Roger Leverrier (1928-2011) : un infatigable traducteur de la littérature coréenne à redécouvrir

Photo Roger Leverrier 2

Roger Leverrier (1928-2011) : un infatigable traducteur de la littérature coréenne à redécouvrir

 

Après quarante-deux années passées en Corée du Sud, d’abord comme missionnaire catholique dans la province du Kyŏngsang, puis comme professeur à l’université Hankuk des Études étrangères à Séoul, Roger Leverrier, de nom coréen Yŏ Tongch’an (呂東贊), retourna dans sa Normandie natale au milieu des années 1990. Dès lors, non seulement il remit sur le métier la traduction commencée dans ses années coréennes, mais il ouvrit d’autres chantiers, s’intéressant à des auteurs sud-coréens du xxe siècle de genres littéraires différents (poésie, théâtre, romans) tels que Hwang Sunwŏn (1915-2000), Yi Kangbaek (né en 1947), Kim Sojin (1963-1997), mais aussi des « classiques » comme Sŏ Chŏngju (1915-2000) et Pak Mogwŏl (1916-1978). Il avait déjà à son actif la publication de plus de vingt romans et nouvelles.

On connaît sans doute moins le pan académique des activités de Yŏ Tongch’an : il fut l’auteur d’un mémoire de Maîtrise sur les cultes de protection de l’État du Koryŏ soutenu à l’Université Dongguk de Séoul en 1970. Il prépara ensuite une thèse sur la croyance en Maitreya qu’il ne soutint malheureusement pas.

À quelques kilomètres du Mont Saint-Michel, avec son épouse, la peintre Ilbong Pak Chong-ja, il avait conçu le projet d’ouvrir un centre culturel coréen, mais celui-ci ne put être mené à bien à cause de la « crise du FMI » (1997-1998). De ce désir de faire connaître la culture coréenne en Normandie, est resté le lieu d’exposition de « Peinture Orientale » d’Ilbong, au bord de la route menant à l’un des monuments les plus visités de France. Modeste, parlant peu de son travail, Yŏ Tongch’an ne se fit malheureusement pas connaître du milieu des études sur la Corée, caractérisé par sa forte concentration parisienne, si bien que la jeune génération des chercheurs le connaît peu. En Corée, il était pourtant célèbre pour son franc-parler, ses plaisanteries et ses jurons. Son amour de la langue – des langues – se retrouve dans son art consommé et savoureux de la langue coréenne écrite (comme en témoigne son ouvrage en coréen intitulé « La Corée et les Coréens vus par un étranger » Ibang’in-i pon Han’guk.Han’gugin 異邦人이 본 韓國.韓國人, commandité par la revue sud-coréenne Economist, et publié en 1987). Ses cheja (« disciples ») de l’université avaient un temps envisagé de recueillir et de publier ses bons mots.

 

Lieu du souvenir Yeo Tongchan

Dans la galerie d’Ilbong, a été aménagé un émouvant lieu du souvenir au sous-sol de la grande maison normande, au milieu d’une forêt de tableaux de style oriental représentant des sujets inspirés de la nature et du bord de mer de la région. Sa veuve a confié en novembre 2013 au Réseau des Études sur la Corée la mission de mettre en valeur ce qu’il convient d’appeler le « fonds Leverrier » composé de nombreux manuscrits achevés de ses traductions d’œuvres littéraires. Faisons le vœu que cet immense travail de traduction soit rapidement largement accessible au plus grand nombre.

 

Yannick Bruneton

Maître de conférences à l’université Paris Diderot


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search