Inès Maingault, « Une enquête difficile auprès des ramasseurs informels de déchets à Séoul (avril 2017) »

Actuellement étudiante en M2 à l’EHESS dans la mention Territoires, Espaces, Sociétés, j’effectue mon travail de recherche sur les ramasseurs informels de déchets en Corée du Sud1 sous la direction de Valérie GELÉZEAU. Ce sujet est à la croisée entre les thématiques de la ville, des déchets et du travail. Alors qu’en 2014 45,7% des sud-coréens âgées de plus de 65 ans vivaient sous le seuil de pauvreté2 la collecte des déchets recyclables semble être une solution adoptée par un nombre croissant de seniors pour qui cette activité est une opportunité de continuer à travailler et à gagner de l’argent. Parallèlement à ce phénomène on observe l’avènement d’un  marché  du déchet.  Avec l’épuisement de certaines  matières premières, le déchet recyclable devient une potentielle matière première secondaire ou encore une source d’énergie. Il est dorénavant une ressource convoitée qui constitue un enjeu économique important. Ainsi, le secteur du déchet autrefois dominé par les chiffonniers (nŏngmajui) est, aujourd’hui, investi par une multitude d’acteurs des secteurs privé et public. C’est dans ce contexte de forte concurrence et de course à la ressource qu’œuvrent dans toute la ville, jour et nuit, les p’yeji chumnŭn noin : des ramasseurs informels de déchets recyclables solides.

La collecte des déchets recyclables. Mapo-gu (2017) © Inès MAINGAULT
Une ramasseuse dans la rue Eoulmadang collecte des bouteilles en plastique, des cannettes en aluminium, des bidons en plastique et du carton. Cette photo illustre une difficulté que j’ai rencontrée sur le terrain : il n’est pas toujours aisé de reconnaître les ramasseurs. A cause du tablier qu’elle porte j’ai, au départ, confondu cette ramasseuse avec une restauratrice car il y a beaucoup de restaurants dans cette rue.

Mon travail a pour but de comprendre la place des ramasseurs3 dans la chaîne de gestion des déchets urbains et la signification que la société donne à leur présence.

Grâce à la bourse du RESCOR j’ai pu effectuer un terrain d’enquête préliminaire à Séoul en avril 2017. Cela m’a notamment permis de financer mon séjour en auberge de jeunesse située dans le quartier animé de Hongdae, nommé ainsi d’après l’université qui s’y trouve. C’est une zone avec beaucoup de commerces et productrice d’un important volume de déchets ; d’où la présence de nombreux ramasseurs. J’ai donc décidé d’y mener mon enquête. Le choix de rester dans cette auberge de jeunesse était au départ un choix pratique. La proximité entre mon logement et le terrain d’enquête m’a permis de sortir tard pour faire des observations car les ramasseurs travaillent pour une grande partie le soir, voire la nuit. Dans un second temps, mon lieu de résidence est devenu un de mes terrains d’enquête.

Cette enquête s’est avérée particulièrement compliquée. Il a été difficile d’entrer en contact avec les ramasseurs car ils sont très pris par leur activité de collecte. Ils sont soumis du fait d’une compétition féroce entre eux à des cadences strictes. De plus, mon niveau de coréen ne me permettait pas de conduire des entretiens avec aisance avec les ramasseurs qui, pour ceux que j’ai croisés, parlaient uniquement le coréen. En début de terrain, j’envisageais de mener des entretiens avec  les  ramasseurs  grâce  à  l’aide  linguistique  des  résidents  de  l’auberge  de jeunesse avec qui je me suis liée d’amitié. Ils ont cependant refusé de le faire en argumentant que les ramasseurs, du fait de leur caractère frustre, sont difficiles à aborder. C’est ainsi que la question des représentations autour des ramasseurs de déchets s’est imposée à moi.

J’ai donc opté pour une stratégie de repli avec un travail d’observation pendant une semaine. Cela m’a notamment permis d’identifier les acteurs avec lesquels les ramasseurs interagissent : les commerçants, avec qui les ramasseurs ont établi une relation professionnelle et les komulsang4, lieux de rachats des déchets recyclables et de triage jusqu’à leur acheminement vers des entreprises de revalorisation des déchets.

Devanture d’un komulsang près de la station de métro Gongdeok. Mapo-gu (2017) © Estelle NUALAS

Les acteurs périphériques identifiés, j’ai décidé de les interroger avec l’aide des résidents de mon auberge qui semblaient plus amènes à interroger des commerçants que des ramasseurs. En plus de me permettre d’affiner mes questionnaires à destination des ramasseurs, cela m’a par la suite facilité l’entrée en contact avec ces derniers lors d’un deuxième terrain à l’été 2017.

En conclusion, les résidents de mon auberge de jeunesse ont joué un important rôle de médiateur sur le terrain. S’ils m’ont permis d’effectuer des entretiens avec les acteurs en contact avec les ramasseurs, il ne m’a pas été possible d’aborder les ramasseurs dans ce premier terrain. C’est un phénomène courant de se heurter lors de l’enquête à des gatekeepers (« gardiens »), des informateurs privilégiés qui facilitent mais aussi canalisent l’accès au terrain. Il n’a pas été simple de contourner cette difficulté.

Inès Maingault
Master II mention Territoires, Espaces, Sociétés (TES) – École des hautes études en sciences sociales (EHESS).
Boursière du RESCOR 2016

Cet article se trouve aussi dans les Ressources numériques de notre site

  1. Appelés p’yeji chumnŭn noin « personne âgée ramassant du papier », j’ai choisi d’adopter l’expression de ramasseurs informels de déchets pour les désigner. Les ramasseurs informels interviennent seulement au niveau de la collecte des déchets et ne « récupèrent » pas, ne valorisent pas les déchets qu’ils ont collectés. []
  2. L’OCDE considère que les ménages dont les revenus sont inférieurs à 50% du revenu médian sont pauvres. « Des réformes supplémentaires s’imposent pour lutter contre le risque croissant de pauvreté à l’âge de la retraite », OCDE, 2015. []
  3. Par commodité j’utiliserai l’expression « ramasseurs » dans la suite du texte. []
  4. Le mot komulsang est composé de « –sang » qui signifie « vendeur » et « –komul » qui comporte à la fois la signification de « vieil objet » mais aussi d’ « objet endommagé ». Il désigne ainsi les « vendeurs de vieux objets endommagés ». []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.