Rencontre avec le professeur YU Shanglie de l’université de Yanbian

 

Le mardi 27 mai 2014, dans la salle des conseils de l’UFR LCAO de l’université Paris Diderot, a eu lieu une rencontre amicale entre le professeur YU Shanglie, de l’université de Yanbian (Yanbian Daxue 延邊大學, Yanji ; www.yu.edu.cn), et des membres des sections d’études coréennes et chinoises de Paris Diderot. Monsieur YU vient en effet de passer une année à LCAO (2013-2014) comme enseignant contractuel de langue à la section d’études coréennes. Pendant plus d’une heure, monsieur YU a parlé de son expérience d’enseignement à Paris Diderot, il a présenté son université, ainsi que sa propre recherche sur la littérature chinoise par des auteurs de la minorité coréenne de Chine (Chosŏnjok 朝鮮族). À cette occasion, ont été évoquées les perspectives de coopération entre Paris Diderot et l’université de Yanbian.

 

La rencontre a débuté par un tour de table où chacun a exprimé son intérêt et ses attentes à propos d’un renforcement des relations entre nos deux universités. Parlant d’abord en chinois, puis en coréen, le professeur YU, avec une verve captivante, a commencé par relater l’histoire peu banale de l’université de Yanbian.

 

 

test 1

 

De l’époque coloniale japonaise (1910-1945), étaient restés sur place, à Yanbian, quelques deux millions de ressortissants d’origine coréenne. Ceux-ci voulurent établir leur propre université, à la suite de l’exemple donné par la fondation de l’université Kim Il Sung à Pyongyang en 1946. À l’époque, ils durent agir par leurs propres moyens, sans aide étatique, alors que beaucoup d’entre eux étaient agriculteurs. Ils parvinrent ainsi dès 1949 à créer à Yanji (延吉市) la première université d’une minorité de Chine populaire, minjok taehak (民族大學).

 

Au départ, et jusque dans les années 1980, la politique de recrutement de Yanbian Daxue s’est concentrée sur la population des Chosŏnjok. Cependant, dans les années 1990, en raison de la baisse radicale de cette population causée par l’érosion de la natalité, mais aussi l’expatriation accrue de ses membres, partis travailler à l’étranger (Corée du Sud, Japon, Europe…), la proportion des étudiants issus de la minorité a fortement chuté pour représenter à peine un tiers de l’ensemble de la population estudiantine. Alors que les meilleurs étudiants partaient pour continuer leurs études à Pékin, l’université a ouvert plus largement ses portes aux étudiants chinois non issus de la minorité.

 

L’établissement a acquis ses lettres de noblesse au niveau national (notamment grâce à la qualité de l’enseignement bilingue chinois-coréen, et de la recherche menée dans le domaine de la didactique des langues), mais au détriment de son identité d’université d’une minorité. Il n’en reste pas moins que Yanbian Daxue est parvenu à maintenir et même à renforcer, grâce à l’incitation de l’État, sa tradition d’étude des relations entre les deux Corées. Pour preuve, l’existence d’un centre de recherche Nord-Sud depuis 1989, le  Chaoxian Hanguo yanjiu zhongxin (朝鮮韓國硏究中心, Center for North and South Korea Studies), suffisamment développé pour devenir indépendant du département d’Histoire auquel il était originellement rattaché.

 

Photo Yanbian univ

 

L’université de Yanbian se situe en effet à la pointe de la recherche sur les relations coréennes Nord-Sud, dont l’expertise est reconnue au niveau international, et contribue à forger son image et son identité. Depuis le début des années 1990, grâce à la normalisation des relations entre la République populaire de Chine et la République de Corée (1992), l’université de Yanbian a été à plusieurs reprises le lieu privilégié de la tenue de conférences internationales sur les Corées (organisées de manière indépendante ou en collaboration), ce qui a contribué à faire se rencontrer les milieux académiques péninsulaires, et à faire prendre conscience de la nécessité du dialogue. Par ailleurs, beaucoup de conférences bilatérales Nord-Sud ont été organisées à Yanbian à la demande de la République de Corée.

 

Du point de vue épistémologique, les chercheurs de Yanbian ont été inévitablement amenés à comparer la méthodologie en vigueur dans les deux Corées, ainsi que leur situation économique et sociale respective, du fait des contacts. A commencer par la langue, dans de multiples domaines, le traitement Nord-Sud diffère. De telles observations ont orienté peu à peu l’objet des recherches. Ne pouvant rivaliser avec l’université de Pékin, Yanbian Daxue s’est spécialisé dans l’étude de ce qui fait la spécificité de l’identité de la minorité coréenne : la langue (les « dialectes des six chin » 六鎭方言), la phonologie du chinois à travers le coréen (travaux de Yi Tŏkch’un), mais aussi l’étude des relations avec les pays frontaliers de la Chine et de la Corée, à commencer par la Russie et le Japon, avec une forte tendance comparatiste. De ce fait, l’université se caractérise par la pratique courante des trois langues d’Asie orientale en son sein, en plus de l’anglais. Elle a formé des spécialistes de renommée internationale sur des sujets d’échelle régionale, sur les minorités (Jürchen, Khitan), sur la diaspora (en Mongolie, au Kazakhstan…), ainsi que sur la littérature japonaise.

 

De tout cela a émergé et s’est forgée la conscience d’une identité propre à la minorité coréenne des Chosŏnjok. En effet, la question de l’identité se posait peu avant l’ouverture des communications entre la République populaire et la Corée du Sud en 1992. L’intensité des contacts et des échanges a dès lors produit une période troublée du ce point de vue. La situation a été rendue compliquée par le recul de la ruralité et l’accroissement des villes, de plus en plus habitées par les Han, et l’augmentation de la mobilité des Chosŏnjok. Fallait-il encore enseigner la langue coréenne, et pourquoi (le coréen étant de moins en moins parlé en dehors de l’université) ? En outre, la baisse de la natalité et le recul de la population faisait craindre la perte de son statut de « préfecture autonome » de la province de Jilin (延邊朝鮮族自治州). L’État devait soutenir la minorité, mais ne pouvait en même temps imposer que le représentant de la préfecture puisse être issu des Han.

 

La crise d’identité des Chosŏnjok survenue dans les années 1990 s’est avéré un sujet de recherche intéressant pour les universitaires. Ainsi, ont été publiées une série d’études sur différents domaines de la culture de la minorité des Chosŏnjok. Le professeur YU s’est emparé partiellement de ce sujet, en plus de son intérêt pour la littérature comparée de la Chine et de la Corée anciennes. La diaspora est devenue un sujet littéraire populaire : « Nous, Coréens, sommes comme les Juifs. », a-t-il lancé. Il a terminé sa présentation en évoquant son travail sur l’écrivain coréen Kim Hakch’ŏl (1916-2001), le « Soljenitsyne » chinois, qui connut les geôles de la république populaire à cause de sa critique du régime dans les années 1960. Il fut connu par des travaux en langue coréenne et la publication de ses écrits en Corée du Sud à partir de 1996. Son cas est similaire à celui que connurent d’autres membres de minorités, notamment mongols.

 

Enfin, M. YU Shanglie a conclu en affirmant que l’expérience de l’enseignement du coréen à l’UFR LCAO avait été fructueuse. Nous avons tous convenu qu’un rapprochement formalisé entre l’UFR LCAO de l’université Paris Diderot et l’université de Yanbian serait bénéfique pour les deux parties, et nous nous sommes quittés en nous promettant de faire notre possible pour y donner suite par la conclusion d’une convention et la tenue d’un colloque.

 

Yannick Bruneton

Maître de conférences à l’université Paris Diderot, UFR LCAO, section d’études coréennes

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *