Niky Guillon, « Séjour linguistique à l’université Kim Il Sung »


Poème sur stèle – Cimetière des martyres [soldats morts au combat contre l’envahisseur japonais] – Montagne Daesong à Pyongyang – 26 septembre 2016. © Niky Guillon

Développer des échanges universitaires et culturels, ou renforcer l’action humanitaire, en d’autres termes ouvrir des espaces de dialogue pour l’instant inexistants ou entrebâillés, ne signifient en rien soutenir le régime ni baisser la garde mais permettraient de favoriser son évolution, de désenclaver le pays et aussi de contribuer à améliorer le sort de la population, victime de répression et de pénuries. Philippe Pons

Étudiante chercheuse et traductrice1, j’ai obtenu un Master de traduction littéraire à l’INALCO, ce qui m’a ensuite menée à effectuer une thèse de doctorat intitulée « Traduire la matérialité du texte coréen », dont l’enjeu est de considérer le texte littéraire dans toutes ses acceptations, notamment celle d’objet-livre, et d’essayer de dépasser l’opposition séculaire qui sépare l’« œuvre » (considérée comme l’âme du texte), du « livre » (son enveloppe charnelle).

Patrick Maurus, mon co-directeur de thèse, m’a suggéré de faire un séjour en République Populaire et Démocratique de Corée (RPDC), ou Corée du Nord, dans le cadre des voyages linguistiques organisés par l’association C.R.I.C (Centre de Recherches Internationales sur les Corées), dont il est le directeur. Il s’agissait de partir un mois à Pyongyang avec d’autres étudiants français, afin de suivre des cours de nord-coréen à l’université Kim Il Sung, la plus grande université du pays. L’organisation de ce type de voyage n’en était alors qu’à ses débuts, puisque nous étions seulement la deuxième promotion à nous y rendre.

Je suis partie en Corée du Nord avec appréhension. J’avais peur d’être coupée du monde pendant un mois et de ne pas pouvoir communiquer avec mes proches. Il fallait les rassurer, sans parler des galères administratives pour obtenir un visa chinois. J’ai donc lu tous les témoignages qui me tombaient sous la main : ceux des élèves du voyage de la promotion précédente et ceux d’étudiants Chinois et Russes à Pyongyang dans le Courrier International. Je me suis imprégnée autant que possible d’images et de vidéos de la Corée du Nord pour tenter de me représenter visuellement ce qui allait m’attendre. J’ai aussi lu de la littérature nord-coréenne traduite en français2 et j’ai posé aux étudiants de la promotion précédente, ainsi qu’à Patrick Maurus qui s’est rendu de nombreuses fois là-bas, des questions d’ordre pratique qui peuvent sembler complètement absurdes : « est-ce que je peux emporter des livres ? », « est-ce qu’il faut que je ramène ma propre lessive ? », « comment va se passer le contrôle à la frontière ? » etc. J’ai effectué un rappel de tous mes vaccins. J’ai refait faire mon passeport Suisse (ayant la double nationalité française et suisse), afin de pouvoir bénéficier de la protection de l’ambassade Suisse en cas de problème (la France n’ayant pas d’ambassade en RPDC car elle ne reconnaît pas le pays). Et pour finir, j’ai fait un tri plus ou moins poussé de mon ordinateur.

Train Dandong (Chine) – Pyongyang (République Populaire et Démocratique de Corée) – 1er septembre 2016.
© Niky Guillon

Le voyage est organisé par le C.R.I.C, mais l’obtention d’un visa chinois et l’achat du billet d’avion pour Pékin sont de la responsabilité du voyageur. Étonnamment, obtenir un visa nord-coréen est beaucoup plus simple (puisque le C.R.I.C se porte garant de vous), que de se procurer un visa chinois. Le trajet est le suivant : plus de dix heures d’avion, quatorze heures de train de Pékin à Dandong, et pour finir, environ sept heures et demie de train de Dandong à Pyongyang. Il est possible de prendre un avion de Pékin jusqu’à Pyongyang, mais ce serait se priver d’être témoin de tous les échanges qui ont lieu à la frontière entre la Chine et la Corée du Nord. Il faut aussi prévoir assez d’argent en espèce pour la durée de votre voyage, puisque vous ne pourrez pas retirer d’argent à un distributeur. Il ne faut pas non plus avoir peur de jongler avec les devises. En effet, une fois sur place, il n’y a pas vraiment de règle : on peut aussi bien payer en yuans chinois, qu’en euros, en dollars ou encore en wons3 nord-coréens. Il faut donc être prêt à payer en euros, et à recevoir de la monnaie en yuans, ou encore à se voir refuser toute devise étrangère au marché, tandis qu’à l’université on vous demandera de payer vos livres de cours en yuans. Il est aussi possible que faute de monnaie, on vous donne un objet supplémentaire pour combler la différence. C’est ainsi que je me suis retrouvée avec des recueils de chansons. Le mot d’ordre est donc flexibilité et prévoyance.

Je suis partie en septembre 2016, dans un groupe constitué de quatre étudiantes. Mon objectif, outre la langue (le nord-coréen, dont les différences avec le sud-coréen sont plutôt d’ordre dialectal, et liées au champ lexical employé par le régime en place), était de collecter un maximum de documents, afin de pouvoir dédier un chapitre de ma thèse à la matérialité du texte nord-coréen, ainsi que de les traduire et les proposer à un éditeur lors de mon retour en France.

Dès le lendemain de notre arrivée, nous avons été réparties dans les classes en fonction de notre niveau. Le nombre d’étudiants français étant trop peu élevé pour nous dédier une classe attitrée, nous avons été greffées aux cours de langue nord-coréenne destinés aux étudiants chinois. Nous avions trois à quatre heures et demie de cours tous les matins (sauf le dimanche). Au programme : grammaire, conversation orale, rédaction et compréhension écrite. Quant au logement, nous séjournions à l’hôtel Changgwansan avec les autres étudiants étrangers du campus, ainsi que les étudiants nord-coréens en charge des étudiants étrangers. Nous étions deux par chambres, et une femme de ménage passait quotidiennement. J’avais prévu une batterie externe USB en prévision des coupures d’électricité, mais je n’en ai finalement pas eu besoin, les coupures n’étant que de courte durée. Chaque chambre possédait une salle de bain, et nous avions accès à l’eau chaude à certaines heures de la journée. Notre pommeau de douche était cassé, si bien que nous utilisions un système de bassine et de louche en plastique pour nous laver et nous faisions notre lessive à la main. Nous avons pu trouver tous les produits de première nécessité dans les supermarchés et boutiques de quartier : lessive, cahiers, stylos, dentifrice, protections hygiéniques, etc… ainsi que des boissons (cannettes de café au lait, bières, soju) et des snacks. Les repas étaient pris en charge par l’hôtel, mais nous pouvions les prévenir en avance de notre absence, afin d’aller manger dans les restaurants du quartier le soir venu. Dans ces cas-là, nous n’étions pas toujours accompagnées, et il est arrivé que nous dînions simplement dans un barbecue coréen. La plupart de nos trajets s’effectuaient dans des cars privés, mais il nous est aussi arrivé de prendre le métro (accompagnées), et le taxi (seules ou accompagnées). Prendre le taxi sans accompagnateur nous a demandé un soupçon de persuasion, mais s’exprimer en coréen et mentionner que nous étions étudiantes à l’université Kim Il Sung nous a permis d’obtenir le sésame.

Les deux premières photos à gauche ont été prises lors d’une ballade dans le quartier de notre hôtel (le Changgwangsan), rue Chollima, seulement accompagnée d’Anaïs, une autre étudiante française – 18 septembre 2016. La troisième photo a été prise dans le métro de Pyongyang, à la station T’ongil (ou station de la Réunification) – 9 septembre 2016. © Niky Guillon

Durant notre séjour, nous avons aussi effectué une excursion au mont Paektu organisée par l’université. Cette courte excursion de deux jours, nous a permis de sortir de la ville de Pyongyang, de prendre l’avion et de fouler la plus haute montagne de Corée, Nord et Sud réunis. Le prix du voyage était à notre charge.

À gauche : salle de cours à l’université Kim Il Sung – 8 septembre 2016. À droite : la promotion d’étudiants chinois avec qui nous avions cours, sur le campus de l’université Kim Il Sung – © Niky Guillon

Un étudiant nord-coréen du département de français de l’université Kim Il Sung, du nom de Kyesong, était chargé de s’occuper de nous. C’est lui qui est venu nous chercher à la gare, avec le vice-président des relations internationales de l’université, Monsieur Hong, et le responsable des étudiants en échange, Monsieur Li. Avec nos professeurs, les étudiants chinois et quelques autres étudiants nord-coréens, ce sont les personnes qui ont constitué notre entourage principal. Kyesong s’est occupé de notre installation et de nous expliquer le déroulement de nos journées. Il servait aussi par ailleurs de guide et d’intermédiaire avec l’université : c’est à lui que nous devions transmettre nos demandes, (choix d’une visite par exemple) qu’il se chargeait de transmettre à sa hiérarchie. Nous avons petit à petit développé des relations de confiance.  Au départ, nous surveillions en permanence nos paroles, un effort auquel nous n’étions pas habituées. Par exemple, en Corée du Nord et en Corée du Sud, le mot pour désigner « Corée » n’est pas le même. Au Sud, on utilise Hanguk, tandis qu’au Nord, on utilise Chosŏn. Le mot sonjŏnhwa, « affiche avec slogan » était de rigueur à la place du terme « affiche de propagande ». Puis, les langues ont commencées à se délier. Lors des soirées passées ensemble, nous avons commencé à échanger autour des différences entre nos pays. Nous avons posé toutes sortes de questions, débattu et abordés de nombreux sujets. Nous étions bien entendu respectueuses de nos interlocuteurs, mais nous avons pu les interroger sur le fonctionnement de leur société, sur le sujet sensible des camps, ou encore sur leur conception de l’amour. Ils étaient également curieux de notre mode de vie, de notre conception du monde et de nos voyages.

Notre statut d’étudiantes parlant la langue coréenne a pour beaucoup joué dans la relative liberté que nous avons connue. Comprendre ce qui se dit autour de soi et pouvoir dialoguer directement avec nos interlocuteurs, c’est aussi ne pas avoir l’impression d’être trompé en permanence. De même pour les photos, il fallait respecter deux règles : la première concernait les représentations des dirigeants nord-coréens, dont il ne faut pas tronquer les corps, et qu’il faut prendre de face ; la deuxième était de ne pas prendre de photos des bâtiments en travaux. Mais, dans l’ensemble, nous avions plutôt carte blanche. Kyesong nous indiquait seulement lorsque cela pouvait causer des réactions. Néanmoins, malgré l’existence de ces règles, personne n’a vérifié ni supprimé nos photos.  Le fait de pouvoir faire développer nos photos sur place, ou encore de constater la présence de nombreuses marques étrangères (notamment sud-coréennes, américaines ou européennes) nous semblait incroyable. Kyesong possédait par exemple un ordinateur portable Apple, ainsi qu’un smartphone nord-coréen Arirang et Sonwha, une étudiante nord-coréenne, un baume coloré Dior, une lotion démaquillante Payot et un fond de teint Tony Moly ; cadeau de l’État qu’elle est allée retirer à l’épicerie de son quartier.

Chaque semaine, nous nous rendions à l’hôtel Koryo, qui possède un service d’envoi de mails, moyennant quelques euros. Nous avons aussi envoyé des cartes postales, qui sont toutes arrivées à destination.

Photo de groupe au festival de la bière : en haut en chemise bleue, M. Hong, le vice-président des relations internationales de l’université ; en bas à gauche, M. Li, le responsable des étudiants en échange ; en haut à gauche, Kyesong, l’élève du département de français chargé de s’occuper des étudiantes françaises, et à ses côtés un autre étudiant nord-coréen de l’université Kim Il Sung ; en haut à droite, deux étudiants chinois de l’université Kim Il Sung ; et les quatre étudiantes françaises – Fleuve Taedong – 6 septembre 2016. © Photographe du festival de la bière, exemplaire personnel.

Mon objectif de constituer un corpus de textes nord-coréens a été rempli : j’ai eu la chance de pouvoir rapporter quantité de matière textuelle, comme des romans, des nouvelles, des poèmes, des recueils de chansons, des dictionnaires, des livres pour enfants, des manuels de cours, des enregistrements audio de lectures, des ebooks etc. Je me suis procuré ces documents de plusieurs façons. Il y avait d’abord la librairie de l’hôtel, où j’ai trouvé notamment un dictionnaire nord-coréen/anglais pour la somme de 35,75 euros. Je me suis aussi fournie à la librairie pour les étrangers de Pyongyang, non loin de la place Kim Il Sung. Le prix des livres est en général très bas, et les ouvrages les plus chers restent les dictionnaires. Quant aux ebooks, c’est Kyesong qui me les a généreusement transférés sur mon ordinateur. J’ai d’ailleurs été très étonnée de constater leur existence. Les enregistrements, eux, ont été effectués avec l’accord des personnes concernées.

Livres rapportés grâce au terrain RESCOR 2016 – © Niky Guillon

Ce séjour d’un mois aura donc été l’occasion d’une première immersion, et la plus grande richesse que j’en retire, c’est de m’avoir permis de sortir de l’état de fantasme dans lequel je baignais. Je peux à présent me représenter la Corée du Nord, y mettre des mots, y associer des sensations et du vécu. Concernant mon sujet de recherche, je peux désormais me faire une idée de ce à quoi ressemble un livre nord-coréen, en tant qu’objet possédant une matérialité propre. Je sais qu’il est imprimé sur un papier recyclé (ce qui lui donne souvent une couleur grise), que la technique d’impression utilisée semble être celle de la presse typographique (qui laisse une empreinte sur le papier), que onze polices d’écriture subdivisées en plusieurs sous-catégories semblent dominer le paysage typographique, qu’il existe quelques différences typographiques avec le Sud (comme le tracé de cette consonne qui s’écrit « ㅌ » et non « ㅌ »), que les illustrations sont présentes dans un but pédagogique afin d’appuyer et d’éclairer le sens du texte et rappellent l’esthétique du réalisme socialiste, ou encore que tous les noms des dirigeants de la Dynastie Kim sont surlignés en gras ainsi que leurs citations, et qu’ils possèdent une collection prestigieuse dédiée à leurs écrits (livres reliés, couvertures en cuir et dorures) tandis que la plupart des autres livres possèdent une couverture souple. Cette première plongée m’a permis de définir plus clairement de futures pistes de recherches. J’aimerais par exemple, lors d’une prochaine visite, demander plus de détails sur leur technique d’impression, visiter l’Association des écrivains et me renseigner sur son fonctionnement, demander à avoir une liste des maisons d’édition et poser des questions sur leur fonctionnement. Il me reste aussi par ailleurs à analyser la grande quantité de documents que j’ai rapportée, afin de pouvoir dégager ce qui caractérise et définit la littérature nord-coréenne, mais aussi de les traduire et de les proposer à des éditeurs français. Ce voyage aura donc été une expérience exceptionnelle dont j’ai énormément retiré, tant sur le plan humain que scientifique. Il ne me reste plus qu’à y retourner.

Niky Guillon
Doctorante de l’ED 265, CREE, Traductologie, INALCO – Paris Diderot (Paris 7)
Boursière du RESCOR 2016

Cet article se trouve aussi dans les Ressources numériques de notre site

  1. « Ping-Pong » par Park Min-gyu traduit du coréen par Niky Guillon et Kim Inyoung, Sémaphores, 2016. []
  2. « Des amis » par Baek Nam-Ryong traduit du coréen par Patrick Maurus et Yang Jung-hee, Actes Sud, 2011. « Le rire de 17 personnes. Anthologie de nouvelles contemporaines de République populaire démocratique de Corée » traduit du coréen par Patrick Maurus, Kim Kyoung Sik, Benoît Berthelier, Actes Sud, 2016. []
  3. Lors de notre voyage, le taux était de 8 750 wons pour 1 euro. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.