Colloque : « Villes capitales du monde coréen », 12 et 13 septembre 2013

Colloque : « Villes capitales du monde coréen »

#capcor13

 

Lieu et dates : Paris, 12 et 13 septembre 2013

 

Organisateurs: Réseau des études sur la Corée (Université Paris-Diderot, EHESS, Inalco), Centre de recherches sur la Corée (EHESS).

Partenaires : UMR 8173 Chine, Corée, Japon (CNRS-EHESS).

 

Problématique générale :

Depuis le milieu du XXe siècle, la partition de la péninsule coréenne en deux états (Corée du Nord et Corée du Sud) a réactivé la pluralité des villes capitales de cet espace, phénomène que l’on retrouve dans bien d’autres pays d’Asie (notamment la Chine) ou d’autres continents (en Europe par exemple). En effet, la division nationale a non seulement entraîné l’émulation des centres politiques que sont Séoul et Pyongyang (avec des conséquences matérielles sur l’architecture et le développement urbain), mais elle s’est également cristallisée, dans chacune des deux Corées, sur des capitales historiques naturellement articulées aux méta-discours concurrents de l’histoire nationale. Ainsi, la conception sud-coréenne donne dans la formation nationale et l’unification territoriale une place prépondérante au royaume de Silla (VIIe-Xe s.), dont Kyŏngju, située à l’extrême sud-est de la péninsule, fut le centre. La Corée du Nord quant à elle place ce même moment de l’histoire (le premier état coréen unifié) plus tardivement pendant la période du royaume de Koryŏ (Xe-XIVe s.), qui eut parmi ses capitales Kaesŏng, aujourd’hui située au Nord. Dans les deux Corées, cette concurrence s’est traduite au XXe siècle par d’actives politiques de développement d’une part et de patrimonialisation d’autre part.

Engageant une réflexion intégrant la longue durée à l’échelle de la péninsule, la pluralité des villes capitales coréennes interroge également les structures territoriales du monde contemporain : en effet, sur le plan économique notamment, les polarités régionale, macro-régionales, voire globales de la planète ne sont plus structurées par des têtes de pont uniques, mais se développent en régions urbaines polycentriques (des mégalopoles aux corridors urbains) – comme par exemple la région urbaine multipolaire dans la région de Séoul, ou le doublet entre Pyongyang et Nampo.

A partir de la question des villes capitales, ce colloque transdisciplinaire interrogera la notion de « centre » qui a structuré notre lecture de l’histoire et de l’espace coréen en privilégiant, sur le plan méthodologique, la comparaison avec d’autres aires culturelles (de la Chine à l’Europe), et la confrontation des cas historiques (de la métropolisation autour du Pyongyang médiéval au développement récent d’une région capitale multipolaire autour de Séoul). La perspective s’efforcera d’être transdisciplinaire et comparative au sens large (temporelle et spatiale).

 

Structure du colloque :

– Langue du colloque : le français uniquement

– 4 sessions sur 4 thématiques :

1. Centres et (contre)-modèles de capitales

2. Aménager les hyper-capitales : grands projets à Paris et à Séoul

3. Capitales et élites sociales

4. Capitales, lieux de mémoire et patrimoine

Modèle des sessions (1/2 journée par session) : 2 à 4 communications de 20mn discutées, suivie d’une table ronde réunissant tous les intervenants et en interaction avec le public.

 

Contact : reseaucoree@gmail.com

 

Pour en savoir plus sur le groupe de travail « Capitales coréennes » du Centre de recherches sur la Corée.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *