Atelier de présentation du Réseau des études sur la Corée, 7 octobre

Le premier atelier de présentation des activités du Réseau des études sur la Corée s’est tenu le 7 octobre 2011 dans la salle des thèses de l’université Paris Diderot-Paris 7. Il avait pour objet de réunir les principaux acteurs dans le domaine des études coréennes en France et en Europe afin de jeter les bases d’un réseau collaboratif en vue de la création d’un site Internet en 2012.

Une quarantaine de personnes étaient présentes dont des représentants des universités suivantes : université de Belfort-Montbéliard, université du Havre, université La Rochelle, université de Genève et université de Leiden.

L’atelier a débuté par une présentation générale du programme, suivie de l’exposé de plusieurs spécialistes qui ont permis de dresser un panorama des différentes plateformes existantes en sciences humaines et sociales associées au CNRS (Centre national de la recherche scientifique) : Stéphane POUYLLAU, responsable du développement de la plateforme ISIDORE et du pôle interopérabilité des données (IST), Karim HAMMOU, sociologue et formateur pour Hypotheses.org et Eunjoo CARRE-NA, documentaliste du Centre de Recherche sur la Corée (CRC), EHESS et responsable du Carnet de veille sur la Corée.

Programme atelier

Stéphane POUYLLAU a, dans un premier temps, fait une présentation de la plateforme ISIDORE qui permet l’accès libre aux données numériques des sciences humaines et sociales (SHS). Elle a été créée en décembre 2010 afin de donner une meilleure visibilité internationale de la production scientifique en SHS grâce à un accès unifié et pérenne des données numériques. Elle permet ainsi un accès unifié aux ressources francophones (Canada, Belgique, Suisse, Afrique) et d’interroger des données sur différentes sources disponibles sur Internet. Sa particularité est de valoriser les producteurs de données par la création d’annuaires. L’annuaire permet de connaitre les bases de données, corpus, collections d’ouvrages, de revues, d’images ou de données qui sont moissonnés et indexés par ISIDORE. Il catégorise les documents, les qualifient et les relient entre eux.

Stéphane Pouyllau a ensuite présenté le Très Grand Equipement Adonis qui a récemment mis en place une grille de services pour aider les laboratoires en SHS à produire, héberger et gérer leurs données numériques (texte, image, son, vidéo, 3D, etc.), dont un espace de diffusion Web.

Karim HAMMOU a ensuite présenté les carnets de recherche sur Hypotheses.org. Hypotheses.org est une plateforme de publication de carnets de recherche faisant partie du portail Open Edition du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo) avec deux autres plateformes, Revues.org et Calenda, le calendrier des sciences sociales. Elle permet de rassembler les blogs de recherche dispersés en SHS et de rendre compte régulièrement de recherches en cours. PARIS CONSORTIUM a créé en novembre 2011 un carnet de recherche sur Hypotheses.org pour tenir informés ses membres de la mise en place des activités du consortium.

Après une présentation des différents sites Web (site Web du CRC, site du service de documentation) et des trois blogs de veille en études coréennes (« veille sur l’actualité pour les études coréennes », « Nouvelles publications », et « Sommaire des périodiques du CRC »), et un rappel sur les ressources électroniques coréennes (DBpia, KISS, RISS international, etc.) qui sont disponibles à travers le Centre de recherches sur la Corée, Eunjoo CARRE-NA a fait part de ses différentes expériences professionnelles dans la gestion et la valorisation des ressources documentaires en études coréennes.

La journée s’est achevée autour d’un buffet coréen.

 

Liens utiles :

Isidore

Carnets de recherche Hypotheses

Centre de recherches sur la Corée (CRC)

Service de documentation du CRC

Crédits photographiques :  ©  Yong-Un Kang-Jourdan

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.