Projet de publication : « L’Asie au temps des colonies : Regards japonais critiques (1880-1930) »

 

Projet de publication : « L’Asie au temps des colonies : Regards japonais critiques (1880-1930) »

 

Ce titre, provisoire, est celui d’un manuscrit en français achevé récemment et qui sera proposé prochainement à un éditeur. Il s’agit d’un recueil d’une dizaine de textes japonais publiés avant guerre par des journalistes, des universitaires ou des militants, qui critiquent les orientations prises par leur gouvernement, en prônant par exemple l’indépendance des Ryûkyû, le rapprochement avec les Chinois, ou la solidarité avec les Coréens. Les traductions, les notes et les introductions ont été rédigées par des enseignants et chercheurs associés de l’Unité de japonais à l’Université de  Genève.

Alors que la plupart des dirigeants japonais de la fin du XIXe et du début du XXe siècle étaient pris dans une logique expansionniste, convaincus que la survie du Japon dépendait de sa capacité à dominer pour ne pas être dominé, des voix dissonantes s’élevèrent, remettant en question l’idéologie dominante.

Parmi les auteurs choisis, certains d’entre eux ont dénoncé plus particulièrement la politique coloniale en Corée. Ils appartenaient à cette minorité d’intellectuels japonais bien connus des historiens coréens, qui mettaient en exergue leurs qualités morales en les qualifiant souvent de « conscience » du Japon. Ce fut le cas de Yoshino Sakuzô (1878-1933) et Yanagi Sôetsu (1889-1961), qui manifestèrent une véritable sympathie à l’égard des Coréens et qui s’opposèrent à l’arbitraire bureaucratique colonial.

A l’image des discours anticolonialistes dans les pays occidentaux, les critiques ne s’appuyèrent pas uniquement sur des valeurs humanistes telles que défendues par Yoshino et Yanagi. Ainsi Ishibashi Tanzan (1884-1973), qui devint Premier ministre en 1956-57, pensait que le colonialisme coûtait plus cher qu’il ne rapportait et qu’il fallait renoncer à la Mandchourie, entre autres, non pas pour se rapprocher des Chinois, mais pour préserver les intérêts du Japon.

Les auteurs choisis proviennent d’horizons divers, mais tous ont en commun de s’opposer aux discours convenus de l’Etat, dans un contexte parfois difficile, face à la censure et au conformisme du temps. Ils permettent de mettre en lumière l’existence d’une opinion publique japonaise diverse, trop souvent ignorée au profit des discours officiels.

Samuel GUEX

Professeur Assistant, Université de Genève

 

Site de l’université de Genève.

Pour en savoir plus sur les études coréennes à l’université de Genève.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search