SEO Miwon, « Quand la reconstruction mammaire devient une affaire publique : agir et se mobiliser en tant que patientes atteintes d’un cancer du sein en Corée du Sud (2011-2015) », 6 mai 2020

SEO Miwon
(EHESS-IIAC-CCJ)

a soutenue sa thèse de doctorat 

Quand la reconstruction mammaire devient une affaire publique 
agir et se mobiliser en tant que patientes atteintes d’un cancer du sein en Corée du Sud (2011-2015) 

le mercredi 6 mai 2020

en visioconférence

La jury

  • Philippe BATAILLE, directeur d‘études, EHESS (directeur de thèse)
    Alain DELISSEN, directeur d‘études, EHESS (co-directeur de thèse)
  • Kyung-mi, KIM, maîtresse de conférences, Université de Paris Diderot 
  • Isabelle, KONUMA, professeure des universités, INALCO (rapporteure)
  • Sébastien, LECHEVALIER, directeur d‘études, EHESS
  • Vololona, RABEHARISOA, professeure des universités, MINES ParisTech (rapporteure)

Résumé

En 2012, en Corée du Sud, une association de patientes atteintes d’un cancer du sein organise une grève du silence devant la Cour Constitutionnelle pour dénoncer les inégalités d’accès à la reconstruction mammaire. Cette action collective inédite des patientes revendiquant un meilleur accès à la chirurgie questionne le lien entre l’émancipation et l’action collective. Cette étude examine dans quelle mesure l’action collective et le discours des patientes mobilisées pour revendiquer l’accès à la reconstruction mammaire sont émancipateurs et explore d’autres voies possibles d’émancipation.
Cette recherche repose sur une enquête ethnographique réalisée à Seoul pendant 7 mois entre 2013 et 2014 et une intervention sociologique d’une durée de trois mois menée en 2015. L’observation du quotidien des malades s’est déroulée au sein de l’association nationale de patientes et dans un hôpital public. Une soixantaine d’entretiens ont été réalisés avec les femmes et les professionnels qui travaillent auprès de patients atteints d’un cancer (du sein).  
La thèse rend compte de la manière dont le cancer du sein s’introduit dans l’économie et la politique nationale welfariste tout en étant traversé par les normes sociales. L’analyse révèle les messages véhiculés par les femmes au nom de leur libération. Nous montrons que leurs messages nourrissent les tensions entre les patientes de profils sociodémographiques différents au lieu de les atténuer, tout en favorisant le conformisme aux normes sociales et à la culture biomédicale du cancer. Cette thèse révèle également comment l’expérience du corps des patientes ayant vécu le parcours de soins est à la base de leur capacité d’action face au corps médical. 

Pour plus d’informations, voir le Carnet du Centre Corée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.