Compte-rendu du Paris Berlin Bochum Prague (PBBP) Workshop à Berlin du 20 au 21 avril 2018

Le 20 et 21 avril 2018, j’ai eu l’opportunité de participer au PBBP Workshop dans les locaux de la Freie Universität de Berlin en Allemagne afin d’échanger et de promouvoir la recherche dans le domaine des études coréennes. Ce colloque regroupait des chercheurs de niveau Master et Doctorat, ainsi que des enseignants venus de chaque université accompagnés de deux étudiants. Les participants provenaient de Paris, Berlin, Bochum, Prague et Séoul – représentée par l’Université Yeonsei. Les étudiants ont effectué onze présentations réparties sur deux jours de colloque. La première journée était consacrée aux présentations sur l’histoire ancienne de la Corée tandis que la deuxième journée portait sur les présentations en rapport avec l’histoire contemporaine.

Je retiendrais avant tout de ce colloque la diversité des profils des participants, mais aussi des présentations et des approches de chacun des étudiants présents. Le point fort de ce forum d’étude a donc été de pouvoir échanger avec des étudiants et professeurs, et d’avoir pu élargir son regard sur les études coréennes grâce à la multitude de thèmes abordés. J’ai par exemple traité de l’existence d’une « question nord-coréenne » en histoire contemporaine tandis que ma camarade Lucille Cosgrave a abordé ses travaux de recherche concernant la traduction de l’ouvrage confucéen Tongmong   Sŏnsŭp  ( 동몽선습- 童 蒙 先 習 ).  Ces  échanges  ont  mis  en  avant  l’importance  de  la méthodologie dans le travail de recherche, ainsi que l’importance d’apprendre à vulgariser ses recherches afin de les rendre accessibles à un public plus large.

Les retours de la part des étudiants et professeurs ont également été un plus qui nous a permis de réfléchir à notre sujet de recherche et aux façons de l’améliorer. De manière générale, j’ai constaté combien la confrontation des idées était précieuse dans la mise en perspective de ses propres recherches, et développer ce genre d’initiative au sein de l’INALCO aiderait à améliorer la qualité de la recherche et à encourager les étudiants à poursuivre dans cette voie.

Marie CALIO                                                                                                                      
Etudiante en Master 2 d’études coréennes co-habilité INALCO-UPD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.