Conférence de Patrick Maurus « Les trois Corées » à l’université Bordeaux Montaigne, 25 janvier 2018

Le jeudi 25 janvier 2018, la section des études coréennes de l’université Bordeaux Montaigne recevait Patrick Maurus, Professeur émérite à l’INALCO et directeur de la revue Tangun dans le cadre d’une conférence sur les trois Corées (République de Corée, République populaire démocratique de Corée, minorité coréenne de Chine de la région de 연변 Yeonbyeon). L’évènement, s’articulant en une heure et demie d’exposé et un quart d’heure de question-réponses, a réuni de nombreux étudiants. C’est devant une salle comble que Patrick Maurus s’est employé à déconstruire un certain nombre d’idées reçues sur les Corées ainsi qu’à rappeler le rôle souvent oublié de la minorité coréenne de Chine.

Patrick Maurus a débuté la conférence sur la lecture de quelques titres de presses, « Corée du Nord : Selon un transfuge le régime s’effondre » Le Parisien (26/01/2017), « Corée du Nord : Affamés ils deviennent cannibales » France Soir (19/05/2012), « Corée du Nord : l’ex de Kim Jong un exécutée pour une sex-tape ? » (29/08/2013), « Kim Jong Un a-t-il fait dévorer son oncle par des chiens ? » Le Parisien (03/01/2014), « Kim Jong un a gravi le Mont Paekdu : voici l’horrible présage qui se cache derrière cette tradition » Sudinfo.be (13/12/2017), mettant en lumière le manque de sérieux et l’unidimensionnalité de la plupart des articles, hélas écrit sans aucune connaissance des Corées. Il est, en effet, difficile de trouver des sources d’informations solides au sujet de la Corée du Nord.

Patrick Maurus est, ensuite, revenu sur son parcours. Après avoir passé son adolescence en Corée du Sud, il passe l’agrégation de Lettres Modernes en 1975 avant de partir en République Populaire de Chine. L’intervenant a souligné qu’il était avant tout traducteur, évoquant également ses nombreux voyages en Corée du Nord.

Conférence de Patrick Maurus à Bordeaux Montaigne. ©Stephane Couralet

Revenant d’abord sur l’histoire des Trois Royaumes et la difficulté des recherches historiques sur 고구려 Goguryeo et 백제 Baekje ainsi que de la connaissance de leur langue, l’intervenant a rappelé que le 삼국사기 Samguk sagi (Histoire des Trois Royaumes) a avant tout été écrit par les vainqueurs. Ainsi, c’est à travers le prisme de 신라 Shilla que la plupart des textes sont rédigés.

Après un rappel sur la guerre de Corée, la conférence s’est ensuite orientée vers les réformes et la reconstruction des Corées du Sud et du Nord après-guerre.

Au nord, une réforme agraire efficace a permis de relancer le pays. Là où la collectivisation des terres a, dans d’autres pays socialistes, causée résistance et ressentiment, les agriculteurs coréens eux ne possédaient plus leurs terres depuis la colonisation japonaise. Ainsi, lorsque les villages sont devenus responsables des terres arables la réforme a été vécue comme une mesure libératrice et non coercitive.

Le sud resta, quant à lui, le deuxième pays le plus pauvre du monde, la reconstruction tardant sous la direction de 이승만 Ri Seungman. Il faudra attendre la création des grands groupes coréens 재벌 chaebol sous 박정희 Park Chung-hee pour voir naître le miracle sud-coréen. Patrick Maurus a rappelé à cette occasion le caractère planifié de l’économie au sud à cette période, conseillant la lecture de « Korea. Asia Next Giant » par Alice Amsden, ainsi que le développement plus rapide du nord jusqu’en 1975.

1975 marque le début du déclin de la Corée du Nord, atteignant une limite systémique. Le leadership nord-coréen ayant gardé les réflexes de méfiance de la guérilla qu’il avait été, la fossilisation était inévitable (lecture conseillée de l’intervenant : « L’Etat guérilla » de Philippe Pons). Trois années de sécheresse et deux d’inondations ainsi que la politique du 선군 Songun (« L’armée d’abord ») venant s’ajouter au grippage caractéristique des systèmes socialistes décrit par Kornai (« Main line of causality – The Coherence of the Classical System, The Socialist System » de Janos Kornai) expliquent en partie la grande famine des années 1990 connu sous le nom de 고난의 행군 Gonanui haenggun (« La Marche difficile ») en Corée du Nord.

Depuis l’arrivée au pouvoir de Kim Jong Un et la nouvelle politique du 병진 Byungjin (double poussée) en 2013, le pays retrouve une croissance économique malgré les sanctions internationales, décriées par l’intervenant. Patrick Maurus a rappelé que Kim Jong Un et les 4000 nouveaux cadres nord-coréens formés à l’étranger étaient le moteur de ces changements. Selon lui, les efforts d’obtention de l’arme atomique sont avant tout un geste de politique intérieure afin d’éloigner l’armée de la vie politique dans un mouvement comparable à celui de Deng Xiaoping en Chine dans les années 1980.

La dernière partie de la conférence s’est concentrée sur les 3,5 millions de Coréens de Chine, dans la province du 연변 Yeonbyeon. Reconnu en Chine comme l’une des 55 minorités, la présence coréenne dans le 연변 Yeonbyeon est particulièrement ancienne. Toutefois, bien que la géographie de ce groupe ethno-linguistique soit connue, son histoire reste, quant à elle, floue.

L’intervenant a également évoqué le déplacement de cette minorité du 연변 Yeonbyeon vers le port de Dandong à la frontière sino-nord-coréenne. En effet, les infrastructures (pont, désensablement etc…) menant à la zone économique spéciale de 신의주 Sinuiju côté nord-coréen étant à présent terminées, le commerce devrait, de l’avis de l’intervenant, bientôt y être fleurissant. Rappelons que la Corée du Nord compte des réserves de minerais et de terre rares estimées entre 2 et 9 trillions de dollars.

Enfin, Patrick Maurus a terminé la conférence en conseillant deux lectures supplémentaires : « Le grand leader ne viendra pas nous voir » (Actes Sud -Velina Minkoff) et « Le rire de 17 personnes » (Actes Sud – Patrick Maurus).

Cette conférence constituait pour beaucoup d’étudiants une approche nouvelle de la situation coréenne, à travers le regard d’un résident de longue date. Cette expérience empirique, ce récit d’une vie, a ouvert une porte vers un nouveau questionnement pour beaucoup et fournit une source d’informations de première main pour les autres. Le dernier ouvrage de Patrick Maurus : « Les trois Corées » est paru en mars 2018 aux éditions Maisonneuve & Larose dans la collection « Asie en perspective ».

Thomas Gautier
Etudiant DU2 Coréen – Université Bordeaux Montaigne
Pour le Réseau des Études sur la Corée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.