Ouvrage : Japon colonial, 1880-1930, Les voix de la dissension

Japon colonial, 1880-1930, Les voix de la dissension

Sous la direction de Pierre-François Souyri. Présentations, notes et traductions par Le Groupe de Genève. Les Belles Lettres.

Première édition, 2014 

Si le Japon est connu de par le monde pour ses romanciers, ses poètes ou ses artistes, il l’est beaucoup moins pour ses intellectuels engagés dans la critique politique et sociale. Pourtant le Japon a connu, depuis au moins un siècle et demi, une longue tradition, à peu près passée sous silence en Occident, de personnalités engagées capables de jeter sur leur société un regard aigu, souvent pertinent, et même parfois assez radical. Ces textes originaux qui reflètent d’ailleurs la richesse du débat public au Japon n’ont jamais été traduits. Et pourtant ils ont compté et comptent toujours. Des articles publiés avant guerre par des journalistes, des universitaires ou des militants sont ici traduits et présentés par des chercheurs à l’Université de Genève. Ces textes critiquent les orientations prises par leur propre gouvernement dans les colonies de l’Empire du Grand Japon. Ils s’inscrivent dans une tradition de résistance aux discours convenus de l’Etat, dans un contexte parfois difficile, face à la censure, à la pression sociale, au conformisme du temps. Ils dessinent clairement les contours d’une opinion publique japonaise diverse et parfois virulente. A l’heure où les tensions en Extrême-Orient autour de la mémoire de la colonisation japonaise et de la guerre font l’actualité, il n’est pas inutile de redonner la parole à ceux qui, autrefois au Japon, eurent le courage de s’opposer et de dire non aux orientations politiques de l’Etat impérial. L’ouvrage est publié sous la direction de Pierre-François Souyri, professeur à l’Université de Genève où il enseigne l’histoire japonaise. P-F. Souyri est l’auteur de plusieurs ouvrages, notamment Nouvelle Histoire du Japon (Perrin, 2010) et Histoire du Japon médiéval, le monde à l’envers (Perrin, collection Tempus, 2013). L’ouvrage est le fruit d’un collectif de chercheurs spécialistes du Japon moderne, le Groupe de Genève.

 

Sommaire

Pierre-François Souyri, Introduction générale, Une tradition critique et vigoureuse

Nicolas Mollard, Ueki Emori et l’indépendance des Ryûkyû Ueki Emori : De la nécessité d’accorder l’indépendance aux Ryûkyû, (traduit par Nicolas Mollard)

Obataya Yûji et Samuel Guex, Fukuzawa Yukichi et l’Asie Fukuzawa Yukichi : Pour un rapprochement avec les Chinois, (traduit par Obataya Yûji et Samuel Guex)

Damien Kunik, Yanagi Muneyoshi et la solidarité avec les Coréens Yanagi Muneyoshi : Penser aux Coréens,  (traduit par Damien Kunik)

Samuel Guex : Yoshino Sakuzô et la responsabilité des Japonais Yoshino Sakuzô : Les mouvements antijaponais en Chine et en Corée, et la responsabilité du peuple japonais, (traduit par Samuel Guex)

Joël Piguet, Ishibashi Tanzan et la grande illusion du colonialisme Ishibashi Tanzan : Les illusions de la doctrine du Grand Japon, traduit par Joël Piguet

Cyrian Pitteloud, Kaneko Fumiko et la brutalité de la société coloniale Kaneko Fumiko : Deux, trois réflexions, (traduit par Cyrian Pitteloud)

Cyrian Pitteloud, Fuse Tatsuji et le statut légal des colonisés Fuse Tatsuji : Mes impressions sur la façon de gouverner Taiwan, (traduit par Cyrian Pitteloud)

Itô Aya et Constance Sereni, Yamakawa Kikue et la dénonciation des discriminations. Yamakawa Kikue : Préjugés de race, préjugés de sexe, préjugés de classes, (traduit par Itô Aya et Constance Sereni)

Pierre-François Souyri, Yanaihara Tadao et la critique universitaire du colonialisme. Yanaihara Tadao : Comment gouverner la Corée ?  (traduit par Pierre-François Souyri)

Itô Aya et Constance Sereni, Yamakawa Kikue contre la guerre qui vient. Yamakawa Kikue :  Coups de fusils en Mandchourie, (traduit par Itô Aya et Constance Sereni )

Notes

Liste des illustrations


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *