Soutenance de thèse de Pierre-Emmanuel Roux : « La Trinité antichrétienne: Essai sur la proscription du catholicisme en Chine, en Corée et au Japon (XVIIe-XIXe siècles) », 3 décembre 2013

Chers professeurs, chers amis,

 

J’ai le plaisir de vous inviter à la soutenance publique de ma thèse de doctorat en histoire intitulée :

 

La Trinité antichrétienne :

Essai sur la proscription du catholicisme en Chine, en Corée et au Japon

(XVIIe-XIXe siècles)

 

La soutenance aura lieu le mardi 3 décembre à 14 heures

au Collège de France, salle Lévi-Strauss.

(empruntez l’entrée située au 52 rue du Cardinal Lemoine (métro Cardinal Lemoine),

et non l’entrée principale de la place Marcelin Berthelot)

 

Le jury sera composé de :

Alain DELISSEN, directeur d’études à l’EHESS

Vincent GOOSSAERT, directeur d’études à l’EPHE

Isabelle SANCHO, chargée de recherche au CNRS

Nicolas STANDAERT, professeur à l’université de Louvain (KU Leuven)

Pierre-Étienne WILL, professeur au Collège de France et directeur d’études à l’EHESS (directeur de thèse)

 

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement conviés. Afin de l’organiser au mieux, je vous serais reconnaissant de bien vouloir m’indiquer votre venue (pieru79@gmail.com).

 

A bientôt j’espère, très cordialement,

 

Pierre-Emmanuel Roux

 

 

Résumé de la thèse :

À mi-chemin entre histoire locale et régionale, le présent travail entend revisiter l’histoire de la proscription du catholicisme en Chine, en Corée et au Japon depuis le XVIIe jusqu’au XIXe siècle. La répression de cette religion dépasse à nos yeux l’idée d’un supposé choc culturel entre deux civilisations antithétiques, celles de l’Europe et l’Asie. Notre idée-force est que la trajectoire adoptée par le catholicisme en Asie orientale fut aussi et surtout le résultat de relations bien plus complexes entre la Chine, la Corée, le Japon, les missionnaires européens et leurs fidèles. L’attitude des élites intellectuelles et politiques à l’égard de cette religion découlait non seulement de problèmes intérieurs au sein de chaque État, mais aussi d’influences réciproques et de perceptions particulières des mesures antichrétiennes adoptées dans les pays voisins. Placées sous le signe de l’histoire croisée, ces considérations nous permettront d’envisager une histoire régionale du catholicisme en Asie orientale et d’illustrer la dynamique des échanges dans cette aire culturelle sinisée.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search