Manon Prud’homme, « Produire en terrain difficile : l’exemple de Pyongyang (Corée du Nord) »

Dans le cadre de mon master qui s’est intéressé au développement des espaces et des pratiques du loisir à Pyongyang au 21e siècle, j’ai effectué un séjour dans la capitale nord-coréenne durant l’été 2019. Ce n’était pas mon premier voyage en Corée du Nord. J’avais déjà séjourné un mois en septembre 2016, alors que je n’avais pas encore commencé mes recherches. En août 2019, j’ai été responsable de la coordination des voyages et de l’accompagnement, pour la Revue Tangun, d’un groupe de six étudiants français désireux d’apprendre le coréen à l’université Kim Il Sung pendant un mois. Ce séjour linguistique était également l’occasion pour moi de relever les données nécessaires à mon travail de recherche qui se proposait d’analyser les évolutions du loisir nord-coréen puisque le nombre d’espaces dédiés aux pratiques du loisir a nettement augmenté depuis l’arrivée au pouvoir de Kim Jong Un en 2012.

Entrée du parc aquatique de Munsu – août 2019

Mon objectif premier était de visiter les espaces dédiés aux loisirs de Pyongyang afin de décrire avec précision leur aménagement, leur implantation dans la ville et leur organisation. Il s’agissait aussi d’observer les pratiques des visiteurs dans chacun d’entre eux. J’ai défini dix-sept espaces qui avaient pour caractéristique commune d’être : un espace fermé et payant ayant pour but principal l’amusement. Un travail préalable effectué tout au long de ma première année de master m’avait permis de les recenser de manière précise grâce à un travail de cartographie. Mon premier voyage en 2016 m’avait permis de visiter certains des parcs de loisirs que j’avais ciblés et de pouvoir en faire une description détaillée.

Mon second objectif était d’interroger les étudiants de l’université Kim Il Sung sur leurs pratiques du loisir puisqu’à l’occasion de ces voyages, nous avons séjourné au sein du dortoir de l’université où étudiants étrangers et étudiants nord-coréens cohabitent et se côtoient de manière quotidienne. La Corée du Nord n’est pas réputée pour son ouverture et les difficultés liées à la dictature ne permettent pas de mener des enquêtes librement. Néanmoins, sur la base de mon expérience précédente, mes espoirs étaient grands et mes objectifs plutôt élevés en matière de récolte de données.

Une fois sur place, j’ai réalisé que j’avais largement sous-évalué le temps que je devrais consacrer à  mon rôle d’intermédiaire principale entre les responsables nord-coréens qui dirigeaient notre séjour et les six étudiants français. Le fait d’être en charge du budget, de l’organisation des sorties – que nous avons planifiées avec le groupe entier – et du bon déroulement du séjour prenaient beaucoup de temps. La difficulté principale a néanmoins été les négociations avec les hôtes nord-coréens qui ont été particulièrement compliquées. La plupart des règles de séjour avaient changé par rapport à mon voyage précédent. Les restrictions, notamment de déplacement, ont été nettement plus nombreuses : nous n’avions plus le droit de prendre le métro, nous ne pouvions plus nous promener dans le quartier de l’université où nous séjournions et nous avons même dû négocier pendant plusieurs jours pour obtenir l’autorisation de nous rendre dans certains parcs de loisirs.

Plan du parc zoologique – août 2019

J’ai rapidement compris que les objectifs que je m’étais fixés avant de partir n’allaient pas être atteints et que d’autres solutions devaient être envisagées. Mon travail de master consistait à apporter un témoignage sur les évolutions des parcs de loisirs à Pyongyang au 21e siècle dans le cadre des larges projets d’urbanisation entrepris dans la capitale depuis une dizaine d’années. Dans la mesure où les entretiens n’ont pas pu être effectués, l’observation participante a rapidement constitué une solution de remplacement. Au fil des nombreuses visites dans les parcs de loisirs, j’ai pu prendre de manière systématique les plans des parcs en photo ; ce qui m’a permis, par la suite, de recenser les équipements présents dans chacun d’entre eux. Au cours de ces visites de plusieurs heures, j’ai également pu faire des observations intéressantes sur les pratiques des visiteurs. J’ai ainsi pu identifier les différents profils de visiteurs et constater que les visites dans les parcs de loisirs étaient motivées par des raisons personnelles, puisque des groupes amicaux ou familiaux s’y retrouvaient en dehors de leur temps de travail. En observant ces visiteurs et leur apparence physique (vêtements et accessoires de marque), j’ai pu formuler une hypothèse de départ selon laquelle une classe moyenne s’était constituée à Pyongyang depuis une dizaine d’années. La haute fréquentation des parcs de loisirs de Pyongyang m’a également permis de confirmer cette hypothèse puisque les parcs du centre-ville connaissent aujourd’hui une certaine popularité.

La leçon principale que je retiens de ce voyage de terrain, c’est que rien ne se passe comme on l’avait prévu. Faire du terrain en Corée du Nord peut être source de grandes frustrations et parfois d’angoisse, mais les données recueillies sont toutefois exploitables pour un travail de recherche. Les privilèges qui m’ont été donnés sur place m’ont permis de rapporter des matériaux intéressants et inédits. La durée du séjour, plus grande que la majorité des voyages organisés par des tour-opérateurs, mais également le rôle d’intermédiaire directe et de négociatrice, m’ont donné accès à davantage de permissions et ont constitué de réels points forts pour mener cette recherche. Cette expérience m’a permis de constater les mutations urbaines et sociales observées à Pyongyang depuis le début des années 2010. À travers l’étude des parcs de loisirs de Pyongyang, j’ai pu démontrer que l’accroissement des parcs s’inscrivait dans un projet de réaménagement urbain qui dépassait l’échelle de la capitale. L’observation participante m’a permis de mettre en avant les changements de pratiques du loisir des Nord-Coréens. Mon travail de master, défendu en juin 2020, s’inscrit dans un projet de recherche plus large portant sur les transformations urbaines et le changement social à Pyongyang que j’ai décidé de poursuivre en doctorat.

Manon Prud’homme
Boursière RESCOR 2019
Doctorante en géographie
Centre de Recherche sur la Corée (CRC)
Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search