PARK Seok, « tae kyo yak chol, La grande habileté semble maladroite », 17 février 2016

Conférence donnée par M. PARK Seok,
Professeur à l’Université Sangmyung, Séoul, Corée du Sud

Le mercredi 17 février 2016 de 15h30 à 17h
Université Paris Diderot / salle 575F (Halle aux Farines)
2 rue Marguerite Duras 75013 Paris

 

La culture d’Asie orientale est très différente de celle d’Occident. Pourquoi les peintres de l’Asie de l’Est préféraient-ils le lavis monochrome et pourquoi aimaient-ils laisser des vides dans un tableau que les peintres occidentaux auraient considéré comme inachevé ? Dans la musique d’Asie orientale, on ne trouve pas l’harmonie dont la musique occidentale est fière, mais des petites notes entre les notes. Une des plus importantes caractéristiques du jardin à la chinoise est de cacher la vue, tandis que dans le jardin à la française, on peut voir d’un coup d’œil tout le paysage. L’origine de la littérature d’Asie orientale est le Classique des Poèmes, Shijing, regroupant des œuvres de poésie lyrique dépeignant la vie quotidienne, tandis que la poésie d’Occident a commencé avec des épopées exaltant un héros, ainsi qu’avec des poèmes dramatiques conduisant à la catharsis. Pourquoi la philosophie séculaire d’Asie orientale préfère l’intuition et l’ambiguïté, alors que celle de l’Occident s’attache à la logique et la clarté ? Finalement, comment expliquer de telles différences d’orientation entre ces deux cultures ?

Si lon cherche un principe qui se cache derrière ces divers aspects de la culture d’Asie orientale, il me semble que l’expression tae kyo yak chol 大巧若拙 le résume avec bonheur. La formule se trouve au chapitre 45 du Daodejing, le Livre de la Voie et de la Vertur : « la grande habileté semble maladroite ». Je pense qu’elle exprime avec force l’esprit de la culture de l’Asie de l’Est. À première vue, cette phrase semble une énigme, mais si on la considère attentivement, on peut y trouver la logique derrière le paradoxe. Dans cette conférence, je voudrais d’abord analyser la structure logique du tae kyo yak chol, puis explorer la signification esthétique du tae kyo yak chol ; enfin, expliquer le propre de la culture d’Asie orientale à travers la logique et l’esthétique du tae kyo yak chol.

contact : yannick.bruneton@univ-paris-diderot.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *