Parution du Bulletin n°28 du Réseau des Études sur la Corée, décembre 2020

Septembre 2010 – décembre 2020 ! Dix ans d’aventures du RESCOR s’achèvent et il n’est pas simple d’en dresser le bilan ici et maintenant ! Convient-il d’ailleurs de le faire, dans la mesure où il est vraisemblable que l’équipe actuelle du RESCOR, en partie ou dans sa totalité, tentera un nouveau départ dans quelques mois auprès du Korean Studies Promotion Service, en 2021 ? Pendant dix ans, le fonctionnement du Réseau aura permis à une « troisième voie » des études coréennes d’exister et de s’épanouir. Une « troisième voie » donnant des possibilités nouvelles et multiples : la possibilité de faire réseau, d’élargir nos cercles, de collaborer avec d’autres collègues et chercheurs ; la possibilité d’organiser de manière plus libre et créative des événements scientifiques, de produire et de publier ; la possibilité de donner accès à un large public de fonds d’études sur la Corée (les Corées) en langue française ; de soutenir activement les étudiants de Master, Doctorat et jeunes chercheurs des établissements fondateurs, contribuant par là à favoriser l’émergence d’une nouvelle génération de spécialistes ; la possibilité de subventionner des initiatives estudiantines ; la possibilité de mettre en valeur des fonds dormants de nos aînés généreusement mis à disposition ; de faire mémoire des parcours de nos anciens pour mesurer d’où nous venons collectivement, combien nous leur devons, et de construire en conscience notre futur ; de dresser un bilan des études coréennes dans l’Hexagone depuis la première fois, de donner de la visibilité à nos actions… Le fait que le Réseau ait accompagné une vaste dynamique de recrutement d’enseignants-chercheurs dans de nombreuses universités en France ces dernières années ne relève pas du hasard. Les années RESCOR. Le RESCOR n’a pas occupé la place d’autres : il a ouvert des espaces et dynamisé les réseaux préexistants au niveau national et international (AFPEC, AKSE). Au bout du compte, le RESCOR a beaucoup semé pour une récolte dont les fruits ne seront visibles que dans plusieurs années. L’arrêt, même temporaire, du RESCOR est d’autant plus poignant qu’il advient dans le contexte singulier d’une crise sanitaire mondialisée, dévoilant les forces et les faiblesses de nos sociétés, ainsi que leur haut degré de connexion, sinon de mimétisme. La Corée du Sud, dans sa différence, s’est encore rapprochée de nous dans cette crise. La logique collaborative sur laquelle repose tout l’édifice du RESCOR y a trouvé sans doute la confirmation de son bien-fondé. Restons persuadés de l’idée que nous sommes plus forts collectivement lorsque nous collaborons. À l’heure où ces lignes sont écrites, il reste bien des incertitudes sur les modalités de « sortie de crise », et sur l’avenir du RESCOR. À nous de continuer à faire fructifier les études coréennes francophones tout en nous renouvelant. La production de matériaux pédagogiques, la traduction, l’activité internationale du réseau sont autant de chantiers que le RESCOR a contribué à ouvrir et qu’il pourrait développer dans un futur proche. Le RESCOR 2 s’achève dans un contexte mêlant incertitude et espoir. À tous les membres du RESCOR, à tous ceux qui participent au Réseau et qui en bénéficient, j’adresse avec émotion mes remerciements et mes vœux les plus chaleureux pour la nouvelle année !

Yannick Bruneton

Responsable du Réseau des Études sur la Corée


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search