Charles Varat et la collection coréenne du Musée National des Arts asiatiques – Guimet

Vue des salles coréennes du musée Guimet au XIXeme siècle © Musée National des Arts asiatiques – Guimet

En 1888, Charles Varat (1842/43-1893) se rend en Corée, en mission pour le compte du Ministère de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts. Parisien fortuné, il se pique d’exploration et d’anthropologie. Après quelques voyages en Russie ou en Scandinavie, son but est de découvrir la culture coréenne. A l’époque, en France, la Chine est bien connue, de même que le Japon. On ne connaît rien en revanche de la Corée. Deux ans après le traité d’amitié entre France et Corée, Charles Varat pense le moment venu de se rendre sur place, d’autant que les premiers contacts entre les deux pays, vingt ans auparavant avaient été violents, quand l’expédition de l’Amiral Roze sur l’île de Kanghwa-do avait tenté de faire pression sur le régent Taewon’gun pour que celui-ci mette un terme à la répression sanglante menée contre les catholiques, et notamment les missionnaires de la Société des Missions étrangères de Paris.

 

Avec l’aide de Victor Collin de Plancy, premier diplomate français à la cour de Séoul, qui vient tout juste d’arriver, et le soutien du gouvernement coréen, Varat va se lancer dans une politique d’achat de tout ce qui lui paraît coréen, afin de mieux faire connaître à Paris l’identité de la Corée. La collection qu’il constitue ainsi au cours de son voyage est passablement éclectique, peintures bouddhiques ou chamaniques, sculptures de Buddha ou de Bodhisattva en bois, en bronze ou bien en fonte de fer, sans oublier des costumes, des masques ou bien du mobilier. Elle est exposée en 1889 au Musée d’Ethnographie du Trocadéro et devant l’insistance de Varat qui souhaite qu’elle puisse rester accessible au public elle est attribuée par le Ministère, en 1891, au tout nouveau musée Guimet crée trois ans avant comme Musée National consacré à l’Asie, l’année même qui voit la Tour Eiffel s’élever sous le ciel de Paris.

 

Dès 1893, une galerie coréenne est ouverte au deuxième étage du Musée, organisée, classée et mise en place par Charles Varat, assisté d’Hong Jeong-Ou, l’un des tout premiers Coréens à venir à Paris et que Félix Régamey met en contact avec Emile Guimet. De Séoul, Victor Collin de Plancy envoie des meubles ou bien des céramiques afin de compléter les acquisitions de Varat, mais celui-ci meurt brutalement, la même année, alors qu’il préparait un livre sur la Corée, quand Hong Jeong-Ou, de retour en orient, assassine en 1894 Kim Ok-kyun à Shanghai, l’auteur du coup d’état manqué de 1884, précipitant la crise qui allait mener à la guerre entre Chine et Japon.

 

Plus tard, Collin de Plancy, à nouveau nommé en Corée (1896-1906), enverra quelques peintures bouddhiques pour répondre aux vœux formulés par Guimet. Peut-être, faisait partie du lot la belle bannière datée de 1755, provenant de Konbongsa, et qui évoque « l’Ambroisie de la Loi » (Amrita raja), le « festival des âmes », évoquant toute la société coréenne aux pieds des sept Buddha, symboles de la Grande Ourse et de l’impermanence. Cette peinture en effet sera exposée dans le pavillon de l’Empire de Corée (1897-1910), lors de l’exposition internationale de 1900 à Paris, à côté d’objets envoyés de Corée ou bien de collections françaises, à commencer par celle de Collin de Plancy. La Corée en France suscite alors la sympathie et la curiosité et Edouard Chavannes se rend lui-même de Pékin à la frontière coréenne, reconnaître les vestiges du royaume de Koguryo. Après 1918 cependant, la mort d’Emile Guimet, l’annexion japonaise et la première rénovation générale du musée, la Corée disparaît quasiment des galeries. Elle ne réapparait timidement qu’après 1945, avec le reversement au musée des collections asiatiques du Louvre (Bodhisattva méditant, bronze doré, peut-être du Paekche, vente Hayashi ; Avalokitesvara à la lune, peinture Koryo, ancienne collection Takahashi ou céramiques Punch’ong du legs Raymond Koechlin). C’est néanmoins, à ces dates qu’est acquise à Tokyo la couronne Silla ou qu’est donné par Mme Louis Marin le superbe paravent sur le thème des scènes de genre, signé de Kim Hong-do, en souvenir du voyage qu’avait fait son mari à Séoul, l’année 1901, tout cela sans oublier les très beaux céladons d’époque Koryo du legs Michel Callman. Les collections coréennes, en fait, seront redéployées en 2001, à l’occasion  de la seconde rénovation générale du musée, des collections toutefois dument complétées par de nouvelles acquisitions (peinture d’Yi Chong, portrait de Yi Han-ch’ol, bronzes Koryo, etc.) ou par des donations (collection Lee Ufan, dons Itami Jun, Collections de Joseph et Roberta Carroll).

 

Statue de bouddha rapportée de Corée par Charles Varat © Jean-Yves et Nicolas Dubois, Musée National des Arts asiatiques – Guimet

 

Pierre Cambon

Conservateur en chef

Musée National des Arts asiatiques – Guimet 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *