Compte rendu : Art of Conflomise = Conflict+compromise, conférences du Professeur Park Myung-lim

 

Compte rendu de la série de quatre conférences du Professeur Myung-Lim Park (Université Yonsei, Séoul), dans le cadre du séminaire pluridisciplinaire du Centre de Recherches sur la Corée de l’EHESS :

 

Le professeur Park Myung-lim, spécialiste de l’histoire contemporaine et des relations internationales, dirige plusieurs centres de recherches de l’Université Yonsei. Il est connu pour avoir publié plusieurs ouvrages, portant notamment sur la guerre de Corée, avec des titres comme The Origins and Coming of the Korean War (2 Vols), 1996, qui réexplorait ce conflit fratricide, The Requiem for Peace: Korea, 1950 (2002), History, Knowledge, and Society: Korean War Historiographies from the Kwangju Uprising (2011). Dans ce dernier ouvrage, l’auteur s’interroge sur les conséquences de la guerre, et sur le renouveau historiographique depuis les années 1980. On note aussi un essai sur l’évolution politique de la Corée : Design for the Future Republic (2011).

 

Professeur invité de l’EHESS, le professeur Park Myung-lim a donné, du 11 au 25 janvier dernier, quatre conférences remarquées sur le thème des relations entre la Corée et le monde, et des dynamiques sous-tendant les positionnements idéologiques, les interfaces, les concurrences et les coopérations, les influences et les interactions observables au cours des 60 dernières années relativement à la péninsule de Corée.

 

Partant du constat qu’aucune des théories généralement admises ne rend compte directement de l’évolution historique des deux Corées, le professeur Park tente d’élaborer une théorie englobant objectivement les deux réalités coréennes,de dresser le catalogue des critères pertinents à prendre en compte, des thèmes et des perspectives objectives à étudier.

 

Diagrammes et citations à l’appui, Park Myung-lim a présenté idées, intuitions, et analyses, à travers une perception vaste,interdisciplinaire, fortement marquée par les sciences politiques. Au cours de ces quatre séances, a émergé la question de la définition de certaines notions et formulations propres à leur auteur, notamment à propos de la guerre civile, des conflits intérieurs et extérieurs, des modèles impériaux et des sphères d’influence, de la guerre et de la paix dans les pays d’Asie orientale.

A ce propos, l’assertion selon laquelle, la Corée, petit pays pacifique, n’aurait connu, selon Park Myung-lim, que 27 guerres, dont 5 civiles (contre plusieurs centaines pour la Chine et pour le Japon, des origines de leur existence historique jusqu’à nos jours), paraît quelque peu forcée. En effet, l’étude menée par Kang Bong-wŏnsur le Samguk sagi propose, quant à elle, pas moins de 196 guerres et faits de guerre pour la seule période dite des Trois Royaumes[1], tandis que les études sur les campagnes mongoles du temps de Koryŏ dénombrent 6 guerres et onze expéditions entre 1231 et 1258[2]. En outre, Park Myung-lim réfute l’idée de guerre civile à propos de la guerre de Corée, ce qui a donné lieu à des débats passionnés sur la dimension même de la notion.

Dans la seconde conférence, l’interaction nord-sud a été montrée comme un processus constant, une dynamique croisée, « relation symbiotique » qui aurait été particulièrement nette durant le gouvernement du général Park. L’opposition complémentaire entre Kim Il-sung et Park Chung-hee a été présentée comme le produit d’une sorte de validation, ou de reconnaissance croisée, formée autour de la compétition entre les deux Corées et les deux dictateurs.

Un apport majeur de l’exposé de Park Myung-lim a été de proposer une interprétation particulière du nationalisme coréen, en opposant le nationalisme minjokjŭi민족주의民族主義 et un nationalisme d’État ou Kukkajŭi 국가주의國家主義 (litt. « étatisme »). Le Professeur Park caractérise l’opposition inter-coréenne entre les régimes du nord et du sud en tant qu’opposition nationale au titre d’États constitués, et non de « nationalisme » en termes de peuple, puisque la nation coréenne est une entité cohérente (bien que séparée).

 

La troisième séance fut l’occasion d’explorer le sentiment républicain en Corée du Sud, depuis les premiers frémissements politiques de la fin du XIXe siècle, jusqu’à nos jours. Le caractère public « publicness » et l’historicité de l’État en Asie du Sud-Est, sont pour Park Myung-lim, différents de l’Etat (statehood, stateness). La participation populaire, la souveraineté s’incarnant dans le peuple ne seraient, selon lui, en effet pas contenus dans les termes kukka 國家(État), ni les notions de frontières nationales dans ceux de kukkyŏng (國境)… Park Myung-lim a aussi expliqué comment la nation est parcourue de courants contradictoires : autoritarisme traditionnel, participation populaire et mouvements démocratiques.

 

La dernière intervention du conférencier, à l’Université Paris Diderot, a porté sur un niveau qualifié d’«interne » ou de « domestique »  (internal/domestic level). Le Professeur Park a insisté sur la nécessité d’une compréhension pluridimensionnelle et englobante (pluridisciplinaire)  des problèmes, à la manière par exemple d’un Braudel. Il a déterminé l’existence d’un matrix conflict, qui rend possible l’évolution de la société, produisant rêves, espoirs, résistance face à un ordre établi. La fonction conflictuelle serait donc essentielle pour faire évoluer la société. Ainsi, le dynamisme sud-coréen tiendrait à ce que la Corée du Sud, État aujourd’hui démocratique, est animée de conflits productifs, de fécondes interactions, tandis que la République populaire (Corée du Nord), en supprimant opposition et conflits internes, tendrait à stagner. Ceci paraît une vision biaisée empreinte d’un classicisme abusif, quand on sait les antagonismes internes, parfois vifs, opposant l’armée populaire, le parti du travail et la famille Kim, et les rivalités existant au sein même de ces trois groupes.

 

Ces conférences ont révélé lessentiel des problématiques des prochains livres du professeur Park, attendus pour 2013. L’on aurait parfois souhaité de plus amples explications quant à certains concepts et méthodes d’analyse ; le professeur Park nous a, au cours de ces quatre séances, montré l’état d’une interrogation, fertile en pistes et en intuitions, qui illustrent un processus de recherche en pleine action.

Laurent Quisefit

Responsable du fonds coréen, Bulac

 

Dates et titres des conférences :

 

-11 janvier 2013: “Art of Conflomise (Conflict + Compromise). International / global Level – South Korea and the American Boundary.”

 

-18 janvier:  “Art of Conflomise. Inter-Korean/National Level – Issue of North-South Korean Relations.”

 

-25 janvier: “Art of Conflomise. National Boundaries, the Republic, and Republicanism in South Korea since the 1870s.”

 

-31 janvier: “Art of Conflomise: From Leviathan to Erysichthon, how to go beyond Democratization to Humanization, Corporate Society to Human Community.”

 


[1]                     Kang Bong-Won, “A Test Of Increasing Warfare In The Samguk Sagi : Against The Archaeological Remains In Yŏngnam, South Korea”, Journal of East Asian Archeology, 2, 3–4 Brill, Leiden, 2000, p. 145.

 

[2]                      Yun Yong-hyòk, Koryò daemong hangchòn-sa yòn’gu (Recherches sur l’histoire de la résistance de Koryò contre les Mongols), Iljisa éditeur, Séoul, 1993.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.