Conférence d’Enrique Valencia Lomelí : “Acteurs sociaux et réformes sociales : le cas de la Corée du Sud, 1982-2012”, 29 janvier 2014

Vous êtes cordialement invités à la conférence que donnera Enrique Valencia Lomelí, professeur à l’Université de Guadalajara et professeur invité à l’EHESS sur le thème “Acteurs sociaux et réformes sociales : le cas de la Corée du Sud, 1982-2012” dans le cadre du séminaire de Sebastien Lechevalier “Capitalismes asiatiques : diversité et changement institutionnel”
 
le mercredi 29 janvier 2014 de 13h à 15h en salle 2 (EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris)
Vous trouverez ci-dessous un résumé de cette conférence. Pour toute information, merci de bien vouloir contacter kae.amo@ehess.fr
 
Sebastien Lechevalier
******
Au cours des 30 dernières années, le système de protection sociale en Corée du Sud a connu une forte activité réformiste, en particulier en ce qui concerne les institutions de la retraite (unification et universalisation du système) et de la santé (unification financière dans une institution publique, dans le contexte d’approvisionnement assuré de façon majoritaire par le secteur privé), et des programmes de lutte contre la pauvreté (création d’une loi du bien-être minimal). Cette intense activité réformiste en ce qui concerne les institutions essentielles du système de protection a supposé une confrontation entre les différentes coalitions promotrices des politiques sociales: la plus ancienne est une coalition conservatrice (fonctionnaires de la période autoritaire et des parties politiques héritiers de la dictature, fédération syndicale officielle, et entrepreneurs propriétaires des grands conglomérats), axée sur la croissance économique, protectrice des anciens compromis publics dans le régime de protection sociale résiduelle (faible niveau des dépenses sociales et importantes dépenses publiques avec objectifs économiques), promotrice de l’intégration progressive des règles bismarckiennes et fondée sur la famille confucéenne. Avec le processus de démocratisation, déclenché en 1987, acteurs nouveaux sont apparus à l’intérieur (fonctionnaires émergents des partis de l’opposition à la dictature) et à l’extérieur de l’appareil d’État (organisations de la société civile, fédérations syndicales autonomes et diverses communautés épistémiques); une nouvelle coalition promotrice du bien-être avec un fort contenu redistributif. La confrontation et la négociation entre coalitions ont créé des espaces en faveur des réformes sociales et du surgissement des débats qui restent sans solution au début de la deuxième décennie du siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search