Marion DELARCHE, « Un semestre d’échange à l’Université Nationale de Séoul au département de littérature coréenne »

En août 2017, je suis partie en Corée du Sud afin d’effectuer mon second échange universitaire et de rédiger mon dernier mémoire de recherche de master. J’ai donc passé près de cinq mois à l’Université Nationale de Séoul en fréquentant les cours et les étudiants du département de littérature coréenne. J’ai cherché à mettre à profit cette nouvelle expérience pour construire un sujet de recherche pertinent, non seulement dans le champ des études coréennes en France, mais aussi dans celui des études littéraires en Corée. Lors de mon séjour, j’ai, en effet, pu constater des différences dans la méthodologie et le contenu de l’enseignement littéraire en France et en Corée. Enfin, en Corée même, il existe également des conceptions différentes de la littérature entre le monde académique et le « monde littéraire » : une institution composée d’auteurs, d’éditeurs et de critiques. La découverte de ces nuances m’a permis de repenser mon projet de recherche.

I- Repenser mes sources à la lumière de mon expérience coréenne

Au cours de mon semestre d’échange, l’un de mes premiers contacts avec le monde académique coréen a été un cours de critique de littérature moderne. Ce cours m’a permis de solidifier mes connaissances dans l’émergence de la littérature coréenne dite moderne, mais aussi de me confronter à de nouvelles méthodes de travail et de recherche. En effet, la place donnée à la présentation des théories et aux comptes rendus d’articles dans les exposés et les mémoires en Corée est beaucoup plus importante qu’en France. J’ai été impressionnée par l’étendu des connaissances de mes camarades en terme de théories littéraires coréennes, mais aussi largement étrangères, des critiques américains aux critiques français. Cette observation a ouvert ma réflexion sur la place, non seulement de la littérature étrangère, mais aussi des théoriciens étrangers, chez les auteurs, les critiques et l’enseignement de la littérature en Corée. Cela m’a également permis de repenser la question de l’influence étrangère sur la littérature en Corée, non pas comme un phénomène circonscrit, mais comme un système bien plus généralisé, voire banalisé. Peut-on parler de simple influence quand tous les étudiants en littérature en Corée sont familiers de théoriciens et de critiques étrangers, voire en ont une connaissance plus précise, ou plus encyclopédique, que les étudiants des autres pays ? D’autant plus lorsque l’on considère que beaucoup des auteurs de la scène contemporaine coréenne ont eux-mêmes suivi ces formations. Cette expérience m’a donc orienté vers un élargissement de mes recherches, ne puisant pas seulement mes sources dans les ouvrages de critiques coréens, mais également dans ceux de théoriciens étrangers connaissant un vif succès dans le monde académique coréen.

II- L’élaboration d’un projet de recherche autour du sens de l’humour dans la littérature coréenne

Pour mon dernier travail de recherche en master, qui devra préfigurer mon projet de thèse, j’avais à cœur de me pencher sur deux thèmes qui ont toujours été au centre de mon intérêt pour la littérature coréenne : l’humour et les nouvelles contemporaines. Or, ce sont des sujets difficiles à aborder en Corée où mon professeur a déclaré un jour n’accepter des sujets d’exposés que sur des auteurs déjà décédés. J’ai donc commencé très tôt dans le semestre à fréquenter la bibliothèque de l’université qui, en plus d’offrir un très grand nombre d’ouvrages, permet de comprendre quels sont les sujets les plus mis en valeur dans les études littéraires. Dans mes lectures, j’ai réalisé que l’humour était très présent dans les nouvelles, notamment de Park Min-gyu et de Ch’ŏn Myŏng-gwan, mais aussi chez Kim Ae Ran, ou Lee Kiho. Cet humour fait office de contrepoint, en parallèle de sujets graves et d’éléments de culture populaire à la limite du trivial. Ce type de fonctionnement se rapproche de la satire, c’est pourquoi j’ai d’abord orienté mes recherches autour de cette dernière, avec des auteurs tels que Ch’ae Man Sik. Cependant, si la satire a une tradition importante en Corée, elle ne s’est jamais départie d’un didactisme moralisateur, la littérature restant avant tout un outil d’enseignement. Pourtant, les auteurs de la génération 386 semblent avoir rompu avec cette tradition, pour proposer un humour qui interroge bien plus qu’il ne dicte. J’ai donc cherché une explication à cette transition en posant la question du contexte d’écriture. Ainsi, j’ai commencé à élargir mes recherches non seulement à la littérature coréenne, mais aussi à l’introduction de la culture de masse et de la culture américaine dans les années 1990 ainsi qu’à l’histoire de l’humour et du rire en Corée. Souhaitant aborder un sujet qui sortait du domaine purement académique, j’ai dû repenser l’objet de mes recherches, l’étendre au-delà du cadre universitaire, en allant chercher des témoignages contemporains sur les auteurs, en parallèle de mes lectures académiques. Je me suis autant intéressée à la réception critique de Park Min-gyu et de Ch’ŏn Myŏng-gwan, qu’aux études dont ils font l’objet.

Image 1. Photo d’une salle de la bibliothèque de l’université nationale de Séoul

III- Dépasser la frontière entre les mondes académique et littéraire

Au cours du semestre et en me liant avec les étudiants coréens, j’ai réalisé qu’une partie importante de leurs études et de leurs recherches n’avait pas lieu en cours, mais dans ce qu’ils appellent, utilisant le terme anglais, des study group, des groupes d’études. C’est ainsi que j’ai rejoint l’un de ces groupes informels. Nous avons décidé de prolonger le sujet de notre cours et d’étudier la critique de la littérature contemporaine en Corée. À cinq, nous nous rassemblions chaque semaine afin de débattre après que l’un de nous ait fait un compte-rendu sur un thème choisi. Cette expérience m’a réellement permise de comprendre la manière dont les étudiants de mon âge envisagent la littérature, passée, mais aussi celle bien vivante au cœur de mes recherches. J’ai pu  discuter avec eux de mon projet, ils m’ont conseillé sur les auteurs de mon corpus, m’ont indiqué des ouvrages et nous avons également participé à des lectures et des rencontres d’auteurs. Une des plus notables a eu lieu le 27 octobre 2017 dans un café littéraire à Séoul, où nous avons assisté à une lecture croisée de poèmes coréens et de leurs traductions françaises.

Image 2. Affiche de l’événement

Image 3. L’auteur Kim Haeng sook (à droite) et d’un des traducteurs présents Yi T’ae yŏn (à gauche)

Ma participation à ce groupe d’étude m’a beaucoup aidée dans la construction de mon sujet, car elle m’a fait réfléchir sur la division qui existe en Corée entre la littérature contemporaine et le monde académique. Mais cela m’a également permis de prendre la mesure de l’engagement de mes camarades coréens dans une réflexion contemporaine sur la littérature. Ils sont le lien entre le milieu académique et le monde littéraire professionnel. Cette division des mondes littéraires en Corée permet des échanges vifs et des débats autour de différentes conceptions de la littérature toujours en mouvement.

***

Grâce à la bourse accordée par le RESCOR, j’ai pu mettre à profit l’intégralité de mon semestre d’échange pour approfondir mes connaissances littéraires coréennes et pour élaborer mon sujet de recherche de M2 mais aussi de thèse. J’ai choisi d’interroger la fonction de l’humour dans les nouvelles coréennes contemporaines, comme résistance, dissensus et création d’un espace alternatif de parole. Pour cela je m’appuie sur des articles coréens et sur les théories de Michel Foucault et Jacques Rancière. En effet, mon séjour en Corée m’a permis de réaliser à quel point l’expression de « monde littéraire » prend tout son sens quand les textes et les théories dépassent les frontières. Le « monde littéraire » n’est plus ce domaine, professionnel, d’entre-soi, mais cet espace d’échange et de rencontre entre des influences et des conceptions différentes de la littérature. C’est pourquoi, je souhaite intégrer cette dimension globale dans mes recherches, explorant l’utilisation de la culture populaire et étrangère mise au service du contrepoint humoristique dans les nouvelles, comme symbole du dynamisme et des changements qui marquent la nouvelle génération d’écrivains coréens.

Marion Delarche
M2 LLCER Coréen – Université Paris Diderot, Paris 7
Échange à l’Université Nationale de Séoul

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.