Thibault Paris, « Période difficile pour la démocratie en Corée du Sud »

Les récentes conclusions du Rapporteur spécial des Nations Unies sur les libertés de rassemblement pacifique et d’association (UN Special Rapporteur’s Conclusion on Rights in South Korea”, Korea Exposé, January 29th, 2016)  mettent en lumière une tendance renforcée depuis l’arrivée au pouvoir de la Présidente PARK Geun-hye : les contre-pouvoirs (journalistes, syndicats, manifestants, etc.) voient leurs droits progressivement restreints.

La démocratisation sud-coréenne était pourtant bien en état de marche, notamment grâce à la vitalité de la société civile sud-coréenne, mais la société politique actuelle ne semble pas en mesure de répondre aux aspirations de cette dernière (incurie du pouvoir conservateur dans la gestion de nombreux dossiers, opposition progressiste divisée).

De plus en plus de rapports ont fait état de cette tendance à la régression de la démocratie sud-coréenne. L’ONG Freedom House (Freedom in the World 2015 : South Korea”, Freedom House, 2016constate à travers ses indicateurs que le statut du pays peut toujours être considéré comme libre, mais que le taux de liberté (freedom rate) est passé de 1.5 à 2 (sur une échelle de 1 à 7, 1 étant le maximum) en 2014 alors qu’il s’était maintenu à 1.5 depuis 2005. La réduction des droits politiques semble avoir eu l’influence la plus importante sur ce résultat. Le rapport annuel de l’Economist Intelligence Unit (Democracy Index 2015 : Democracy in an age of anxiety”, The Economist Intelligence Unit, 2016) conclut pour sa part que la Corée du Sud n’est plus une démocratie complète (full democracy) mais une démocratie imparfaite classée 22e sur 167 Etats, bien qu’elle soit toujours l’un des pays asiatiques les plus démocratiques. Lire la suite sur le site de L’Asie en 1000 mots.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *