Compte rendu : « Le militantisme culturel face à la politique de réaménagement urbain en Corée du Sud : vers un nouveau répertoire d’action collective ? »

lee  kilho

 

Vendredi 4 avril 2014, dans le cadre du séminaire pluridisciplinaire du Centre de Recherches sur la Corée, Lee Kil-ho (GAP/ISSP, Université Paris Ouest Nanterre), a donné une conférence intitulée « Le militantisme culturel face à la politique de réaménagement urbain en Corée du Sud : vers un nouveau répertoire d’action collective ? » Dans son exposé il a expliqué l’émergence d’un nouveau mode  de contestation citoyenne de la politique de rénovation urbaine en Corée du Sud, qu’il appelle le « militantisme culturel ».

 

En Corée du Sud, comme ailleurs, les projets de rénovation mènent à l’embourgeoisement du quartier et à une contestation populaire. En 2009, une violente répression de la contestation du projet de rénovation de Yongsan, à Séoul, nommée « tragédie de Yongsan », a constitué une cause symbolique. Lee Kil-ho a partagé ses observations de terrain d’une autre cause symbolique du militantisme culturel, celle de Duriban : c’était un restaurant tenu par une certaine Madame Yoo dans le quartier de Hongdae à Séoul. Après son éviction dans le cadre de la rénovation urbaine, elle a décidé d’occuper son restaurant pour réclamer un dédommagement. Dès 2010, Duriban est devenu un lieu de rassemblement plutôt convivial de « militants culturels » : écrivains, intellectuels, musiciens etc. qui organisaient des expositions, des concerts, des conférences, en bref des manifestations très différentes de la contestation « traditionnelle » sous forme de manifestations parfois violentes, de discours et de chants engagés. La loi sur le rassemblement public qui ne permet la nuit que les réunions à but culturel, explique en partie cette évolution. Mais celle-ci s’explique également par l’évolution des acteurs – engagés eux-mêmes – ce que Lee Kil-ho a appelé le « militantisme bobo » (des militants culturels qui ne s’engagent jamais physiquement…), qui n’en est pas moins traversé d’invisibles frontières sociologiques  : d’un côté, il y a ceux qui font face aux évictions et de l’autre ceux qui disent  « On résiste pour s’amuser ».

 

Pour rendre une cause pareille publiquement visible, l’expérience précédente, un lieu de référence (comme le restaurant Duriban), l’appellation (« petit Yongsan » pour Duriban) et les réseaux jouent un rôle crucial : le mari de Madame Yoo est membre de l’Association des Ecrivains et Lee Kil-ho a souligné que les écrivains jouent un rôle crucial dans les mouvements contestataires en Corée. Pourtant, malgré sa visibilité, le mouvement de Duriban n’a apporté aucun résultat tangible plus large : le cas de Madame Yoo a été un cas exceptionnel de dédommagement.  

 

Dans la session questions-réponses, Lee Kil-ho a évoqué la problématique de la légitimité d’un tel sujet de recherche : dans le milieu universitaire coréen, assez conservateur, le sujet du militantisme culturel et de la contestation citoyenne n’est pas socialement légitime à cause de la stigmatisation des contestataires. Par conséquent, il n’est pas non plus académiquement légitime.

 

Alexandra Lichà

Stagiaire au Centre de recherches sur la Corée de l’EHESS

UMR 8173 CCJ

 

Source : Centre de recherches sur la Corée, UMR 8173 “Chine, Corée, Japon” CNRS-EHESS.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search