Article : La péninsule coréenne : source d’incompréhensions, par Marie-Orange Rivé-Lasan

La péninsule coréenne : source d’incompréhensions, par Marie-Orange Rivé-Lasan, Maître de Conférences (UFR LCAO, Université Paris Diderot)

« La Corée » n’existe plus !

Le terme français de « Corée », à l’instar du terme anglais « Korea », désigne aujourd’hui quelque chose de complexe et de flou à la fois. Étrangement familier, car omniprésent dans les média, le sujet « Corée » se retrouve dans des domaines très variés : exploits technologiques, records mondiaux, menace planétaire, ou étrangeté culturelle….

Si l’on fait référence au Moyen-âge (Royaume de Koryŏ, 935-1392) et à la période prémoderne (Royaume de Chosŏn, 1392-1897) sur la péninsule coréenne, la Corée se présente comme une entité politique structurée, ancrée dans un territoire fixe, une péninsule facilement repérable, avec une certaine homogénéité ethnique, culturelle et linguistique. Elle est divisée par des luttes de factions internes, mais c’est ce qui caractérise sa culture politique. La Corée est alors facilement identifiable, par rapport à ses voisins chinois ou japonais, malgré son apparente discrétion en Asie du Nord-Est pour les Occidentaux. En revanche, au 20ème siècle, ce schéma vole en éclat : si l’annexion par le Japon ne change pas grand-chose ni sur le plan territorial puisque la totalité du territoire coréen est colonisé, ni au niveau de sa reconnaissance à l’international, on assiste à une transformation radicale des mentalités et de la coréanité. Une partie de la population coréenne entrée en résistance face à l’occupant ou de simple réfugiés économiques, aventuriers, quittent la péninsule pour s’installer d’une part dans l’archipel japonais et la Mandchourie, mais aussi en Russie, puis en URSS, en Amérique du Nord et du Sud. L’implantation de diasporas multi-situées provoque un bouleversement en terme de représentation du monde pour les Coréens qui tissent des liens hors de la péninsule. A ce stade, la Corée politique n’existe que dans les mouvements de résistance hors de la péninsule, avec un gouvernement en exil qui ne sera pas reconnu à la Libération par la communauté internationale. La Corée économique est instrumentalisée et la Corée culturelle est bafouée sur la péninsule. La Corée n’y existe qu’à travers la répression et la négation qu’elle subit. Elle est fantasmée, on meurt pour elle.

 

Lire la suite sur le site du Réseau Asie.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search