Suzanne Peyrard, « Obsolescence programmée du plan de terrain »

En deuxième année de doctorat, j’ai commencé à programmer toutes les étapes de mon premier grand terrain à Songdo. Si pour le chercheur expérimenté, cette préparation est familière, pour moi, le terrain s’apparentait à un rite de passage nécessaire au parcours du doctorant. Avant mon départ, j’ai donc méticuleusement écrit mon plan de terrain, devant à la fois justifier des raisons de mon départ, donner le cadre d’entrée sur le terrain, décrire les actions à mener et formuler les hypothèses.

Je travaille sur la construction et la modélisation urbaine dans le paradigme du numérique. Plus précisément je cherche à voir comment les programmes informatiques déterminent la construction urbaine. Mon terrain d’ancrage est à Songdo, une ville présentée comme un modèle de ville intelligente. Cependant, le plan d’urbanisme initial de Songdo n’a pas encore été entièrement appliqué. Dans les discours médiatiques, le rêve de ville intelligente est en passe de se réaliser à Songdo. Alors pour interroger la construction d’une ville par les outils numériques, je suis partie à Songdo enquêter sur l’utilisation des applications smartphone destinées à la perception urbaine « intelligente ». Mon objectif est d’analyser de manière critique la volonté des développeurs urbains de programmer l’espace/temps des villes par les outils informatiques et d’évaluer comment les habitants utilisent ces outils dans leurs pratiques quotidiennes.

Néanmoins, malgré toute ma préparation, mon plan de terrain n’a pas suffisamment pris en compte l’inconnu et l’inattendu de cette expérience. De la même façon que les développeurs tentent de programmer tout ce qui peut arriver dans une ville, j’ai moi-même cherché à planifier tout ce à quoi je pouvais m’attendre. Je me suis interrogée sur les fondements de ma recherche, mes moyens d’enquête ou encore ma position en tant que femme et en tant qu’occidentale. J’ai effectué des prévisions sur le déroulement de mon enquête. Qui pouvais-je contacter avant mon départ ? Comment multiplier les entrées possibles sur le terrain ? Où m’installer ? Quel matériel indispensable prendre dans mes valises ? Tout comme les développeurs d’une ville, j’ai surtout cherché à modéliser dans ma tête l’ensemble des problèmes auxquels je pouvais me retrouver confrontée et prévoir en conséquence des solutions.

Ainsi suis-je partie huit mois à Songdo pour expérimenter à quel point la programmation des villes tout comme celle de mon terrain sont soumises à des adaptations, des réajustements et des abandons. À l’évidence, ma perception de Songdo depuis mon bureau parisien n’allait pas correspondre à ce que j’allais rencontrer.

Ma première déconvenue fut la suppression à mon arrivée de l’application smartphone principale que je partais étudier. Je précise que cette application n’a pas complètement disparu mais qu’elle a été fusionnée avec une autre application aux objectifs différents (moins interactifs et plus informationnels). Mais qu’importe ! Je me suis adaptée à cette première étape du terrain et j’ai réorienté au plus vite mon ethnographie par rapport à cette nouvelle application.

Puis, la crise sanitaire de la COVID-19 s’est déclenchée et mon plan a déraillé. Je n’étais dès lors plus en adéquation avec mon cadre de référence. Je considérais que je ne parviendrais pas à sortir de l’impasse dans laquelle je me trouvais. Comment faire une enquête de terrain dans une ville où soudainement tout le monde doit éviter de se rencontrer ? Après tout ce rituel de sur-planification, mon programme devenait obsolète. Cependant, si à mon niveau je m’éloignais de toutes mes perspectives préétablies, les développeurs avaient eux envisagé par anticipation l’éventualité qu’une épidémie puisse se déclencher. Quels protocoles avaient-ils établis ? Comment Songdo allait-elle réagir face à cet état de crise ? La lecture de la « monographie décalée »1  de S. Houdard m’a alors inspirée pour resserrer mon cadre sur des échanges plus complets avec des personnes déjà enquêtées et donc incluses dans un réseau de confiance. Contrainte d’adapter mon étude aux circonstances, j’ai trouvé mon groupe d’enquêtés qui n’a été autre que cette équipe d’ingénieurs avec laquelle j’avais commencé à travailler pour comprendre les programmes informatiques qui pilotent la ville.

Si ce billet est écrit juste après mon retour de terrain et que beaucoup de données ont encore besoin d’être mises en mots, je tiens à souligner que je suis satisfaite des opportunités créées. Ce billet n’est donc pas une lamentation sur un terrain difficile, il exprime juste une volonté de partager un constat simple : on ne peut pas tout programmer, ni tout contrôler sur le terrain. Le déclenchement de la pandémie a rendu le déroulement de mon séjour plus complexe mais cette imprévisibilité n’enlève rien à l’importance de s’y préparer. Pour exemple, mon terrain s’est bien déroulé grâce aux prises de contacts réalisées avant mon départ.

En conclusion, ce rituel du plan de terrain me conforte aujourd’hui dans l’idée qu’il est nécessaire à l’élaboration de la recherche. Le temps monopolisé par les différentes tâches administratives est, quant à lui, incontournable. Il vient temporiser le passage de l’étude théorique depuis un espace familier à l’enquête physique avec tout ce qu’elle comporte comme inconnues.

Suzanne Peyrard
Boursière Rescor 2018/2019
Doctorante en géographie
Centre de Recherche sur la Corée (CRC)
Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS)
  1. Houdart, S. Kuma Kengo: une monographie décalée, Librairie de l’architecture et de la ville. Ed. Donner Lieu, Paris, 2009. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search