Journée d’études « Cinéma coréen : construction et déconstruction, 1919-2019 ». Date limite d’envoi des propositions : 3 septembre 2019

Alors que Bong Joon-ho vient de remporter la Palme d’or du 72ème Festival de Cannes, le cinéma coréen fête son centenaire, invitant à s’interroger sur son évolution historique. En effet, que reste-t-il comme patrimoine cinématographique dans ce pays scindé en deux depuis 1948 ? Si l’année France-Corée, en 2015, avait été l’occasion de mener des réflexions sur le cinéma coréen dans ses formes, ses représentations et sa diffusion – notamment à travers le colloque international « Regards croisés sur le cinéma coréen » –, son centenaire incite à se pencher sur son histoire et son actualité. La journée d’études « Cinéma coréen : construction et déconstruction, 1919-2019 » cherche à son tour à explorer le cinéma sud-coréen contemporain en le mettant en regard avec sa propre histoire et celle de son pays. Cette indispensable introspection se double également ici d’une analyse réflexive du cinéma sud-coréen en dehors de ses frontières et des moyens par lesquels il atteint un public international.

Le cinéma coréen naît sous une occupation japonaise qui exerce une influence forte sur le contenu des films mais, tout comme les auteurs littéraires des années 1920, les cinéastes proposent épisodiquement une résistance culturelle à l’annexion par le biais de fictions et de documentaires dont le courant des “films de la Libération”, en 1945, reste probablement le plus connu. Pour plus d’informations, voir le blog « Arts de la Corée ». 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search