Benoît Dumerchat, « Le dictaphone et la bannière »

J’ai réalisé un terrain à Séoul en août et septembre 2018. Après m’être documenté sur l’histoire du christianisme en Corée et ses imbrications politiques, j’étais désireux de mener une enquête sur l’une de ses applications les plus engagées socialement.

Plusieurs études et reportages mentionnent que les réfugiés Nord-Coréens récemment arrivés au Sud déclarent être chrétiens, qu’ils ont rencontré des passeurs de cette même obédience, ou bien que le tissu associatif servant à faciliter leur insertion est souvent lié à une organisation religieuse. Ne pouvant aisément trouver d’étude qualitative sur ce sujet, j’en fis mon sujet d’étude.

Après m’être renseigné sur l’Internet et auprès d’individus capables de m’aiguillier, j’ai contacté des ONG répondant à quatre critères : l’ancienneté, la visibilité médiatique, l’existence d’un programme d’aide à l’insertion pour les Nord-Coréens, et le fait que l’appartenance religieuse constitue un critère de recrutement de leurs employés.

Mon enquête étant sociologique, les méthodes employées sur le terrain se devaient d’être l’entretien et l’observation. Ces dernières nécessitent du temps, une ressource souvent rare dans les ONG, voire plus généralement en Corée du Sud. Et quoi de plus intrusif qu’un sociologue s’il n’est un chien dans un jeu de quilles ? Il me fallait donc négocier ma présence.

Je me suis présenté en tant qu’étudiant désireux de mieux comprendre leur travail. Des ONG répondant aux critères précédemment évoqués m’ont dit refuser systématiquement les demandes relatives à une recherche en sciences sociales. Face à cet obstacle, j’ai décidé de me présenter également en tant que chrétien – alors que ce n’est pas le cas – en précisant que j’étais intéressé par la question de la foi religieuse et de sa transmission. Sans être convaincu d’agir correctement, montrer que « j’en étais » me semblait être une matoiserie nécessaire afin d’aborder certains sujets plus amplement. Finalement, il ne m’a pas été demandé de revenir dans le détail sur mon rapport à la religion, et j’ai senti que cela avait ôté certaines appréhensions.

Deux fondateurs d’ONG ont accepté de répondre à mes questions puis m’ont laissé m’entretenir avec certains employés. Grâce à l’un d’eux, j’ai été mis en contact avec une autre ONG dont les objectifs et méthodes de travail différaient radicalement des deux premières : une rencontre fortuite apportant plus de données et d’exhaustivité à mon enquête.

La négociation d’un temps de présence propice à un travail d’observation s’est avérée impossible à obtenir, autant pour des raisons pratiques que pour des précautions toutes naturelles sur mes intentions. C’est donc par le biais d’entretiens semi-directifs qu’il m’a été possible d’accéder au terrain. Ces derniers sont plus facilement acceptables car ils permettent aux interviewés de mieux maîtriser l’image qu’ils véhiculent, ce qui incite par la suite à penser à la question de l’instrumentalisation des chercheurs par leurs enquêtés. Les entretiens ont majoritairement été effectués à la suite de longues négociations, et mes conditions (une heure minimum d’entretien seul à seul) ont rarement été respectées. Il m’a également été impossible de m’entretenir suffisamment avec des réfugiés en raison de la barrière de la langue, du manque de disponibilité ou bien de réticences de la part des membres des ONG. En conséquence, le choix de porter l’enquête exclusivement sur les « prestataires » des ONG, plutôt que sur leurs « bénéficiaires », s’est décidé sur le terrain.

Le travail d’observation (comprenant des discussions non enregistrées) a été un complément nécessaire à l’interprétation des entretiens. J’ai pu effectuer quelques visites en m’adressant directement aux employés et en participant à certaines activités. L’un des principaux intérêts de ce travail fut de mieux comprendre la manière dont s’opère le prosélytisme dans ces ONG. Conscient de son potentiel à susciter des critiques extérieures ou bien des divergences internes, le sujet était difficilement abordable lors des entretiens.

J’ai tiré de cette expérience beaucoup de satisfactions. Il m’a été possible de rencontrer des personnes investies, qui malgré certaines prudences toutes naturelles, ont été accueillantes et bienveillantes. Lorsque l’on est de passage dans un groupe fermé, il est marquant de constater que notre ambivalence entre distance et proximité favorise certaines confidences.

Plus personnellement, ce travail d’enquête fut formateur. M’adapter à des situations inédites me conduisit à une certaine retenue, ainsi qu’à plusieurs maladresses de ma part. S’évertuer à les corriger permet d’obtenir des données qualitatives, mais aussi de solides repères au moment de se lancer à nouveau dans l’inconnu.

Benoît Dumerchat
Boursier Rescor 2018
Etudiant en Master à l’EHESS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search