Article : Kyung-mi KIM, « L’effet conjugué du contexte national et du genre sur la (non) transmission des langues dans les familles mixtes en Corée du Sud »

 

 

L’article de Kyung-mi KIM

« L’effet conjugué du contexte national et du genre

sur la (non) transmission des langues dans les familles mixtes en Corée du Sud »

 

vient de paraître dans le numéro 147 de la revue Langage et société

(mars 2014, pp. 51-66)

consacré aux « Familles plurilingues dans le monde. Mixités conjugales et transmission des langues » sous la direction de Christine DEPREZ, Beate COLLET et Gabrielle VARRO

 

Présentation du numéro :

Mixités familiales et plurilinguismes, ce titre crée un lien entre deux champs d’études rarement mis en relation, à savoir le plurilinguisme, « laissé » aux sciences du langage et la mixité familiale, généralement traitée par les sciences sociales. Ce numéro explore, à travers des entretiens, la diversité des pratiques langagières et la créativité des parents et des enfants, donnant à voir des situations très différentes, dont beaucoup étaient encore inexplorées ou mal connues, comme dans le cas des expatriés en Éthiopie, des couples mixtes en Inde ou en Corée ou encore des familles d’enfants sourds (qui introduisent une nouvelle langue à la maison). Le dossier permet aux lecteurs de comparer des expériences singulières ou collectives, qui mettent en relief les différents statuts des langues en contact ainsi que le caractère monolingue ou plurilingue de l’environnement social et éducatif.

 

Pour plus d’informations : http://www.editions-msh.fr/livre/?GCOI=27351100863400

 

Résumé de l’article :

Le choix et la transmission des langues au sein des familles mixtes dans la société sud-coréenne se rapportent à une double condition : le genre et le contexte national. L’inégalité des sexes ancrée dans cette société conditionnant les pratiques matrimoniales et les stratégies de reproduction, le mariage mixte des femmes coréennes est considéré comme une menace à l’ordre symbolique fondé sur l’idéologie de l’« unicité ethnique », alors que celui des hommes coréens est l’objet d’intervention politique afin de garantir la transmission de l’« identité nationale » associée à la culture coréenne. Dans ce paysage social et politique, la marginalisation et la stigmatisation subies par les femmes coréennes mariées à un étranger, font partie des paramètres influençant le choix et la transmission des langues au sein de leur famille. Quant aux familles mixtes des hommes coréens, la pratique de la langue coréenne est imposée par les politiques d’intégration du gouvernement, et, de ce fait, la langue étrangère pratiquée par leur femme trouve très peu de place dans cette société.

En s’appuyant sur des entretiens, une analyse des discours journalistiques et politiques, et des données quantitatives, cet article se propose d’éclaircir cette double condition propre à la société sud-coréenne, afin de montrer l’influence d’un tel contexte national sur le choix et la transmission des langues au sein de familles mixtes. 

 

Mots-clés : mariage mixte, pratiques matrimoniales, genre, politique d’intégration, « identité nationale », société sud-coréenne.

 

Référence complète de l’article

Kyung-mi KIM, « L’effet conjugué du contexte national et du genre sur la (non) transmission des langues dans les familles mixtes en Corée du Sud », Langage et société, n° 147, mars 2014, pp. 51-66.

 

Couverture

L&S 147prospectus


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search