L’Institut d’études coréennes du Collège de France (I.E.C)

La cour du Collège de France - site Cardinal Lemoine © Institut d’études coréennes du Collège de France

L’Institut d’études coréennes du Collège de France (I.E.C)

Avant d’être rattaché en 1973 au Collège de France (établissement fondé en 1530), l’Institut d’études coréennes (I.E.C.) a été fondé en 1959 par le professeur Charles Haguenauer (1896-1976) au sein de la Sorbonne.

          Avec la Chine, le Japon, l’Inde et le Tibet, il constitue l’une des cinq composantes des Instituts d’Extrême-Orient qui relèvent eux-mêmes du nouvel Institut des Civilisations du Collège de France, rassemblant les Instituts d’Égyptologie, du Proche-Orient ancien, d’Études byzantines, d’Études arabes, turques et islamiques et le Laboratoire d’Anthropologie Sociale.

          À la suite de son fondateur, l’IEC a été successivement dirigé par les professeurs Li Ogg (1928-2001) (Université Paris Diderot), Marc Orange (CNRS) et Martine Prost (Université Paris Diderot). Avec l’appui de No Mi-Sug, ingénieur en charge de son fonds documentaire, il est dirigé depuis l’automne 2011 par Alain Delissen, directeur d’études à l’EHESS.

          À la mesure des quelque 30 000 volumes – ouvrages et périodiques – rassemblés sur le site « Cardinal Lemoine », l’IEC occupe une place originale et joue un rôle remarquable dans les études coréennes françaises. À commencer par un ensemble unique de livres coréens anciens (dont certains remontent au XVIe siècle) auquel s’attache le nom de Maurice Courant (1865-1935), pionnier des études coréennes occidentales, ce fonds imposant est pour une large part soit en langue coréenne soit en chinois classique.

          En complémentarité avec les autres bibliothèques coréanologiques de Paris, les domaines couverts par la bibliothèque de l’IEC relèvent essentiellement de la littérature, de l’histoire, des religions, de la philosophie, du droit et des beaux-arts. On doit aussi y noter la qualité et la variété des ressources documentaires primaires accumulées sur la Corée du Nord et la Corée du Sud des années 1970 et 1980.

          Outre ses acquisitions annuelles, la bibliothèque reçoit des dons importants, en particulier de la Korea Foundation.

          L’inscription est réservée aux enseignants, chercheurs, enseignants-chercheurs, étudiants de doctorats et de masters. Le catalogue est accessible en ligne à l’adresse suivante : http://bude.college-de-france.fr 

          Depuis 1979, l’Institut d’Etudes Coréennes édite deux collections : les « Mémoires d’études coréennes » et les « Cahiers d’études coréennes ». La première accueille les travaux personnels – monographies de recherche, recueils d’articles devenus introuvables, inventaires d’archives – des chercheurs francophones. La seconde fait place à la fois à des textes fondamentaux de la coréanologie française passée, soigneusement réédités (Maurice Courant) et à des ouvrages collectifs thématiques (linguistique et architecture par exemple) ou occasionnels (Mélanges).

          À ce jour, 18 volumes ont été publiés.

          À noter : dans le cadre du Plan Campus et de l’Initiative d’Excellence PSL (Paris Sciences & Lettres) dont il relève, le Collège de France lance en 2012 un grand programme de rénovation des locaux qui hébergent l’I.E.C. (52 rue du Cardinal Lemoine 75005 Paris). Ce chantier est appelé à durer jusqu’en avril 2017…

          Source : Institut d’études coréennes du Collège de France

          http://www.college-de-france.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search