CHA Yejin, « Jouer ou déjouer la rupture : les mondes du spectacle en Corée, années 1940 »

Bénéficiant d’une bourse postdoctorale du RESCOR, de septembre 2018 à août 2019, j’ai mené une recherche portant sur les mondes du théâtre et du cinéma dans les années 1940 en Corée. Considérant les « fabricants » et les « usagers » de spectacles1 avant tout en tant qu’acteurs sociaux, je me suis intéressée non seulement à leurs activités de production et de réception mais aussi à leurs discours renvoyant aux circonstances historico-politiques. L’objectif était de saisir l’expérience des Coréens qui traversèrent la décennie, d’abord sous le régime de guerre installé par l’Empire du Japon, puis dans la dynamique suscitée par l’avènement de la « libération (해방 ; 解放, haebang) » en août 1945. Une partie de mon travail a consisté à lire des articles de journaux et de magazines consultables à l’aide de bases de données en ligne, en plus de ceux rassemblés dans les recueils de sources que je m’étais procurés en Corée2. C’est sur ce terrain de recherche constitué de textes, de photos et d’autres illustrations que je me rendais au quotidien pour rencontrer ou retrouver des Coréens vivant à cette époque.

La majorité de ces individus travaillent dans les secteurs du spectacle. Au début de la décennie 1940, suivant les conventions médiatiques établies au cours des années précédentes, ils mentionnent leur parcours ou leurs projets, racontent des souvenirs de tournage ou des anecdotes vécues dans les coulisses. À travers leurs propos, toutefois, la nouvelle donne à laquelle les professionnels du spectacle doivent s’adapter commence à transparaître : soumis à la direction du Gouvernement général de Corée, le théâtre et le cinéma ont pour obligation de servir l’Empire. Ainsi, afin de conclure son article de trois pages retraçant l’histoire de sa compagnie de rattachement, un acteur ajoute une courte phrase hors contexte, en vue d’affirmer la détermination de son groupe à remplir les devoirs que le « nouveau régime (新體制, sin ch’eje) » assigne au peuple. Par moments, le principe de la politique coloniale se reflète entre les lignes, comme dans le récit de voyage rédigé par une actrice lors d’un tournage au Japon. Celle‑ci relate la coopération harmonieuse entre les acteurs de la métropole et ceux venus de Corée, avant de souligner l’amitié qu’elle a nouée avec une collègue japonaise – une relation si sincère que les autres coéquipiers la qualifient d’incarnation du naisen ittai (內鮮一體, Japon et Corée en un seul corps). Dès le lendemain du 15 août 1945 cependant, les Coréens se mettent à exprimer leurs émotions et leurs opinions face à la « libération » de leur pays, de même que leurs idéaux de l’État-Nation. Par le biais de son article publié en avril 1946 dans un magazine spécialisé en cinéma, un dramaturge met l’accent sur la liberté d’expression accordée à la presse qui sort de son « état de suffocation (窒息狀態, chilsik sangt’ae) » de longue date. Dans ce même numéro, l’acteur mentionné plus haut prend la parole pour exposer ses idées sur la voie de construction à suivre et, à demi-mot, pour exprimer ses regrets quant au chemin que lui et ses confrères ont suivi dans le passé et aux « actes [qu’ils ont] commis par faiblesse (나약한 짓, nayakhan chit) ».

Les individus issus des milieux du théâtre et du cinéma qui ont été productifs durant les dernières années de la colonisation continuent de l’être après la fin de celle-ci, à la fois dans leur secteur d’activité et dans l’espace de discussion qui se revivifie. À travers leurs œuvres, ils s’efforcent de représenter la période coloniale ainsi que divers personnages coréens de cette époque, historiques ou fictifs. À travers leurs mots, ils tendent à définir leurs expériences vécues et activités menées sous la domination japonaise. En suivant leurs traces, en décortiquant leurs propos, en écoutant aussi leurs contemporains, et en m’attardant sur les blancs, sur les coupures, sur les lieux de réticence et d’incohérence, j’ai obtenu des matériaux riches, nécessitant une étude en profondeur. Parmi les pistes d’analyse développées au fur et à mesure, j’ai particulièrement approfondi celle qui s’interrogeait sur la logique d’action sous-tendant les discours et les activités des professionnels du spectacle.

En plus de cette recherche, constituant l’un des deux volets de mon postdoctorat, j’ai mené des activités composant donc l’autre volet – celles en vue de la valorisation de ma thèse soutenue en mars 2018. De cela ont découlé six communications et trois projets d’article, dont l’un a abouti à une publication. J’exprime mes profonds remerciements au RESCOR pour son soutien, qui m’a permis de réaliser mes projets scientifiques au cours de l’année.

CHA Yejin
Postdoctorante RESCOR 2018/2019
 

Cet article se trouve aussi dans les Ressources numériques de notre site.

  1. Voir BECKER Howard S., Les Mondes de l’art, trad. fr., Paris : Flammarion, 1988, 379 p. []
  2. Citons, entre autres, Han’guksa Teit’ŏbeisŭ (Base de données de l’Histoire Coréenne, http://db.history.go.kr/), Han’guk Chapchi Chŏngbo gwan (Korean Magazine Museum dit KMA, http://museum.magazine.or.kr/), Han’guk Yŏnghwa Teit’ŏbeisŭ (Korean Movie Database dit KMDb, http://www.kmdb.or.kr/), Chaedan pŏbin Adan mun’go (Adanmungo Foundation, http://www.adanmungo.org/) et Han’guk Yŏngsang Charyowŏn (Korean Film Archive dit KOFA), Sinmun kisa ro pon han’guk yŏnghwa 1945-1957, 2004, Seoul, 837p. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search