Compte rendu de la « quinzaine de la Corée » à Bordeaux Montaigne, 16-24 mars 2017 : première semaine


Compte rendu rédigé par Orane MANIER
– étudiante stagiaire dans la section d’études coréennes de l’université Bordeaux Montaigne –

pour le Réseau des Études sur la Corée

Notre « quinzaine de la Corée » à Bordeaux Montaigne a débuté par la fête des langues, le jeudi 16 mars 2017.

Jeudi 16 mars, à partir de midi, se tenait la troisième édition de la Fête des langues, initiative lancée en 2014-2015 par le Centre de Langues Bordeaux Montaigne (CLBM) dans le but de faire connaître au plus grand nombre, à travers l’éventail des cultures et les langues représentées, l’offre de formation de l’université.

Durant cet événement, les enseignants volontaires et les étudiants en coréen de l’UBM ont organisé dans la bonne humeur une sélection d’activités sur leur stand : présentation de la langue et de la culture coréennes, de la culture des médias à travers des extraits de K-pop, drama, cinéma coréen…, des principaux sites touristiques de la péninsule coréenne (carte + vidéo), de la gastronomie locale (les délicieuses crêpes coréennes préparées sur place par Mme BIENVENU ienvenu ont fait sensation puisqu’elles ont été citées en premier dans certains blogs étudiants !) etc.

Durant cette belle journée ensoleillée, le stand sur la Corée a été constamment visité. Les étudiants curieux pouvaient rencontrer sur place enseignants et étudiants et découvrir la Corée de manière conviviale et ludique ! Tous ont pu repartir avec un petit cadeau-souvenir évoquant la Corée ! La fête des langues est le moment propice à la découverte de la diversité des langues et des cultures pour les étudiants comme pour le personnel de l’université. Le succès du stand coréen tient évidemment au bon accueil des productions médiatiques sud-coréennes auprès des étudiants en général, mais aussi, il faut le souligner, à l’étroite complicité entre les étudiants (en DU et en cours du soir) et leurs enseignants qui s’organisent pour mettre en avant, chaque année, une facette de la culture coréenne.

Après les performances des percussionnistes de samulnori suivies de l’atelier de calligraphie coréenne (2015), puis l’atelier de noeuds traditionnels maedup et celui de préparation de kimpaps originaux par les étudiants (2016), cette année ce sont les jeux collectifs traditionnels, le pliage de papiers coréens et la gastronomie coréenne qui ont séduit le public venu en masse. Une nouvelle fois, le stand « Corée » était très bien animé et a rencontré un franc succès à l’occasion de cette désormais traditionnelle fête des langues à Bordeaux Montaigne.

Jeudi 16 et vendredi 17 mars 2017 

Parallèlement à la fête des langues organisée durant la même journée, le jeudi 17 mars, débutait un autre événement très attendu par les étudiants de la section d’études coréennes de l’UBM : la première journée d’un atelier de théâtre en coréen !

Animé sur deux jours par des spécialistes de l’art du spectacle invités à l’UBM – Mme LEE Hyunjoo (metteur en scène et comédienne, spécialiste en études théâtrales), M. KO Ki-Hyuk (acteur, musicien et formateur) et Mme KIM Jiseon (études théâtrales) –, cet atelier a appris aux étudiants bordelais à mieux respirer et à prendre conscience de leur corps lorsqu’il est traversé par les rythmes et les vibrations sonores de la langue coréenne. En guise de travail préparatoire, les étudiants ont reproduit des exercices physiques de base inspirés du travail des acteurs du théâtre masqué traditionnel coréen.

Tous les étudiants ont ensuite rejoint la scène pour faire entendre au public ce qu’ils avaient préparé individuellement. Une fois sur le plateau, on sentait déjà que leur respiration avait changé, leur voix aussi. Puis, dans un coréen au départ hésitant, leur texte s’est mis à résonner dans l’auditorium, avec de plus en plus d’assurance au fur et à mesure que la metteure en scène les inciter à libérer une émotion particulière, toujours à partir du coréen. Quel exercice intense et difficile ! Mais quel instant magique ! Au départ, personne n’y aurait cru… comment un texte griffonné en coréen sur une feuille de papier brouillon pouvait-il donner naissance à une émotion ? Certains textes maladroits, une fois dits, sont devenus poétiques. Des expressions jamais entendues ont même été produites par les étudiants, d’après les commentaires des artistes coréens, tous attentifs à ce petit « laboratoire du vivant ».

Certains étudiants n’étaient jamais montés sur scène, c’est dire la puissance de cette expérience courageusement assumée par tous, …en coréen s’il vous plaît ! Cet atelier de théâtre en coréen s’est révélé être un formidable outil pédagogique de mise en situation. Si les postures corporelles et leur codification sont comprises par les étudiants, elles sont rarement travaillées. D’où l’intérêt de cet atelier dont les étudiants sont sortis métamorphosés. La part de coréen qui somnole en eux a sans aucun doute été réveillée, le temps de cet espace imaginaire. Vivement le prochain atelier !

Samedi 18 mars, se déroulait le TOPIK, l’examen national de compétence en coréen.

Alors que la veille, nous avions eu droit à un atelier de théâtre au milieu des artistes, le lendemain, telle une performance architecturale, le coréen de notre salle de théâtre avait mu en bungalow, un drapeau sud-coréen flottait dans le ciel bordelais, au milieu de l’université.

On se serait crus à Panmunjeom. Mais il faut dire que nos surveillants étaient bien plus sympathiques.

La section d’études coréennes avait fait surveiller les salles d’examen par les agents de la sécurité qui assuraient des rondes régulières pour garantir la tranquillité des lieux et le bon déroulement des épreuves. Nos bungalows n’étaient pas bleus et les agents de sécurité avaient tous le même pull rouge-pompier. Ambiance idéale pour passer un examen !

Le drapeau sud-coréen flottant au vent au-dessus des salles du TOPIK à l’UBM…

 

…qui ne sont pas sans rappeler d’autres bungalows, ceux de Panmunjeom, la couleur bleue en plus, et ses surveillants… casqués !
Crédit photo : https://goo.gl/images/fB8jcW

Lisez la suite dans les prochains billets du RESCOR 

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *