« Expériences migratoires genrées entre l’Asie et l’Europe », 25 mars 2019

25 mars 2019 de 16h à 19h

INALCO / salle 501

Cette demi-journée d’étude est organisée autour de chercheurs qui s’intéressent au caractère genré des routes migratoires : femmes, hommes et minorités de genre suivent-ils/elles des routes particulières ? Ont-ils/elles des expériences, des stratégies et des opportunités professionnelles, familiales, intimes différentes ? Ces migrations viennent-elles bouleverser, modifier aux marges ou bien renforcer les identités et les rapports de pouvoir liés au genre ? Quels éléments de comparaison peuvent être mis en valeur entre les migrations intra-asiatiques et les migrations vers l’Europe ?

Discutante : Helena HIRATA (directrice de recherche émérite CNRS, CRESPPA)

Modération et contacts :

  • Hélène LE BAIL, chargée de recherches CNRS, CERI-Sciences Po (helene.lebail [@] sciencespo.fr)
  • Isabelle KONUMA, professeure, Inalco-IFRAE (isabelle.konuma [@] inalco.fr)

 

Résumés des interventions

« Domestiques migrantes chaoxianzu (朝鮮族) en France, en Corée du Sud et en Chine : des travailleuses socialistes issues de la Chine maoïste »

LEE Mi-ae, docteure en sociologie, université Le Havre-Normandie
Les recherches de LEE Mi-ae analysent les causes structurelles et questionnent l’existence d’un ordre hiérarchique entre les rapports de genre, de classe et de « race » quant à la subordination des travailleuses domestiques. La présentation portera sur le cas des travailleuses migrantes chaoxianzu (minorité coréenne de Chine) qui appartenaient à la classe des ouvrières industrielles et agricoles, symboliquement au pouvoir dans la Chine socialiste. En examinant leur expérience de travail dans cinq villes de trois pays – France, Corée du Sud et Chine – Lee Mi-ae analyse comment les conditions de travail de chaque société d’immigration affectent leur statut en tant que travailleuses. Les participantes à cette recherche vivent et perçoivent leur expérience de travail à la lumière de l’habitus professionnel de la Chine socialiste, basé sur la fierté en tant que travailleuses. Ainsi, au-delà de la position subalterne des travailleurs domestiques sans-papiers dans le référentiel de l’ordre hiérarchique de la société capitaliste, elles perçoivent leur métier comme une somme de tâches manuelles nobles et émotionnelles.

« Devenir international et rester “traditionnel” ? : les expériences des expatriés.e.s/migrant.e.s japonais.es en France, au prisme du genre »

HAYAKAWA Miyako, doctorante en anthropologie, Centre Norbert Elias, EHESS-Marseille
Les Japonais vivant à l’étranger sont plus de 1 338 000 en 2016, dont plus de 41 000 en France. Le profil classique est celui des expatrié.e.s et leurs familles envoyés par une institution/entreprise japonaise, mais on voit apparaître d’autres profils : des jeunes embauchés sur place, et ceux qui s’installent définitivement. Ces derniers s’engagent activement dans la vie sociale et culturelle de la société d’accueil tout en préservant leur culture d’origine, et finissent par acquérir un habitus transnational.
En s’intégrant de plus en plus dans la société d’accueil, les expatrié.e.s/migrant.e.s japonais.es finissent-il.elle.s par transformer leurs propres normes sur la famille et les rapports sociaux de genre au sein de couple ? Cette communication propose une réflexion centrée sur les rapports de pouvoir de sexe chez les expatrié.e.s/migrant.e.s japonais.e.s résidant en France, où il existe une plus grande diversité de modèles familiaux dans la société par rapport à leur pays natal, tels que le PACS et le mariage pour tous. L’existence en leur sein de rapports de pouvoir genrés et insolites, distincts des pratiques sociales dans la société d’accueil, pourrait éclairer dans quelle mesure les normes traditionnelles sur la famille japonaise peuvent être persistantes dans un univers différent.

« Routes migratoires et devenir des femmes philippines en Belgique et aux Pays-Bas »

Asuncion FRESNOZA-FLOT, chercheure FNRS, Université libre de Bruxelles, Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains (LAMC)
Les travaux sur les vagues migratoires en Europe suggèrent que la manière dont les migrants entrent dans leur pays d’accueil affecte leur incorporation sociale dans le marché de travail. Ainsi, les femmes migrantes qui arrivent dans leur société d’accueil par une voie informelle se trouvent le plus souvent dans une situation irrégulière et concentrées dans le secteur de services à la personne. Est-ce également le cas pour les femmes qui arrivent en Europe par une voie formelle comme un visa de regroupement familial, de tourisme ou d’étude ? Quel est le devenir de ces femmes migrantes ?
Cette présentation traite ces questions en examinant le cas des femmes migrantes philippines en Belgique et aux Pays-Bas, notamment le lien entre leurs routes migratoires et leur engagement dans le marché de travail de leurs pays d’accueil respectifs. Les données tirées d’une étude qualitative réalisée entre 2016 et 2017 dans ces deux pays comprennent des conversations informelles et des entretiens semi-directifs avec 30 femmes philippines. Leur analyse montre que c’est la situation de leurs enfants et surtout la condition économique de leurs époux qui influencent la décision de ces femmes de s’engager sur le marché de travail, plus que la route migratoire qu’elles ont empruntée. Une fois engagées sur le marché du travail, ce sont le niveau de scolarité des femmes philippines et leur maîtrise de la langue du pays d’accueil qui déterminent principalement le type d’emploi qu’elles embrassent.


« Le travail reproductif à la charnière de deux types de classes sociales : domestique ou « voyageuse », le récit d’une travailleuse philippine en France »

ITO Ruri, professeure de sociologie, université Tsuda, Tokyo
Cette présentation étudie le récit d’une femme philippine ayant migré de Hong Kong à Paris et ayant travaillé durant 25 ans pour 7 employeurs différents. Deux éléments feront l’objet de l’analyse :

1. le travail reproductif d’une travailleuse domestique migrante n’est pas nécessairement destiné à une classe moyenne nationale, comme le laisse entendre la théorie de la « division internationale du travail reproductif » (R. Parreñas). Une travailleuse domestique est amenée également à proposer ses services à une élite travaillant pour des entreprises transnationales et qui relèvent de la formation de classes sociales transnationales.

2. le fait de changer d’employeur et de travailler non plus pour la classe moyenne nationale mais aux services d’une élite transnationale est vécu comme une « promotion » chez la travailleuse domestique.

Le but de cet exposé n’est pas de chercher à généraliser ce récit, mais d’identifier un courant d’institutionnalisation transnationale du travail reproductif, qui se développe en parasitant le système de « division internationale du travail reproductif » entre les États. A partir de cette étude de cas, ITO Ruri fera un parallèle avec le projet du gouvernement japonais des Zones spéciales stratégiques nationales dont la logique repose à la fois sur la mobilisation des femmes japonaises de classe moyenne sur le marché du travail et le souci de remplir les conditions indispensables pour attirer des capitaux étrangers.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.