Le coréen deviendra une matière à part entière au baccalauréat

 

Le coréen fera bientôt partie de la liste des épreuves de langue vivante 2 comme une matière à part entière au baccalauréat français alors qu’il n’est actuellement qu’une épreuve facultative (option) rapportant seulement des points de bonus sans coefficient, a fait savoir ce vendredi le bureau du Premier ministre sud-coréen.

Cette décision a été annoncée par le président français François Hollande qui a reçu au palais de l’Elysée le Premier ministre sud-coréen Hwang Kyo-ahn, actuellement en visite en France pour participer au lancement de l’Année croisée Corée-France 2015-2016.

Lors de cette réunion, le chef de l’Etat français a déclaré à Hwang avoir décidé d’élever le coréen au rang d’«épreuve obligatoire» de langue vivante 2 au baccalauréat.

Le Premier ministre a remercié Hollande d’avoir inclus le coréen dans la liste des langues vivantes 2 en ajoutant que «le français est aussi enseigné dans un grand nombre d’écoles coréennes».

Au cours de la réunion, le président français et le Premier ministre coréen ont également convenu de travailler ensemble dans le domaine de la formation professionnelle. En particulier, Hollande a proposé de collaborer étroitement dans des domaines comme l’hôtellerie, les nouvelles technologies et le design. Hwang a également souligné l’importance de renforcer la coopération dans la formation professionnelle.

Le Premier ministre a expliqué en détail la situation politique en Asie du Nord-Est et notamment les récentes relations intercoréennes. Le président français a de son côté déclaré le soutien de la France à la politique et à la position de la Corée du Sud.

De même, Hollande a affiché un grand intérêt sur la politique économique phare du gouvernement sud-coréen, «l’économie créative», et Hwang a cité les sciences et technologies comme domaines potentiels de coopération entre les deux pays.

Les deux hommes se sont également mis d’accord pour mettre en place une plate-forme de concertation politique de haut niveau dédiée à des questions majeures comme le changement climatique et l’environnement et pour appliquer pleinement l’accord de libre-échange conclu entre la Corée du Sud et l’Union européenne.

 

Source : Agence de presse Yonhap (18 septembre 2015)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *