Compte rendu du colloque « Villes capitales du monde coréen », 12 et 13 septembre 2013, Paris

Compte rendu du colloque 2013 du Réseau des études sur la Corée

VILLES CAPITALES DU MONDE CORÉEN

12 et 13 septembre 2013, Paris

 

Le colloque « Villes capitales du monde coréen », qui s’est déroulé sur deux journées à l’université Paris Diderot (UPD) et à la Maison de l’Asie, a débuté par une intervention de l’organisatrice du colloque, Valérie Gelézeau (EHESS) qui a fait une introduction générale à ces deux journées et présenté les grandes problématiques dans Les capitales coréennes en mouvement : des hyper-capitales aux capitales de l’ombre. Elle y aborde les discours autour des capitales historiques « légitimantes » que sont Kyŏngju pour le Sud et Kaesŏng pour le Nord, mais aussi les capitales historiques marginalisées que sont par exemple Puyŏ, Kongju ou encore Suwŏn comme capitales oubliées ou encore « avortées ». Elle évoque les nombreuses diasporas coréennes à travers le monde (New Seoul à LA, Alma Aty au Kazakhstan) comme un archipel de capitales.

 

Jeudi 12 septembre 2013

 

Centres et (contre)-modèles de capitales

Discutants : François Gipouloux (CNRS), Antoine Fleury (CNRS)

 

La première série de communications a été ouverte par Yannick Bruneton avec Espaces métropolitains et mobilités autour des capitales du Koryŏ (Xe – XIVe siècle) où il tente de comprendre en quoi la période du Koryǒ est une période de transition entre des systèmes pluri-métropolitains et un système à capitale unique qui a été mis en place au début du Chosǒn. Le Koryŏ passant d’un « bi-métropolitanisme » (capitale principale 上京 et capitale de l’Ouest 西京) de la fondation à un « tri-métropolitanisme », avec des capitales secondaires situées dans les directions stratégiques mais aussi dans les capitales historiques. En 1308, ces capitales secondaires furent rétrogradées en « préfectures » (pu 府) et le système « pluri-métropolitain » fut finalement abandonné.

Dans son intervention intitulée Le modèle paysager des capitales d’Asie à partir de trois référents chinois (Zhouli, Fengshui, Changan), Seungman Baek (Université Yeungnam) aborde l’influence des théories géomantiques et religieuses. La Chine, modèle culturel pour toute l’Asie orientale, a fourni à la fois des modèles d’urbanisme notamment à travers un modèle cosmologique (Zhouli, Rites des Zhou) et un modèle terrestre fondé sur la géomancie (fengshui). Il apporte quelques pistes de réflexion quant aux modèles choisis en Asie orientale au moment de construire une nouvelle capitale.

L’intervention de Géraldine Djament-Tran (Université de Strasbourg), intitulée Modèles de capitales et construction du territoire national : le débat sur Rome capitale (1861-1871) offre des perspectives à l’extérieur de l’Asie orientale et démontre ce faisant l’universalité de la question des modèles. Elle a détaillé les raisons qui ont poussé l’Italie nouvellement unifiée à faire de Rome sa capitale, et les débats qui ont entouré cette question. Si le choix de cette ville apparaît aujourd’hui comme une évidence, il ne s’est pas imposé de lui-même, mais s’est opéré en trois grandes étapes : l’établissement de la capitale à Turin dans un premier temps, puis son transfert à Florence, et enfin Rome.

La table ronde qui a clôturé cette première série d’interventions, animée par Alain Delissen (EHESS), a abordé la notion de « capitale », rappelant que cette problématique est intimement liée à la question de ce qu’est le pouvoir. Il a en outre évoqué l’intérêt potentiel de penser la capitale coréenne dans la notion d’impérialisme, non pas dans le sens du rapport historique aux empires chinois ou japonais, mais plutôt à l’intérieur même d’un pays divisé. Un empire est un centre politique ayant une volonté d’unification, ce que l’on peut observer dans l’histoire de la construction politique coréenne.

 

3

 

Aménager les hyper-capitales : grands projets à Paris, Séoul et Pyongyang

Discutante : Myriam Houssay-Holzschuch (Université Grenoble Alpes)

 

Le rapport au passé et aux modèles fut un des principaux axes de ce second atelier, qui s’est ouvert sur une présentation de Hyun-chan Bahk (The Seoul Institute), Les grands projets urbains du centreville de Séoul, dans laquelle il a rappelé les grands aménagements urbains qui ont façonné la ville actuelle avec les chantiers du Ch’ŏnggyech’ŏn ou de la Grande Porte du Sud (Sungnyemun) et le projet « Urban Renaissance » (2007). Son intervention a ainsi fourni les premières clés d’une réflexion sur les tensions entre les habitants et les pouvoirs publics autour de l’appropriation des espaces publics, une thématique importante de ce colloque.

Hyojung Bae (Korean Research Institute for Human Settlements) a pour sa part présenté les grands travaux d’aménagements de la place Kwanghwamun dans une communication intitulée Le grand projet de l’esplanade Kwanghwamun à Séoul (Gwanghwamun Plaza). L’aménagement de cette place s’inscrit dans une longue lutte entre citoyens et autorités pour l’appropriation de l’espace urbain, et ce d’autant plus que cette avenue est un axe historique majeur de la ville et en tant que tel, un symbole important et un enjeu de premier ordre pour tous dans une capitale dont la fonction est aussi de présenter une image du pays à l’étranger.

Cette préoccupation du faire-paraître est au cœur même de la reconstruction de Pyongyang durant l’après-guerre, comme l’a montré Inha Jung (Hanyang University) dans sa présentation, Grands projets à Pyongyang depuis 1970 – le façonnage symbolique des espaces urbains pour une capitale communiste. Pyongyang en tant que « capitale de la révolution » devient une ville de propagande, dont la reconstruction débuta à la fin des années 50, selon des principes de standardisation calqués sur le modèle des grandes villes russes, tels les « micro-districts », caractéristiques du modèle soviétique.

Cette dernière présentation de la journée a permis d’entamer la réflexion sur ce qu’est une capitale, problématique avec laquelle Myriam Houssay-Holzschuch (Université Grenoble-Alpes) a ouvert la table ronde. Il est intéressant de se demander ce que la présence de tel ou tel pouvoir fait à la ville pour la rendre capitale, mais aussi de l’endroit où l’on pose la marque de la capitalité. Qu’est-ce qui fait capitale ? Quelles sont les relations entre les capitales dans un même pays ? Que fait la capitalité à la ville ?

Ces discussions ont quelque peu préfiguré les grandes problématiques du lendemain, notamment avec la question de la préservation et de la mise en valeur du patrimoine, ou encore de « nation branding ».

 

5

 

Cette première journée s’est achevée par une promenade commentée tapsa conduite par Nathan Emery de l’association « A travers Paris », au cours de laquelle il a présenté deux sites parisiens, le quartier Paris Rive Gauche et la place de la République. Créé en contrepoids au quartier d’affaires de la Défense, le quartier Paris Rive Gauche est le plus important chantier de ces 20 dernières années situé sur une parcelle isolée entre la Seine, des voies ferrées et le périphérique. La place de la République après avoir été un carrefour automobile, est aujourd’hui une place ouverte à la circulation piétonne. L’intention principale du projet de l’agence TVK est d’ouvrir un grand espace pour pouvoir circuler et accueillir des événements importants.

 

tapsa

 

Vendredi 13 septembre 2013

 

Capitales et élites sociales

Discutants : Guillaume Carré (EHESS), Sylvain Laurens (EHESS)

 

La seconde journée s’est ouverte avec l’intervention de Kil-ho Lee (Groupe d’Analyse Politique de l’Université de Paris Ouest Nanterre), intitulée Nation Branding, les élites intellectuelles et Séoul : la fabrication d’un consentement social, dans laquelle il a présenté le Presidential Council on Nation Branding (PCNB), créé en 2009 sous la présidence de Lee Myungbak et dont le but principal est de promouvoir l’image de marque de la Corée du Sud sur la scène internationale, à travers des pratiques proches du marketing politique. Cela est basé sur la perception largement répandue que la valeur de la Corée du Sud est sous-évaluée à l’étranger en comparaison avec sa réussite économique. Kil-ho Lee s’est montré critique vis-à-vis du consensus social sur le « nation branding » et l’absence de remise en cause.

Bernard Senécal (Université Sogang) dans une communication intitulée, Élites religieuses à Séoul : le Bonze Chigwang et le centre Zen Nŭngin de Séoul, présente le centre Zen Nŭngin (能人禪院) créé en 1984 par le moine Chigwang (né en 1950) dont les activités sont aujourd’hui internationales (Canada, États-Unis, Chine). Longtemps chassé des villes et rejeté aux portes de la société, le bouddhisme cherche aujourd’hui à réinvestir la capitale et à se rapprocher des institutions politiques. Chigwang a repris les techniques de l’évangélisme et met en outre les sciences ou la philosophie contemporaine au profit du bouddhisme, ce qui confère à son école un certain éclectisme. Il a créé des universités, commercialise les services bouddhiques, invente de nouveaux paradigmes, etc., autant d’innovations qui expliquent son succès.

Kim Hui-yeon (INALCO) a permis une comparaison entre bouddhisme et christianisme dans son intervention intitulée Moderniser le pentecôtisme pour atteindre les élites séouliennes ? Cette Eglise créée en 1958 par Yonggi Cho offre une « nouvelle vision du monde », mais aussi des bienfaits matériels, qui ont permis d’attirer la population pauvre au sortir de la guerre. Elle change quelque peu ses orientations cherchant à attirer un public plus aisé. Elle crée dans les années 90 un « néo-pentecôtisme » qui appelle les fidèles à changer le monde à travers des programmes d’assistance à l’intérieur et l’extérieur du pays (ONG « Good People », centre médical au sein de l’Eglise). Les similitudes avec le bouddhisme décrit par Bernard Senécal sont frappantes.

 

8

 

Puis, Marie-Orange Rivé-Lasan (UPD) a débuté son intervention, Élites originaires du Nord et implantation dans la capitale, présentant la façon dont les élites issues du Nord ont pu s’implanter dans une ville qui n’était pas la leur. Ils connaissent pour certains une véritable ascension sociale. Ils étaient environ 5 millions en 1955, et 8 millions en 2011 (il s’agit pour beaucoup d’une deuxième génération née au Sud), et 45% d’entre eux vivaient à Séoul en 1949, contre 32% en 1998. Cette implantation s’est notamment faite par la création de réseaux et de lieux de rendez-vous (églises protestantes, écoles ou universités). Aujourd’hui, les élites originaires du Nord sont présentes dans tous les lieux du pouvoir à Séoul, mais aussi dans les diasporas, et ont pu jouer même à l’extérieur, un rôle d’intermédiaire entre Nord et Sud.

C’est justement une des diasporas coréennes, celle du Kazakhstan, qui a constitué l’objet de la présentation de Yim Eunsil (UMR 8173), Les élites d’une capitale de la diaspora : la construction de la Maison de Corée à Alma Aty (Kazakhstan). Cette Maison de Corée, inaugurée en 2004, est un haut lieu de la diaspora coréenne abritant l’Association des Coréens au Kazakhstan (AKK) considérée comme l’association la plus influente du pays. Elle fut créée dans le but de se démarquer de l’influence du gouvernement sud-coréen et est en ce sens une exception car ne devant sa fondation qu’à un réseau d’hommes d’affaires, ce qui lui confère une réelle indépendance, mais aussi influence et visibilité dans le paysage associatif kazakh.

Isabelle Sancho (CNRS) a animé la table ronde qui a clôturé cette matinée en dressant un premier parallèle avec le parcours personnel des élites et leur rapport à la capitale dans la Corée ancienne : la capitale était un lieu de contact avec le pouvoir politique. Cette comparaison avec le passé a fourni de nouvelles pistes de réflexion sur la notion d’élite. Valérie Gelézeau a pour sa part évoqué la forte présence du quartier de Kangnam (Gangnam) dans la définition de l’hyper-capitale coréenne, Kangnam (Gangnam) est un haut lieu de pouvoir économique et politique, où se concentrent les élites du pays.

 

6

 

Capitales, lieux de mémoires et patrimoine

Discutantes : Françoise Ged (Observatoire de l’architecture de la Chine contemporaine), Charlotte Vorms (Université Paris 1)

 

L’après-midi de la seconde journée a débuté avec la présentation de Benjamin Joinau, Patrimoines et lieux de mémoire à Pyongyang dans les « régimes de visibilité » de la capitale, dans laquelle il a expliqué comment le pouvoir politique mettait en scène le paysage urbain pour se raconter, créer un récit pour lequel il a présenté une topo-mythanalyse lui permettant de dégager plusieurs strates de visibilité dans l’architecture urbaine, en fonction de ce que le régime cherche à montrer ou au contraire cacher.

Seongkeun Lee (Université Sahmyook) a pour sa part présenté les aménagements urbains autour de la rivière Ch’ŏnggye à Séoul, dans son intervention intitulée La promenade du Ch’ŏnggyech’on – métamorphoses et réinvention du patrimoine séoulien. Après la guerre de Corée, la rivière fut recouverte par un axe routier, symbole du développement économique, et faisant de la rivière une sortie d’égouts. Le trafic s’étant dégradée en centre-ville, il fut décidé de créer un axe « bleu » autour de cette rivière qui coule d’ouest en est, et qui croiserait un axe « vert » nord-sud entre le palais Kyŏngbok et le mont Nam (Namsan). La mise en scène de la ville et de son image semble avoir guidé les décisions politiques qui ont présidé à ces aménagements.

Hong Sukki (The Seoul Institute) a présenté le patrimoine séoulien laissé à l’abandon, dans une communication intitulée Vestiges et sites historiques à l’abandon au cœur de Séoul, un patrimoine à développer? Une grande partie du patrimoine historique de la ville n’est pas visible aux touristes, car caché. Il a placé son intervention dans la continuité des discussions autour de la question du visible et du non-visible dans le paysage urbain. On dénombre dans Séoul près de 2300 lieux et objets de mémoire (tombes, habitations, fortifications, objets d’art, etc.), qui ne sont pas encore tous protégés, la politique culturelle étant largement subordonnée à des impératifs politico-économiques.

Dans la discussion qui a suivie, Françoise Ged (Observatoire de l’architecture de la Chine contemporaine) a remarqué qu’il existait beaucoup de points et d’interrogations communes entre la Corée et la Chine. Puis elle a abordé la définition de ce qui devient un bien commun, le patrimoine, notamment de comment se choisit ce qui est privé ou non, ce qui est visible ou non. Charlotte Worms (Université Paris 1) s’est interrogée sur le but envisagé lorsque l’on choisit les vestiges à mettre en valeur. Pourquoi valoriser ces sites à Séoul ? Pour quel récit, social, national, local, politique? La question du patrimoine nous en dit long sur le rapport à l’Histoire et à la mémoire : quelle lecture de l’Histoire veut-on donner?

 

7

 

 

Après une courte pause, Elisabeth Chabanol (EFEO) a débuté sa présentation intitulée Capitales historiques coréennes et patrimonialisation à Kaesŏng et Kyŏngju : une approche comparée. Kaesŏng et Kyŏngju sont deux agglomérations provinciales, de taille moyenne. A Kaesŏng, comme à Kyŏngju, les habitants, au tout début de l’époque coloniale prennent l’initiative de protéger les biens culturels de leur cité. Cependant, c’est l’administration coloniale japonaise qui met en place une politique de mise en valeur du patrimoine et de fouilles archéologiques. Kaesŏng reste pour sa part le symbole de la partition du pays. En tant qu’ancienne capitale du Koryŏ, la ville revêt une importance idéologique forte, aussi le gouvernement nord-coréen encourage-t-il les recherches sur ce site. Il existe nombre de débats entre le Nord et le Sud pour savoir quel royaume, du Silla ou du Koryŏ a réellement unifié le pays, expliquant l’importance que revêt chacune de ces villes aux yeux des autorités respectives de chaque Corée. Cette présentation a apporté un éclairage différent sur les capitales « légitimantes » que sont Kyŏngju et Kaesŏng.

Nicolas Fiévé (EPHE) a ensuite pris le relais avec sa présentation, Patrimoine et patrimonialisation à Kyôto, qui a servi de mise en perspective et d’élément de comparaison avec les débats de la matinée sur la péninsule coréenne. Kyōto étant la seule grande ville japonaise à ne pas avoir été bombardée durant la Seconde Guerre mondiale, elle a pu conserver un patrimoine culturel riche qui est le résultat d’une tradition de relation entre l’homme et la nature. Il existe trois niveaux de lecture pour interpréter la législation japonaise sur la protection des paysages : la protection des monuments et sites historiques, la protection des paysages naturels, et la protection des quartiers et agglomérations autour des sites. Nicolas Fiévé a conclu sa présentation en expliquant que Kyōto, en dépit de ses nombreux monuments, n’est en aucun cas une ville-musée : elle reste une ville dynamique avec une activité économique intense.

 

Vous pouvez télécharger le texte intégral du compte rendu du colloque Capitales sur le site du Réseau des études sur la Corée :

http://www.reseau-etudes-coree.univ-paris-diderot.fr/documents/colloque-villes-capitales-du-monde-coreen-12-et-13-septembre-2013-paris-compte-rendu

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *