Deux articles sur la Corée parus dans Extrême-Orient, Extrême-Occident

 

Deux articles sur la Corée parus dans la revue Extrême-Orient, Extrême-Occident, sont disponibles dans le fonds de ressources numériques du site du Réseau des études sur la Corée :

 

Park Jungwook, La différence coréenne dans l’art des jardins extrême-oriental

Extrême-Orient, Extrême-Occident. 2000, N°22, L’art des jardins dans les pays sinisés. Chine, Japon, Corée, Vietnam, pp. 125-134.

C’est à l’époque Chosôn (1392-1910) que l’art des jardins coréens trouve son esthétique propre. Cette esthétique, fortement imprégnée du sens cosmologique du vide et du plein, privilégie la forme rectangulaire pour les terrasses, gradins et bassins. Elle accentue l’interpénétration de l’intérieur et de l’extérieur, notamment par un agencement ad hoc du madang (jardin intérieur typiquement coréen). L’esprit du zen a marqué l’art des jardins en Corée plus tôt qu’au Japon, et de façon différente, par la recherche, non de la symbolique du jardin sec, mais de la profondeur de la nature du fond des forêts qu’anime la musique des cascades.

 http://www.reseau-etudes-coree.univ-paris-diderot.fr/documents/index-alphabetique/L

 

Sébastien Colin, Chine-Corée : une frontière en suspens ?

Extrême-Orient, Extrême-Occident. 2006, N°28, Desseins de frontières, pp. 169-198.

Établie sur les fleuves Yalu et Tumen à la fin du xiv siècle, la frontière entre la Chine et la Corée fut l’objet de litiges entre les débuts du XVIIIe et du XXe siècle. Malgré de nombreuses négociations, les deux parties n’aboutirent jamais à une délimitation complète de la frontière. Cette dernière ne fut réalisée que dans une seconde phase, une dizaine d’année après la fin de la Guerre de Corée, par la signature entre la Chine et la Corée du Nord d’un traité frontalier qui fut largement favorable à la partie nord-coréenne et qui resta secret pendant plusieurs décennies. Néanmoins, parce que ce traité n’a pas pris en compte la Corée du Sud, la frontière entre la Chine et la péninsule coréenne reste à bien des égards en suspens. Il ne fait en effet aucun doute qu’une éventuelle réunification coréenne à l’avantage de la Corée du Sud remettra à l’ordre du jour la question de la délimitation frontalière entre les deux pays, au moins dans l’objectif de mettre un point final à sa longue histoire. Des différends apparus ces derniers temps entre la Chine et la Corée du Sud tendent à raviver cette question frontalière et donnent un aperçu des éventuelles tensions qui pourraient en résulter.

http://www.reseau-etudes-coree.univ-paris-diderot.fr/documents/index-alphabetique/C

Le site du Réseau des études sur la Corée sera inaccessible le vendredi 26 et samedi 27 septembre 2014 en raison d’opérations de développement du site.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *