« Escale coréenne », 16 novembre 2018 au 13 janvier 2019

Dès l’origine, le musée Cernuschi a possédé quelques objets coréens mais ceux-ci ne constituent, par rapport aux cinq mille objets de la collection historique du musée, qu’un ensemble restreint.

Malgré l’enrichissement ponctuel du musée par des achats ou des dons en ordre dispersé tout au long du vingtième siècle, il fallut attendre 1982 et le don d’une quarantaine de ses œuvres par le peintre Lee Ungno (1904-1989) pour que l’idée d’un fonds coréen autonome puisse commencer à prendre forme. L’existence de ce dernier fut confortée par la famille de Lee Ungno qui multiplia les libéralités de 1989 à 2017, jusqu’à réunir au musée Cernuschi cent trente œuvres, c’est-à-dire la collection publique la plus importante consacrée à cet artiste en dehors de Corée.

Cette impulsion permit d’accompagner un changement de politique du musée. Alors que ce dernier avait organisé au fil des décennies de multiples expositions, dont certaines furent des jalons historiques majeurs dans la diffusion de la connaissance de l’art coréen en Europe, ce n’est qu’en 2013, lors d’une nouvelle donation de la famille Lee, qu’il mit en place une politique d’acquisition pérenne sur l’art contemporain. Celle-ci s’assigne deux principaux objectifs : documenter l’histoire de l’art coréen moderne et contemporain pour en présenter les enjeux et les évolutions au public ainsi que constituer le musée Cernuschi en conservatoire de la présence des artistes coréens en France. Pour plus d’informations, voir le site du musée Cernuschi. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.