Compte rendu : Atelier Kyojae, Matériaux pour l’enseignement en français de la culture coréenne

IMG_0207

Compte rendu : Atelier Kyojae,

Matériaux pour l’enseignement en français de la culture coréenne

 

Organisé en partenariat avec l’université Aix-Marseille, les 15 et 16 mai 2013 à Aix-en-Provence, ce troisième atelier du Réseau des études sur la Corée a eu pour objectif, sous la responsabilité d’Alain Delissen (EHESS),  de « réfléchir, de façon pratique, à la production de matériaux didactiques, en français, pour l’enseignement de la culture coréenne (histoire, littérature, géographie, sociologie, ethnologie, etc.) ».

Le nombre d’étudiants français intéressés par la Corée a cru,  on le sait, de façon spectaculaire au cours de la dernière décennie et le manque de matériaux pédagogiques adaptés en est d’autant plus fortement ressenti. Il s’agissait aussi de quitter les terrains trop parisiens pour témoigner de la vitalité, ailleurs, des études coréennes francophones et donner sa pleine mesure à l’idée de réseau.

Une trentaine de participants issus d’institutions françaises (outre les trois institutions partenaires du Réseau, Paris Diderot, l’INALCO et l’EHESS, Université de Montbéliard, Lyon III, Sciences Po Lyon) ou étrangères (Université de Genève, Université de Sofia « St. Clément d’Ohrid » étaient présents (voir ci-joint la liste des participants et des institutions). L’atelier s’est aussi distingué par la présence marquée des étudiants au cœur de ces journées et leur participation active aux discussions.

De façon un peu inhabituelle en effet, cette rencontre a pris le parti de reposer tout entière sur le format, libre et interactif, préparé et spontané à la fois, de la table ronde. Les débats se sont organisés en trois temps, à commencer par un état des lieux de l’enseignement de la culture coréenne dans le monde francophone.  Ont ensuite été abordés les expériences pédagogiques et les outils existants ainsi que, pour conclure, les propositions individuelles et projets collaboratifs concrets.

 

L’enseignement de la culture coréenne dans le monde francophone :

Nouveaux acteurs, nouveaux besoins

La première table ronde s’est ouverte sur une présentation par Alain Delissen du Réseau des études sur la Corée, des participants, du programme des trois tables rondes ainsi que du déroulement des deux journées.

Ce premier moment a surtout été l’occasion de présenter les nouveaux venus dans le paysage coréanologique, les spécificités de leur programme d’enseignement, leurs besoins et les matériaux pédagogiques utilisés. Jean-Claude de Crescenzo (Université Aix-Marseille), hôte de cette manifestation, a d’abord dressé un bref historique des « études coréennes » à l’université d’Aix. Elles ne comptaient au départ, en 2003, que deux étudiants. Elles concernent aujourd’hui environ 250 étudiants répartis dans diverses formations aux niveaux licence et master.

IMG_0205

IMG_0241

 

Raina Beneva (Université de Sofia « St. Clément d’Ohrid ») a ensuite présenté les études coréennes en Bulgarie qui ont débuté au début des années 1990. La section de coréen compte aujourd’hui huit professeurs bulgares, dont quatre francophones, et un professeur coréen. Les réseaux de communication y sont davantage tournés vers la Russie, l’Europe de l’Est et la Corée du Nord.

Enfin, Samuel Guex (Université de Genève) a évoqué les études coréennes à Genève, encore à l’état d’enfance depuis qu’ont été créés, en 2007, les premiers enseignements. Si une vingtaine d’étudiants y étudient la Corée et le coréen, cette « matière » n’y existe qu’à l’état de module.

Face à une offre de formation et de savoir à la fois complexe et en mutation rapide, plusieurs étudiants ont finalement insisté sur la nécessité de centraliser les informations sur les études coréennes (Lucie Daeye, EHESS) et de créer portail d’accès aux ressources (Jean Baptiste Alary, Sciences Po Lyon).

 

Retours d’enquêtes :

Comment apprend-on, comment enseigne-t-on la culture coréenne aujourd’hui ?

Interpellés et questionnés sur leur expérience (recherche et utilisation des outils et matériaux pédagogiques), les mastérants et doctorants présents ont apporté de précieuses informations tant sur l’apprentissage de la langue coréenne (qui n’était pas à l’ordre du jour) que sur celui des « fondamentaux » de la culture coréenne. Ils ont regretté que les méthodes d’autoformation sur Internet demeurent limitées et qu’en général les grands « supports » (manuels, recueils de matériaux, outils d’orientation) manquent en français. Lorsqu’ils existent dans d’autres langues (anglais, coréen), ils sont souvent mal adaptés.

Laurent Quisefit (BULAC) et Valérie Gelézeau (EHESS) ont cependant fait remarquer que cette plainte récurrente sur « les manques », tendait à négliger ce qui existe d’utile (Géographie universelle, Encyclopedia Universalis, etc.) qui demeure peu connu ou sous utilisé. C’est un fait (qui pose certainement un problème de méthode ou d’orientation) : les nouvelles pratiques de travail estudiantines reposent trop sur la « facilité » Internet où règnent par ailleurs la surabondance et l’inégal…

Kim Kyungmi (EHESS) a enchaîné pour présenter les premiers résultats  d’une « Enquête sur les expériences pédagogiques » réalisée avec Alain Delissen au printemps 2013, auprès de 9 enseignants titulaires de plusieurs établissements de Paris. Les entretiens approfondis qui seront publiés sur le site du Réseau comportaient trois grands volets : (1). Variétés des trajectoires académiques individuelles, (2) Descriptions des expériences et pratiques pédagogiques et (3) Usage du site du Réseau des études sur la Corée.

IMG_0224

IMG_0243

 

Une discussion à bâtons rompus sur les matériaux et outils, existants ou à créer (ou à mettre en forme) de façon collaborative sur le site du Réseau des études sur la Corée a par exemple mentionné les items suivants : des bibliographies thématiques, une chronologie générale de la Corée, un dictionnaire des termes relatifs à la culture coréenne, des glossaires par spécialité, une liste de tous les dossiers de cours des enseignants susceptibles d’être partagés, etc.

Margaret Soo-Mi Chung et Marion Gilbert, étudiantes de l’INALCO, ont ensuite présenté le sondage qu’elles avaient réalisé auprès de 120 étudiants, en majorité des L1, absents à Aix. Ce questionnaire (qui ne couvrait pas tout et aurait mérité une réflexion en amont) confirme largement la forte demande relative à des supports pédagogiques en français.

 

Adapter ce qui existe ?

Cette troisième table ronde a abordé la question des outils pédagogiques existants, à adapter éventuellement. Que peut-on faire par exemple, des cours d’E-Learning de l’Université Korea (Kodae) disponibles via iTunes, des « Readers » variés conçus en Amérique du Nord, des outils pédagogiques utilisés en Corée tels les manuels scolaires ou les collections de vulgarisation savante du type Repères ou Que sais-je ?

Pour ouvrir ce moment, Damien Peladan (INALCO) a présenté « Quelques outils disponibles pour enseigner la culture coréenne », en commençant par l’histoire, qui est bien servie (manuels classiques d’histoire, ouvrages de vulgarisation critique, readers ou sourcebooks, ouvrages de vulgarisation illustrés, répertoires) ; en y ajoutant divers vademecum conçus pour l’enseignement de la culture coréenne aux étrangers (livres illustrés de type togam, ouvrages de type encyclopédique), il a poursuivi sur la Géographie (ouvrages, guides) et la Littérature (répertoires, readers). Il a poursuivi en évoquant les méthodes éducatives proposant l’enseignement de la culture à travers les dramas ainsi que l’approche par « Gateways » : proposée par David Nemeth : plutôt que de donner une masse d’informations continues sur l’ensemble de l’histoire et de la civilisation coréenne, il conseille de choisir une série de « points d’entrées » à partir desquelles l’étudiant se trouve impliqué dans le cours.

 

IMG_0244

 

Comme cela avait été anticipé, l’atelier s’est achevé sur une inévitable frustration : le temps était compté pour un si vaste sujet. Il n’est pas improbable non plus que les participants aient été perturbés par la forme Table ronde où, à défaut d’interventions formelles et minutées, étaient cependant attendues la présentation de matériaux précis ou des propositions concrètes. Face aux charges actuelles de la vie académique, un constat s’est cependant imposé : l’heure est moins aux grands projets collectifs en forme de cathédrales idéales qu’aux formules souples visant à partager des ressources existantes et au travail collaboratif visant plus modestement à mettre en forme et adapter ce qui existe. Lorsqu’il sera parvenu à maturité, le site du Réseau des études sur la Corée devrait être capable d’accompagner efficacement cette ambition modeste.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *