce jour de souvenir. J’ai eu personnellement la chance et l’honneur de côtoyer M. Choi en tant qu’étudiant, puis en tant que collègue pendant dix ans à l’université Paris Diderot.

 

M. Choi a connu et accompagné presque tous les stades de développement de la section d’études coréennes de l’UFR des Langues et Civilisation d’Asie Orientale de l’université Paris 7. Travaillant avec le professeur Li Ogg et Mme Martine Prost à partir des années 1980 et contribuant à recruter la jeune génération actuellement en place. Pendant près de trois décennies, notre collègue a formé les générations d’étudiants qui se sont succédé dans l’établissement qui fut, pendant de longues années, la seule université dans l’hexagone à proposer une formation complète en études coréennes.

 

M. Choi était un linguiste amoureux de littérature, mais il était aussi un intellectuel libre, honnête, curieux de tout, passionné et grand voyageur. Il avait de l’esprit et aurait brillé dans les salons à l’époque des Lumières. Sa compagnie était délicieuse. Son niveau d’exigence intellectuelle était tel que produire de la prose académique pouvait paraître un exercice difficilement accessible.

 

En dépit de l’étendue de sa culture, il faisait montre d’une modestie et d’un effacement étonnants. Il semblait avoir vécu dans sa chair les drames historiques de la Corée du xxe siècle : celui de la colonisation, de la séparation, de la dictature militaire. Combien de fois lui ai-je entendu dire : « Je ne veux pas vous déranger, vous n’avez pas besoin de moi ! » Il n’empêche que sa présence discrète et assidue fut pendant ces longues années un des piliers sur lesquels reposait tout l’édifice. Les cours de langue coréenne de M. Choi étaient brillants et ouvraient à une intelligence rare de cette langue difficile. La plupart d’entre nous avons intériorisé ces cours qui étaient particulièrement bien adaptés à un public français.

 

La nouvelle brutale de sa grave maladie tomba alors qu’il entamait sa dernière année universitaire avant la retraite. Il voulut simplement que l’on dise qu’il était en congé pour recherches. Les collègues de la section et de l’UFR LCAO ont donc été privés de l’occasion de lui exprimer tous leurs remerciements pour le travail accompli et trop souvent méconnu. A l’heure actuelle, le Réseau des études sur la Corée a le privilège de traiter ses archives personnelles de chercheur, qui seront disponibles dans un futur que nous espérons proche dans le fonds de ressources numériques du Réseau.

 

Lors de mes dernières tentatives pour entrer en dialogue avec lui, il semblait me dire que nous pouvions nous comprendre au-delà du langage et qu’il n’était pas nécessaire de se voir pour se dire des évidences. M. Choi, avant de partir, j’aurais voulu vous dire une dernière fois : « Non, vous ne nous ‘dérangez’ pas et nous avons besoin de vous ! »

 

 

Yannick Bruneton

Maître de conférences, UFR LCAO


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.