Article : L’Asie, laboratoire des capitalismes… et des sciences sociales, par Robert Boyer

 

L’article du mois du Réseau Asie : L’Asie, laboratoire des capitalismes… et des sciences sociales, par Robert Boyer, Institut des Amériques Paris

 

Longtemps les théories économiques conventionnelles ont avancé que le club des pays industrialisés s’était fermé après la Seconde guerre mondiale, du fait des avantages dont jouissaient les pays les plus avancés en termes d’innovation, de rendements d’échelle croissants, de maîtrise des réseaux et règles du jeu du système international. Les difficultés récurrentes et finalement l’incapacité des pays d’Amérique latine à constituer une base industrielle forte et à promouvoir une croissance régulière plaidaient en faveur de cette hypothèse. En conséquence s’était établie une complémentarité/opposition entre centre et périphérie : les pays avancés échangeaient avec les autres des biens industriels en contrepartie de leur approvisionnement en ressources naturelles.

 

À partir des années 1960, la percée du Japon reçoit beaucoup d’attention, car bien qu’industrialisé de longue date, il fut surprenant de constater la rapidité avec laquelle les entreprises nipponnes purent rattraper leur retard et comment l’économie connut un taux de croissance à deux chiffres, tout comme ce sera le cas pour la Chine à partir des années 1990. Ces deux pays ne sont pas des exceptions puisque la plupart des autres pays asiatiques ont aussi enregistré le succès de leur stratégie d’industrialisation, au point de susciter une vaste littérature sur le ressort de l’émergence de ces dragons asiatiques, avant même qu’apparaisse le concept de pays émergent dans les années 2000.

 

L’Asie constitue donc un remarquable défi tant pour les théories de la croissance qui était en vigueur pour les pays développés que pour celles du sous-développement, construites pour rendre compte de leur spécificité par rapport aux économies de vieille industrialisation. C’est aussi une invitation à des recherches pluridisciplinaires afin de comprendre comment la nature des liens sociaux propres à l’Asie façonne les types de capitalismes, les régimes de croissance et leur insertion dans l’économie mondiale.

 

Pour lire la suite, cliquez ici.

 



Citer ce billet
parisconsortium (2013, 7 octobre). Article : L’Asie, laboratoire des capitalismes… et des sciences sociales, par Robert Boyer. Le Réseau des Études sur la Corée. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sp33

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search