Compte rendu : Colloque « Korean Civilization: Sources and Prospects »

  

orientalistyka_s

 

Compte rendu du colloque « Korean Civilization: Sources and Prospects », Université de Varsovie, 22 et 23 novembre 2013

 

 

Ce colloque, organisé dans le cadre de l’anniversaire des trente ans de la section de coréen de l’Université de Varsovie, a réuni 5 sessions, 26 présentations et une trentaine de chercheurs et de doctorants, venus de Corée, France, Hollande, Italie, Japon, Lituanie, Russie, Slovénie et bien sûr de Pologne, puissance invitante. Outre ce pays, représenté par les universités de Cracovie, Poznan et Varsovie, on notait la présence nombreuse des Coréens venus au titre des universités de Séoul, Konguk, Sungkyunkwan ou encore Mokwon.

 

Thèmes et contributions

La France a eu l’insigne honneur de commencer le colloque, avec une présentation de Laurent Quisefit sous le titre « Against Oblivion” : Private Archives and Personal Narratives of Past Korea in Western Countries” » qui présentait quelques aspects des récits de voyage occidentaux et l’intérêt des archives privées pour la connaissance de la Corée passée, avant de présenter le fonds Marcel Giuglaris en cours de traitement au Centre de Recherches sur la Corée de l’EHESS.

Grazyna Strnad, de Poznan, a ensuite évoqué l’époque du général Park Chung-hee et les sondages d’opinion qui confirment l’existence d’une certaine nostalgie et une image paradoxale de la dictature. Elle a ainsi rappelé l’écart flagrant qui pouvait exister entre la perception de la période par des groupes dits « intellectuels » et une masse plus populaire, nostalgique d’une certaine prospérité économique.

Honglei Cao, de l’Université Sungkyunkwan, a proposé une intéressante présentation du système des pétitions civiles en Corée du Sud, plus particulièrement du «Sinmungo»  (tambour battu par des particuliers désireux de se plaindre de la politique ou pour des griefs personnels) en partant du droit de remontrance de la Corée classique à la «démocratie directe connectée» (L.Q. : notre formulation).

L’analyse des textes a donné lieu à d’intéressants exposés, notamment celui de Sergei O. Kurbanov (Saint-Petersbourg), qui a proposé de passionnants exemples d’analyse et d’extraction d’information fondés sur le premier discours de Kim Jong Un, du 15 avril 2012.

De même, Ekaterina Pokholkova (Université des Langues de Moscou) a donné un surprenant aperçu des usages particuliers de la virgule et de ses significations dans les titres des articles de journaux sud-coréens.

Signe des temps, on notera deux présentations sur la Hallyu (vague coréenne), l’une sur la situation en France, qui a paru peu approfondie au participant français, puisque l’origine sociale ou géographique des fans n’a pas été évoquée, même de manière partielle, et une plus intéressante étude du phénomène chez les fans polonais de la K-Pop et des films coréens (Anna Bednarczyk, Cracovie). Les débats ont, non sans raison, reconnu la stratégie affirmée du soft power sud-coréen comme une véritable opération de propagande-marketing, des plus efficaces d’ailleurs.

De nombreuses sessions ont été consacrées à la langue coréenne, qu’il s’agisse des textes destinés aux étudiants étrangers étudiant en Corée (Shin Jiyoun, Mokwon University), de la culture coréenne dans la langue coréenne appréhendée à travers les premières études linguistiques des missionnaires français (Chang Sowonne, Seoul National University), ou encore du suffixe chŏk (~적) et de ses usages (Wang Luming, Sungyunkwan University).

Andreas Schirmer (Université de Vienne) a présenté le passionant phénomène de la chasse aux erreurs de traduction dans les traductions littéraires et cinématographiques, et l’émergence de forums afférents sur Internet. Ce phénomène a même pris une certaine ampleur avec la publication de dictionnaires d’erreurs de traduction dits Oyŏk sajŏn, portés au rang de best sellers.

Kim Jun Youn (Bordeaux III) a évoqué de manière dynamique les rites de passage scandant la vie traditionnelle dans la Corée de Chosŏn, en centrant plus particulièrement son propos sur les rites de Kwan et de Kye marquant respectivement les passages dans la vie adulte des garçons et des filles, vers l’âge de 15-16 ans.

On remarquera une introduction à l’importante question de Kohyang due à Giuseppina De Nicola (Université de Rome, « La Sapienza » et une plus classique étude de « l’émergence de la femme moderne dans la Corée coloniale » présentée par Anna Diniejko-Was (Université de Varsovie).

Justyna Najbar-Miller (Université de Varsovie) a posé la question de la régression ou de la libération dans les oeuvres de Han Kang, en s’intéressant particulièrement à la question des modifications physiques. De son côté, le professeur Christoph Janasiak (Université de  Varsovie), a comparé les entrées des dictionnaires bilingues avec celles des monolingues coréens. De même, Romuald Huszcza (Université de Varsovie) a examiné la question des divergences polysémiques dans la lexicographie coréenne rapportée à la langue polonaise, dans les dictionnaires bilingues.

Nous ne pouvons citer ici toutes les contributions, toutefois, il a été surprenant de constater la quasi absence de la littérature dans ce colloque, le domaine étant cependant représenté par Kim Hyeon-cheol (Université du Tohoku, Sendai), qui a montré divers aspects des relations entre littérature et adaptation cinématographique, autour du roman de Miyabe Miyuki, Hwach’a  火車 (Jap. Kasha) et du film du même titre, réalisé en  2012 en Corée par Byun Young-joo.

Ce colloque à taille humaine fut convivial et chaleureux, favorisant, en marge des différentes sessions, de fructueux contacts entre chercheurs européens et coréens.

On regrettera toutefois que la définition de la « civilisation coréenne », et surtout la présentation des sources en rapport, n’ait pas été plus accentuée, comme le thème de la rencontre semblait y inviter. Une prochaine fois peut-être ?

 

Ressources

 

Laurent Quisefit

Dr, Chercheur associé UMR  8173 Chine, Corée, Japon

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.