PARK Jinsu, Compte-rendu de recherches de terrain à Séoul sur la « Transformation du champ littéraire en Corée du Sud après la démocratisation »

  1. La préparation du séjour (hiver 2018)

L’hiver dernier, je suis resté à Séoul pour construire l’étape préliminaire de ma recherche de terrain prévue à l’été 2019. Mes travaux de thèse portent sur la « Transformation du champ littéraire en Corée du Sud après la démocratisation », c’est-à-dire entre 1987 et 1997.

Pour mes recherches, je devais donc entrer en contact avec certains intellectuels dont les travaux correspondaient à mon sujet de thèse et avec qui je pouvais conduire des entretiens. J’avais déjà envoyé un courriel à une figure importante dans le champ intellectuel de Corée du Sud : Kim Jong-Yeop, membre du comité de rédaction de la revue Changbi et il m’a répondu trois jours plus tard.

Je l’ai rencontré dans un café dans le quartier Ichon-dong à Séoul. J’étais plein d’espoir à l’idée de commencer ma recherche de terrain grâce à cette personne qui fût un acteur principal dans le champ de la production culturelle coréenne des années 90, notamment pour ses écrits dans des revues littéraires. Après avoir passé deux heures avec lui, j’ai pu obtenir des informations simples mais importantes afin de comprendre le contexte dans lequel sont apparues et ont été diffusées les revues culturelles en Corée du Sud après la démocratisation. Quelques jours plus tard, j’ai eu la chance de rencontrer une autre figure intellectuelle, qui a été critique de musique populaire dans les années 90, c’est-à-dire à l’âge de l’explosion de la production de musique. Cette expérience m’a également donné l’opportunité de réfléchir à comment réaliser une interview ainsi qu’aux questions à poser pour obtenir des données scientifiques.

Avant d’aller séjourner à Séoul cet été, j’avais déjà prévu la liste des entretiens à réaliser avec certains intellectuels. Je voulais utiliser pour mon projet de recherche la méthode de « l’échantillonnage de boule de neige », (« snowball sampling »), c’est-à-dire le choix des personnes interviewés en fonction de leurs liens avec les personnes précédemment interviewées.

  1. La réalité de la recherche de terrain (été 2019)

Avec le soutien de mes directeurs, j’ai pu devenir « doctorant invité » à l’Asia Center de l’Université nationale de Séoul. A mon arrivée en Corée cet été, j’ai donc pris un logement dans un quartier proche de l’Université et de la Bibliothèque nationale de Corée, ce qui m’a permis d’aller y chercher des documents et, quand cela était possible, de conserver en format PDF des revues anciennes et difficiles à trouver dans d’autres bibliothèques de Corée du Sud.

J’ai également pu consulter et emprunter jusqu’à trente livres dans la bibliothèque centrale de l’Université. Le plus important pour moi était de s’assurer qu’il y ait des revues littéraires ou culturelles datant des années 90 afin de pouvoir avoir un aperçu global des revues publiées à cette période. Je voulais également comparer les écoles affiliées aux différentes revues afin de déterminer la dynamique des groupes dans un champ culturel précis, chaque revue ayant un pouvoir symbolique. Après avoir consulté le catalogue de la bibliothèque, j’ai réalisé qu’il ne comportait pas tous les matériaux que je souhaitais lire. C’est pourquoi je me suis rendu de plus en plus souvent à la Bibliothèque nationale Corée. J’ai pu y consulter librement des revues des années quatre-vingt-dix en réserve. J’ai également participé à une réunion avec les cinq autres doctorants invités de l’université. Nous avons pu évoquer nos divers sujets de recherche, méthodes et compétences sur le terrain et nous nous sommes échangés nos cartes de visite. J’ai trouvé qu’il était réconfortant de pouvoir communiquer avec des personnes dans la même situation que moi.

©Juliana LEE, Asia Center

Après avoir fini d’étudier certains matériaux pour ma recherche, j’ai réalisé des interviews, au rythme d’une par semaine. A chaque fois, je devais préparer longuement l’entretien, afin de bien connaître l’œuvre et la vie de la personne en face de moi sans lire mes notes. En effet, l’intervieweur et l’interviewé jouent tous les deux un rôle respectif. Autrement dit, il peut y avoir une certaine tension entre eux : entre les non-dits et les dits, ce qui est vrai ou édulcoré, etc… Le déroulé de l’entrevue dépend beaucoup du caractère de l’interviewé, auquel celui qui pose des questions doit s’adapter afin d’orienter la conversation et obtenir les réponses souhaitées. L’intervieweur doit, ainsi, construire logiquement l’ordre de ses questions en n’oubliant aucune, tout en sachant mettre l’interviewé à l’aise, pour qu’il accepte de se livrer. Ma recherche m’a donc permis de développer ma pratique de la conduite d’entretiens ainsi que de mieux comprendre l’émergence de nouvelles revues littéraires dans la société intellectuelle sud-coréenne après la démocratisation.

PARK Jinsu 
Doctorant en sociologie à l’EHESS
Boursier RESCOR 2019

Cet article se trouve aussi dans les Ressources numériques de notre site.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search