Kim Da-eun, « Le Jardin interdit »

« Le Jardin interdit » par KIM Da-eun
traduit du coréen par Jean-Charles Jambon et Ko Kwang-dan
L’Atelier des cahiers, octobre 2019, 176 pages

ISBN : 979-10-91555-54-8

Le 1er mars 2019, les Coréens ont fêté le 100e anniversaire de la déclaration du mouvement d’indépendance de la Corée. Dans Le Jardin interdit, la romancière Kim Da-eun met en scène quelques acteurs de cette époque coloniale tourmentée (1910-1945) marquée par la lutte entre la modernité imposée par le colonisateur japonais et une tradition soucieuse avant l’heure de l’environnement à travers la géomancie. On découvre, parmi de nombreux personnages, le nouveau gouverneur japonais, fier de l’immense bâtisse de l’administration coloniale qui fait violence à l’architecture traditionnelle coréenne. Mais le gouverneur, féru de nouveauté et de modernité, soucieux de réorienter la politique coloniale et de construire sa nouvelle résidence sur un lieu propice, décide de faire appel aux géomanciens du Joseon (1392-1910), détenteurs d’un corps de technique, nommé pungsu. C’est cette tradition très ancienne, respectueuse des sites et de l’ordre de l’univers qui permet de trouver le lieu de concentration du ki, force vitale et énergie cosmique, et ainsi de déterminer le site idéal pour construire une résidence ou un tombeau. Le lieu propice pour construire la demeure du gouverneur japonais n’est-il pas celui du Jardin interdit ? Comment retrouver cet emplacement perdu ? Que vont faire les géomanciens partagés entre le devoir lié à leur fonction et la résistance au colonisateur? Intrigue au Pays du Matin calme… Pour plus d’informations, voir le site de l’Atelier des Cahiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search